Chargement

Mercredi 15 Mai 2019

Le contenu intégral est réservé aux abonnés

Le choix Immoweek

Les Groues, un futur quartier de 65 hectares derrière la Grande Arche

Les 9 000 m2 de la friche « Vive les Groues », situé au 290, rue de La Garenne, à Nanterre (92) a réouvert ses portes. Le choix d’Immoweek porte aujourd’hui sur ce projet d’urbanisme « phare » de…

Bureaux

La Française REM achète "Smart'Up", à Châtillon (92)

La Française Real Estate Managers (REM) a acquis, auprès d’une entité gérée…

HSBC REIM achète "Native", à Saint-Quentin-en-Yvelines

HSBC REIM, agissant pour le compte de la SCPI Elysées Pierre, achète, en Vefa…

AB Sagax achète 3 000 m2 d'activités à Sucy-en-Brie

AB Sagax achète un bâtiment de 3 000 m2 à usage d’activité dans la ZI de la…

La Société de la Tour Eiffel a loué 4 000 m2 à des services de l'Etat à Nantes

La Société de la Tour Eiffel annonce avoir…

De Watou, Verdoso, Herrmann Frères et Foncière Sima achètent un portefeuille mixte de 25 000 m2

De Watou, Verdoso, Herrmann Frères et Foncière Sima acquièrent, dans…

Edito

Chauffage (green) à tous les étages…

La facture de chauffage est l’une de celles qui pèse le plus lourd dans le budget des Français, avec 1 700 euros en moyenne selon le site Quelleenergie.

Logement

Perial AM boucle la dernière acquisition de son fonds Residial et lance Residial II

Perial Asset Management acquiert, pour le compte de son fonds Residial, une résidence services…

L'EPA Paris-Saclay lance une consultation d'opérateurs pour 28 000 m2 de logements

L’EPA Paris-Saclay lance trois consultations d’opérateurs sur l’îlot NE et le lot NF2a sur…

Interview

Georges Mothron, maire d’Argenteuil : « le logement avec vue sur la Seine est possible à 4 000-4 500 euros/m2 »

Quatrième ville d’Ile-de-France, mais évitée par le Grand Paris Express ? Pas de problème pour le maire LR d’Argenteuil Georges Mothron (2001-2008, 2014-…) qui se fait très bâtisseur avec un…

Green & Innovations

Kaufman & Broad et Renault signent une convention sur la mobilité et l'énergie

Quand un promoteur et un constructeur automobile se rapprochent pour…

Vive le train ou quand la SNCF milite pour la planète !

Mercredi 15 mai, le Groupe SNCF ouvre « exceptionnellement » au public les portes de son siège de Saint-Denis…

Hôtels

Generim et Borealis Hotel Group développent un Holiday Inn Express à Orly

Generim et Borealis Hotel Group signent un bail commercial de 12 ans pour réaliser un hôtel…

Parcours

Crédit Agricole Immobilier : Emmanuel Clair nommé directeur des services immobiliers aux institutionnels

Emmanuel Clair est nommé directeur du pôle services immobiliers aux institutionnels de…

Alexandre Devineau et Alexandre Conrad rejoignent Evolis

Evolis renforce ses équipe avec l’arrivée de Alexandre Devineau en qualité de…

Cyril Hadji-Thomas nommé CDO de CD&B

Cyril Hadji-Thomas est nommé chief digital officer du cabinet CD&B, en charge de la…

abonnement

Le marché de l'immobilier se réinvente,
Immoweek aussi.

Découvrir l'offre d'abonnement

NEWS & CONNEXIONS IMMOBILIÈRES

SUIVEZ NOUS SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

Édito
par Thierry Mouthiez

le 22/05/2019

« L’entrepôt du futur »…

Longtemps, l’immobilier logistique est resté le pré carré de quelques « niche players », la plupart des investisseurs délaissant ce qu’ils considéraient comme de l’immobilier plutôt bas de gamme par rapport aux bureaux.

Avec en particulier l’essor du e-commerce, la situation a beaucoup évolué depuis (jusqu’à ce que l’immobilier logistique enregistre un record historique en terme de volume investi dans cette classe d’actifs l’an passé !) et c’est loin d’être fini comme on peut l’imaginer à la lecture d’une récente étude de JLL sur « l’entrepôt du futur ».

Le conseil estime, en effet, que « la redéfinition de l’entrepôt logistique se fait principalement à travers 9 éléments ». Et de citer :

  • « les technologies sans fil et la localisation en temps réel (afin de faciliter la gestion des stocks et de l’entrepôt, et de transmettre directement les données récoltées sur les tablettes et appareils mobiles des utilisateurs, grâce aux fréquences radio et sans fil) ;
  • des équipes hyper connectées (des capteurs, balises GPS et autres évolutions permettront de déployer, de contrôler et d’analyser plus rapidement les décisions logistiques, mais aussi de mieux utiliser les ressources disponibles) ;
  • un prélèvement toujours plus intelligent (« Voice picking » multilingue, robots spécialisés, réalité augmentée, autant d’éléments qui prendront en charge le déplacement des marchandises, sans pour autant remplacer complètement l’humain. Cette technologie « goods to man », qui laisse aux humains certains gestes plus complexes de tri et de prélèvement, permettra d’accroître la productivité tout en surmontant les barrières linguistiques et de compétences) ;
  • des hauteurs libres toujours plus importantes (dans le but de minimiser l’emprise foncière et d’optimiser l’utilisation des entrepôts. Des hauteurs allant jusqu’à 7 mètres dans les années 1990, contre 12 à 30 mètres aujourd’hui pour des automatisations verticales) ;
  • maintenance prédictive des entrepôts (grâce à l’analyse du big data et de l’IOT. Les nouvelles technologies permettront de se prémunir contre d’éventuelles pannes et, ainsi, de réduire la non-qualité et les coûts liés à l’improductivité) ;
  • une évolution vers le développement durable (avec la mise en place de procédés comme les panneaux solaires, l’éclairage à LED, les surfaces réfléchissantes et autres techniques innovantes, toutes positives pour l’environnement et pour les résultats financiers ou opérationnels) ;
  • un design centré sur l’humain (avec de nouvelles mesures comme des capteurs de qualité d’air ou encore des régulateurs de température. L’amélioration de l’environnement de travail, des équipements et de la santé des employés aide à réduire la rotation du personnel pour l’utilisateur et offre de nouvelles perspectives pour les propriétaires) ;
  • dans la logistique, la flexibilité est de rigueur (l’entrepôt à la demande permettra de donner plus de flexibilité à la chaîne logistique. Les utilisateurs auront accès à un réseau de distribution encore plus maillé sur le territoire) et
  • des sols super-plats aux pentes (pour assurer le bon fonctionnement des technologies robotisées et faciliter les flux entrants et sortants).

Décidément, on est effectivement bien loin de la simple boîte en bardage…

Portrait

Chargement