Chargement

Qui sommes nous ? Les Trophées Logement & Territoires

L'objectif

des Trophées Logement & Territoires

Immoweek fait renaître les « Trophées du Logement », remis entre 2004 et 2008 par la rédaction de « Profession Logement » devenue « Immoweek Logement ». En y ajoutant deux nouvelles et fortes composantes : les Territoires et le Développement Durable. Un moment de réflexion, de partage, sur l’ensemble des initiatives en matière de logement pour tous les acteurs, publics et privés et les élus qui agissent.

les Trophées Logement & Territoires Comment ça marche

Car ce secteur est déterminant pour tous les Français : tous les sondages montrent que cette question est première (exemple sondage Weka/Opinion Way ­septembre 2013 : 73 % des personnes interrogées souhaitent des engagements solides et non ambigus de la part de leurs élus locaux dans les logements)
et que Territoires, comme Professionnels, méritent de voir mis en valeur leurs meilleures initiatives.

Fédérer les acteurs publics et privés du Logement (promoteurs, investisseurs, gestionnaires, aménageurs…) avec les élus et responsables des Territoires (communes, communautés d’agglomération, départements, régions…) afin de mettre en valeur les projets, les initiatives solidaires, les lieux où le logement se développe et innove.

7 Trophées seront remis

  • ­Programme Durable de l’Année
  • ­Programme Solidaire de l’Année
  • ­Jeunes Talents
  • ­Territoire de l’Année
  • ­Conseil de l’Année
  • ­Promoteur de l’Année
  • ­Homme de l’Année

 

Quelle sélection ? Quelle procédure ?

Le Jury est composé de la rédaction d’Immoweek, des représentants des partenaires, ainsi que des personnalités qualifiées éminentes représentant le secteur. Les 4 nommés par catégorie sont proposés à l’élection des intervenants du secteur via le site immoweek.fr, les autres publications (le « 13 heures de l’immobilier », « Immoweek Logement ») et les medias partenaires. L’élu de chaque catégorie est celui ayant obtenu le plus grand nombre de voix.

L’événement, organisé par Immoweek, rassemble près de 500 personnes. Deux tables ­rondes précéderont la remise des Trophées puis un déjeuner réunira les partenaires, élus, responsables et professionnels. La ministre du Logement et de l’Egalité des Territoires sera sollicitée pour présider à la remise des Trophées.
L’organisateur : Immoweek édite le site de référence du secteur immoweek.fr mais aussi un service permanent « Immomail », deux lettres papier hebdomadaires de 12 pages, le magazine papier « Immoweek », un web quotidien (« le 13 heures de l’immobilier »), une webtélé (Immotélé) et organise depuis 17 ans les « Pierres d’Or Immoweek », qui s’est imposé comme l’événement numéro un de l’immobilier d’entreprise en France, au début de chaque année.

Le jury

des Trophées Logement & Territoires

  • Catherine Bocquet

    Immoweek

  • Pascal Bonnefille

    Immoweek

  • Anne-Lise Deloron-Rocard

    Plan Bâtiment Durable

  • Valérie Garnier

    Immoweek

  • Emmanuel Launiau

    Ogic

  • Hervé Legros

    Alila

Découvrir toute la liste
  • Catherine Bocquet

    Immoweek

  • Pascal Bonnefille

    Immoweek

  • Anne-Lise Deloron-Rocard

    Plan Bâtiment Durable

  • Valérie Garnier

    Immoweek

  • Emmanuel Launiau

    Ogic

  • Hervé Legros

    Alila

  • Christophe Tanay

    Unis

  • Jacques Wolfrom

    Groupe Arcade

Édito
par Arthur de Boutiny

le 21/05/2019

Belfort : le lion fait crinière neuve

A l’heure de Notre-Dame de Paris et du Loto du Patrimoine, d’autres monuments bénéficient d’une remise à neuf, en l’occurrence d’un nettoyage décennal. C’est le cas du Lion de Belfort, l’autre grande oeuvre d’Auguste Bartholdi, père de la Statue de la Liberté. Erigé dans le chef-lieu du Territoire de Belfort, le monument dédié à la guerre franco-prussienne va voir le rose de son grès ravivé après un court chantier.

Construit de 1875 à 1880 et voulu pour commémorer le siège héroïque de la ville de Belfort mené pendant 103 jours par le colonel Denfert-Rochereau pendant la guerre de 1870-1871, le Lion de grès rose des Vosges, adossé au château de Belfort, est représenté couché, prêt à bondir, du haut de ses 11 mètres et de 22 mètres de long, tournant le dos à la frontière allemande, mais tenant dans ses griffes une flèche en direction du Rhin… Belfort étant, jusqu’en 1918, la seule ville d’Alsace restée sous contrôle français, un symbole fort était recherché. Monument historique depuis 1931, le Lion de Belfort a sa réplique, en cuivre martelé, place Denfert-Rochereau, dans le 14ème arrondissement de Paris. Une autre copie est installée à Montréal.

L’opération de réfection, estimée à 41 000 euros, voit un échafaudage recouvrir la sculpture sans peser sur elle. Le nettoyage est très méticuleux et doit aussi voir la réparation de joints abîmés. Avec les intempéries et la pollution, des mousses et du lichen se sont déposés sur la pierre et ont noirci progressivement le grès rose. Le Lion doit subir un nettoyage tous les dix ans environ, le dernier remontant à 2010, qui répond à un cahier des charges précis établi par la Direction régionale des affaires culturelles et des monuments historiques (Drac). La pression utilisée pour la pulvérisation des produits de nettoyage et de protection de la pierre est ajustée pour préserver son intégrité.

Normalement, le Lion de Belfort doit se présenter dans sa splendeur retrouvée à temps pour le Festival international de musique universitaire, prévu du 6 au 10 juin, et pour le départ de la 7ème étape du Tour de France (Belfort-Châlon-sur-Saône), le 12 juillet.
Le patrimoine historique n’est pas négligé en France…

Portrait

Chargement