Chargement

retour Accueil > Territoires > Actualités > Potentielle " taxe béton " de Nicolas Hulot :...

Potentielle « taxe béton » de Nicolas Hulot : une « mauvaise réponse » pour la FPI

- Le - par Jean-Baptiste Favier

Suite à l’annonce d’un projet du ministre de la Transition Ecologique Nicolas Hulot d' »une nouvelle taxe destinée à lutter contre la consommation d’espaces agricoles et à financer la protection de la biodiversité qui porterait sur les opérations d’aménagement », la Fédération des Promoteurs Immobiliers a jugé la solution de « l’instrument fiscal (…) une réponse très pauvre ».

Concédant que " l’utilisation raisonnée des sols est un enjeu de société majeur ", la FPI rappelle que " ses adhérents, très présents en secteur urbain, sont d’ailleurs des acteurs de la densification, qui très majoritairement redonnent vie à des friches (industrielles, ferroviaires, militaires…) et permettent de construire des logements sans artificialiser de nouveaux espaces naturels ".

Mais elle souligne que cette " logique d’utilisation raisonnée des sols est malheureusement moins mise en œuvre dans les espaces périurbains ". Et affirmer " ne [pas partager] la réponse que le ministre de la Transition écologique semble envisager. En effet, ce sujet engage de multiples acteurs (élus locaux, aménageurs, constructeurs, propriétaires fonciers…), dont chacun détient une partie de la solution tout autant qu’il se positionne à la croisée d’enjeux qui doivent faire l’objet d’échanges et de compromis (développement local, économie, qualité de vie, cohésion des territoires…) ".

En conclusion, elle estime que " la " taxe béton " est donc une mauvaise réponse à un vrai sujet qui mérite davantage qu’une caricature d’action publique ".

Jean-Baptiste Favier

Chef des informations

Chargement