Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Bureaux > Actualités > Le choix Immoweek : 5 promoteurs, 1 seul...

Le choix Immoweek : 5 promoteurs, 1 seul lauréat

ActualitésBureaux

le 08 Déc 2017

Ils sont cinq en lice pour emporter, le 31 janvier 2018, la « Pierre d’Or » dans la catégorie « Promoteurs ». Cinq acteurs majeurs du secteur sélectionnés par le Jury des Pierres d’Or. Un petit rappel sous forme de présentation de ces nommés, pour ce « rendez-vous » Immoweek du « pro », quelques heures avant la clôture des votes… Car oui, rappelons-le, demain il sera trop tard.

aujoux-peyronie-1-e1510913636411Pascal Aujoux & Romain Peyronie (PRD)

Le premier nommé est un duo : celui constitué de Pascal Aujoux et Romain Peyronie.
Polytechnicien, diplômé de l’Ensae, Pascal Aujoux démarre son parcours professionnel en 1998 chez Rothschild & Cie (ABN Amro Rothschild) comme directeur activité marché primaire avant d’y être nommé responsable activité placement privé action et dette. Il rejoint en 2006 AXA Real Estate en tant que responsable de l’asset management pour la zone Europe Sud. Pascal Aujoux qui le groupe en 2013 et est nommé en 2013 directeur général de PRD.
Diplômé de l’Essca en 1996, Romain Peyronie a intégré PRD en 2002 en qualité de directeur de programme, jusqu’en 2004. Puis, il a exercé, successivement, les fonctions de directeur commercial de la direction régionale Nord (jusqu’en 2006) et de directeur commercial et du développement (de 2008 à 2009). En 2009, il quitte momentanément le groupe, avant de le réintégrer en 2011 en tant que directeur général adjoint et associé.

c-condamin-045-e1509028868153Christophe Condamin (Sogelym Dixence)
Titulaire d’un Master Management Immobilier (MMI) de l’Essec Business School, Christophe Condamin démarre sa carrière professionnelle chez un grand conseil, EY (alors Ernst & Young), puis rejoint la Banque Jean-Philippe Hottinger & Cie en tant que chargé d’affaires. C’est en 2011 qu’il fait le choix d’intégrer lSogelym Dixence, groupe familial créé en 1974 par Jean Claude Condamin. Il en est aujourd’hui le directeur général délégué CFFS CFSG.

hachemi-nordineNordine Hachemi (Kaufman & Broad SA)
Cet ingénieur au double cursus Institut de Physique du Globe de Strasbourg et Ecole Nationale du Pétrole et des Moteurs, est également titulaire d’un MBA de l’Insead.  Il commence sa carrière en 1986 chez Pompes Guinard  en Indonésie puis rejoint Transroute avant de partir chez Bouygues Construction ou il dirige le montage de grands projets internationaux d’infrastructures. Il est ensuite nommé PDG de Stereau, filiale Ingénierie du Groupe SAUR, puis directeur général délégué et, à partir de 2005, président du Groupe Saur. En 2008, il est nommé président directeur général de Sechilienne Sidec qu’il quitte en 2013, pour Kaufman & Broad. Il est alors nommé directeur général et vice-président du conseil d’administration. En janvier 2014, il est nommé président directeur général de Kaufman & Broad SA.

journo-philippe-3Philippe Journo (Compagnie de Phalsbourg)
Diplômé de l’Essec, Philippe Journo se lance, dès ses premiers pas professionnels, dans l’aventure entrepreneuriale, en créant en 1989 la Compagnie de Phalsbourg. A l’origine spécialisé dans le commerce, le groupe qu’il préside toujours aujourd’hui est présent sur l’ensemble du prisme immobilier et est lauréat de grands projets dans le cadre de « Réinventer Paris » et « Inventons la métropole du Grand Paris ».

mounier-bernardBernard Mounier (Bouygues Bâtiment Ile-de-France)
Président de Bouygues Bâtiment Ile-de-France depuis 2015, Bernard Mounier a rejoint le groupe Bouygues en mars 1983. En juillet 2002 il est nommé directeur général adjoint des ouvrages fonctionnels en charge de la rénovation, puis en janvier 2004 directeur général de Bouygues Bâtiment Ile-de-France – rénovation privée. En mai 2008, il devient Directeur général adjoint puis en janvier 2012, directeur général délégué « marchés privés » de Bouygues Bâtiment Ile-de-France.

Bon vote à tous et rendez-vous le 31 janvier 2018 pour les 20 ans des Pierres d’Or et la Cérémonie au cours de laquelle vous découvrirez les noms des lauréats !

PS : pour un accès direct au bulletin de vote pour les retardataires, c’est ici

La rédaction d'immoweek

Édito
par Jean-Baptiste Favier

le 20/02/2020

Logistique : des rendements sous pression

La logistique donne de l’appétit aux investisseurs ! En quête de diversification dans leurs allocations en matière d’immobilier tertiaire, les institutionnels – français comme internationaux – ont fini d’observer ce marché et passent à l’action. Le résultat, nous l’avons déjà évoqué : une année 2019 de tous les records, avec 4,7 milliards d’euros investis, selon les derniers chiffres de JLL.

Le groupe Panhard a récemment rappelé l’acquisition, réalisée pour le compte d’Ivanhoé Cambridge, du portefeuille logistique de Carlyle. Sans oublier un (le ?) mega-deal de l’an passé : l’acquisition, par Argan – spécialiste dans le domaine, donc un habitué du « risque logistique » -, du portefeuille Cargo : 22 plateformes logistiques « premium » pour 898 millions d’euros. « Au-delà de cette transaction, l’année se démarque par un nombre de signatures record puisque l’on en comptabilise 88, contre 41, en moyenne, sur les 10 dernières années. Plus présents en fin d’année que durant le 1er semestre, les portefeuilles représentent 56 % du montant investi » fait valoir JLL.

La société de conseil explique également l’atout français dans le domaine : 45 % des investissements totaux ont été réalisés par des acteurs français ; minoritaires donc, au profit des internationaux. Une forte présence américaine (avec 17 % des montants investis), « mais également britannique et allemande » avance JLL, qui constate également l’émergence d’investisseurs asiatiques, « notamment en provenance de Corée du Sud ». Et le directeur investissement logistique France, Simon-Pierre Richard, de souligner que « dans un contexte jonché d’incertitudes, mais également caractérisé par une activité soutenue à l’échelle européenne, la stabilité de la France lui permet d’endosser le rôle de pépite sur ce marché ».

Face à cet appétit grandissant et à la raréfaction des actifs à la vente – qui redonne, d’ailleurs, des ailes au marché de la vente « en blanc » -, « le taux de rendement « prime », réévalué à la baisse en fin d’année, se tient désormais à 4 % » met en garde JLL, qui ajoute même que « ce niveau plancher est susceptible d’évoluer de nouveau dans les mois à venir, le contexte économique continuant de maintenir les taux sous pression »…

Portrait

Chargement