Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Bureaux > Actualités > Bureaux franciliens : 1er trimestre en berne, la...

Bureaux franciliens : 1er trimestre en berne, la tendance devrait se poursuivre selon Colliers

ActualitésBureaux

le 24 Avr 2020

Colliers, qui a déjà publié une note à l’échelle internationale, s’intéresse au marché immobilier francilien face à la crise sanitaire. Sans surprise, le constat est plutôt pessimiste, avec des incertitudes économiques, mais la certitude d’une récession, une demande placée déjà en berne au premier trimestre et qui risque, à terme, de souffrir de la même manière que les utilisateurs.

« En ce début d’année, si la France résistait aux multiples tensions de l’économie mondiale à grands coups de mesures de soutien monétaire et de soutien du pouvoir d’achat, la crise sanitaire du coronavirus est venue mettre un terme à cette dynamique, par la mise en place du confinement total dès le 17 mars, aux conséquences économiques inédites » explique Colliers en préambule.
Le constat pour l’immobilier francilien en début d’année n’est pas rose non plus : « la demande placée s’établit à 340 300 m2, en baisse de 37 % sur un an, avec des mois de janvier et février qui étaient déjà nettement en repli par rapport à l’année passée, et amputée d’un mois de mars généralement influent ». Paris se maintient comme « la place forte de l’activité transactionnelle », avec 166 000 m2 placés, soit 49 % de la demande placée du trimestre. Mais, « les surfaces transactées ont diminué de 20 % » précise Colliers. La baisse d’activité se fait sentir dans la quasi-totalité des secteurs de périphérie : à l’Est (-89 % sur un an), en périphérie Sud (-70 %) et dans le Croissant Ouest (-51 %). « La baisse à La Défense est plus modérée (-10 %), mais le secteur souffre d’un niveau d’activité faible depuis plusieurs mois. Seule la périphérie Nord connaît une dynamique de +8 % avec 27 300 m2 placés, grâce à deux transactions à Clichy » précise le conseil.

L’offre se reconstitue au un niveau d’il y a un an (2,9 millions de m2 disponibles) et la vacance reste stable sur un an, à 5,4 % (2,5 % pour le marché parisien, toujours sous forte tension). « A l’avenir, l’offre future certaine en hausse depuis un an (+ 28 %) viendra alimenter les secteurs périphériques, mais aussi le marché parisien, même si l’arrêt des chantiers décalera les livraisons dans le temps par rapport au timing initial » prévoit Colliers.

Jean-Baptiste Favier

Chef des informations

Édito
par Valérie Garnier

le 16/09/2020

De l’importance du logement…

Le gouvernement aurait-il pris (enfin, diront certains…) la mesure de l’importance du logement en France ? Il est vrai que dans l’ambiance de la crise sanitaire actuelle, l’habitation reste non seulement le principal souci de nombreux Français, mais aussi leur principal objectif d’investissement, dans un contexte où les marchés financiers sont particulièrement perturbés.

En tout cas, le Président de la République Emmanuel Macron s’est, tout récemment, doté d’un conseiller technique logement en la personne de Cédric Loret (qu’il « partage » avec le Premier ministre, Jean Castex). De son côté, Emmanuelle Wargon, ministre déléguée auprès de la ministre de la Transition Ecologique, chargée du Logement, s’est entretenue lundi 14 septembre avec Jacques Wolfrom, directeur général du Groupe Arcade et Méka Brunel, directrice générale de Gecina. En attendant d’autres consultations… Des signaux à relever alors que le monde HLM et celui du 1 % sont en ébullition.

Plus généralement, nos « Trophées Logement & Territoires » 2020 qui se tiendront le 12 novembre prochain seront l’occasion de dresser un premier bilan de la crise sanitaire et ses conséquences en matière de logement, avec l’impact (notamment) du télétravail. L’occasion, en respectant évidemment toutes les règles sanitaires, de s’interroger pour savoir si cette crise n’est pas une « crise salutaire », puis d’évoquer la politique de relance du logement mise en place par les pouvoirs publics avec le plan « France Relance ». Des sujets qui, n’en doutons pas, réapparaîtront lors des prochaines échéances électorales…

Portrait

Chargement