Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Territoires > Actualités > Le choix Immoweek : les scientifiques arrivent...

Le choix Immoweek : les scientifiques arrivent dans le Marais…

ActualitésTerritoires

le 20 Sep 2018

Le Marais ne cesse d’évoluer : en effet, le Centre de Recherches Interdisciplinaires (CRI) vient de s’installer au 8-10, rue Charles V, entre la Seine et la Bastille. Ce centre dédié à l’innovation dans l’éducation et la pédagogie, aux rencontres entre étudiants, enseignants, chercheurs, institutions et grand public, bénéficie d’un immeuble flambant neuf qui s’imposait comme « immeuble de la semaine ».

Ex-Institut Innovant de Formation par la Recherche, le CRI s’installe dans les anciens locaux de l’UFR d’études anglophones de Paris Diderot, parti en 2013 et dont les bureaux sont revenus dans le patrimoine de la Ville de Paris. La Ville s’engage avec la RIVP-Hénéo, ainsi que la Fondation Bettencourt Schueller, porté par les plans d’Eddy Vahanian, du studio Architecture Patrick Mauger et Daniel Lefèvre, pour réhabiliter le site, tâche entreprise en 2016. A présent, le CRI occupe les lieux sur plus de 5 000 m2.
Concerné par le Plan de sauvegarde et de mise en valeur du quartier du Marais, l’immeuble a bénéficié d’une extension contemporaine et sensible aux enjeux environnementaux et de l’installation de lieux d’échanges. Pour sa part, l’ancien Hôtel de Maillé, datant du XVIIème siècle et transformé au détour du XIXème en immeuble de rapport, se trouve relié au 8, rue Charles V, un ensemble datant de 1938, par l’extension.

L’ensemble compte un « open lab », un « learning center », une salle d’échanges interdisciplinaires, des laboratoires, un amphithéâtre de 150 places, un studio de tournage « Mooc », des salles de cours et des bureaux, le tout sur sept niveaux, avec des façades vitrées respectant l’ordonnancement des façades historiques. La résidence réservée aux étudiants et aux chercheurs rassemble 55 logements meublés de typologies variées.

Le Marais devient donc vecteur du savoir universitaire, ainsi que d’un immeuble rénové et respectant infiniment le Plan Climat de la Ville de Paris… Bonne installation au CRI !

Arthur de Boutiny

Journaliste Rédacteur

Édito
par Pascal Bonnefille

le 15/02/2019

Aux Mipim Awards 2019, n’oubliez pas : votez français !

D’entrée de jeu, faisons notre mea culpa. On pourra nous reprocher cet appel et nous traiter de cocardier. On assumera ce qualificatif, en ne se cachant pas d’être patriote (et non nationaliste, la différence est de taille). Oui, il faut voter pour les six projets tricolores aux Mipim Awards 2019. Mais pas seulement car ils sont estampillés « made in France », mais pour d’autres raisons.

Leur qualité, notamment architecturale, leur inventivité, leurs localisations même (pas seulement parisiennes !) plaident en leur faveur. Et aussi car, après les « Pierres d’Or » (ne soyons pas excessivement modestes), ces Mipim Awards représentent, à l’échelle internationale, un enjeu important pour toutes les équipes qui ont mis en œuvre ces programmes de grande qualité.
Vous pouvez donc, sans hésitation, voter pour :
• la Polyclinique Reims-Bezannes, à Bezannes (51), développée par Icade, avec le concours de l’architecte Jean-Michel Jacquet. Parmi les parties prenantes : Courlancy Santé, Artelia, Eiffage Construction et Cari ;
• le Barthelemy Hotel and Spa, à Saint-Barthélemy, développé par Saint Barth Drep Hotel Invest et imaginé par l’architecte Philippe Stouvenot. Participe également ALIAS Construction Management ;
• l’opération « Laborde », à Paris 8ème. Le futur siège du cabinet d’avocats Gide Loyrette Nouel a été imaginé par PCA-STREAM – Philippe Chiambaretta Architecte et est développé par ACM ;
• l’immeuble « Kosmo », à Neuilly-sur-Seine (92), développé par Altarea Cogedim et conçu par les Ateliers 2/3/4 de Jean Mas. Nommé aux « Pierres d’Or », cet immeuble abritera le siège de Christian Dior ;
• l’ensemble « Shift 54 Londres », à Paris 8ème. Imaginé par Axel Schoenert Architectes et développé par MEAG Munich Ergo, il accueillera un (grand !) Spaces. Legendre agit en qualité de contractant général et Zsofia Varnagy a été appelée pour l’architecture intérieure ;
• « Mille Arbres », à Paris 17ème , est porté par Compagnie de Phalsbourg et Ogic, avec une architecture (oh combien audacieuse !) signée Sou Fujimoto, Oxo Architects et Paul Arene.

Six ensembles qui méritent à l’évidence votre voix.

Nous serons heureux, à Cannes, d’en discuter avec vous sur notre stand P-1 F3, en finissant donc sans cocorico, par un espoir in english : meet you in Mipim !

Portrait

Chargement