Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Green & Innovations > Actualités > A lire dans « Immoweek Tertiaire »,...

A lire dans « Immoweek Tertiaire », l’interview de Philippe Zivkovic et Guillaume Poitrinal (Woodeum)

ActualitésGreen & Innovations

le 30 Sep 2016

« La nouvelle entité Woodeum, qui sera désormais le promoteur généraliste spécialiste du BBCA, devrait atteindre un volume d’activité de 76 millions d’euros en 2016, avec pour objectif d’atteindre les 100 millions en 2017… et beaucoup plus dans les années à venir ! (…)

Ce qui fait notre marque de fabrique, c’est notre attention à ce bâtiment bas carbone, que nous connaissons sur le bout des doigts et dont nous n’avons pas fini de développer toutes les possibilités (…) Dans le domaine des bureaux, par exemple, nous avons un grand projet à Nanterre et nous pouvons proposer la fin des faux plafonds ! Le bois permet, par sa souplesse, beaucoup d’autres audaces (…) Notre nouveau siège, au pont de Sèvres, est bien un autre exemple de la souplesse du bois dans le tertiaire (…) Il existe un fort capital de sympathie (toutes les études le confirment) pour le bois dans l’opinion en général. Mais, outre les qualités environnementales, le bois aide aussi à une meilleure régulation – et donc à un ressenti beaucoup plus agréable – de la température dans les bureaux (…) L’incidence du choix du bois sur les coûts de la construction est extrê- mement faible par rapport à tous les avantages du bois. Outre son confort d’utilisation, le bois permet de gagner entre 3 et 6 mois de travaux, c’est considérable. Et, enfin, les chantiers sont beaucoup (beaucoup !) plus silencieux » : autant d’informations livrées par Philippe Zivkovic et Guillaume Poitrinal. Les deux co-présidents de Woodeum en disent plus dans une interview à paraître dans le prochain numéro de notre lettre « Immoweek Tertiaire »…

Jean-Baptiste Favier

Chef des informations

Édito
par Thierry Mouthiez

le 26/07/2019

Au beau fixe !

Tout comme le climat, les cycles de l’immobilier d’entreprise semblent quelque peu chamboulés. Mais dans le bon sens s’agissant de ce secteur.

Si les professionnels s’interrogeaient, il y a encore peu, pour savoir si le cycle actuel n’avait pas atteint son point haut, nombreux sont ceux, aujourd’hui, qui considèrent que le cycle haussier actuel devrait se poursuivre encore un certain temps. Il est vrai que l’évolution des taux d’intérêt joue un rôle majeur dans cette situation.

Ainsi, côté locatif, la demande semble toujours aussi dynamique, même si l’activité du créneau des grandes transactions a légèrement marqué le pas au 1er semestre, après deux années exceptionnelles il est vrai. Rien là, donc, d’inquiétant comme le soulignait récemment dans nos colonnes Grégoire de La Ferté, executive director bureaux Ile-de-France de CBRE, affirmant : « au regard de la demande enregistrée chez CBRE et de l’activité de l’ensemble des équipes, nous anticipons un marché comparable au second semestre 2019, conduisant à un volume global de transactions entre 2,4 et 2,5 millions de mètres carrés ». C’est surtout l’offre qui freine l’activité, en particulier dans Paris. L’offre neuve, la préférée par les utilisateurs, reste maîtrisée, voire contrainte. Du coup, les valeurs locatives sont, dans leur ensemble, clairement orientées à la hausse.

Quant à l’investissement, même avec des taux de rendement au plancher, une nouvelle baisse peut être encore envisagée comme le souligne Nils Vinck, directeur général et directeur du département capital markets de Cushman & Wakefield, dans sa dernière chronique. L’économie française tire bien son épingle du jeu par rapport à ses voisins européens. Le chômage est même en baisse et dans un contexte boursier parfois chahuté, le placement immobilier s’avère toujours aussi séduisant.

Au final, que de bonnes nouvelles avant une trêve estivale que la rédaction d’« Immoweek » souhaite la plus belle à l’ensemble des professionnels du secteur !

Portrait

Chargement