Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Bureaux > Actualités > Le choix Immoweek : 5 pros de l’immobilier au...

Le choix Immoweek : 5 pros de l’immobilier au Forum Bois Construction

ActualitésBureaux

le 07 Avr 2017

de gauche à droite : Thierry Laroue-Pont, Franck Mathis, Stanislas Pottier et Jean-Paul Viguier

« Investir, s’investir dans le bois », tel était le thème de l’atelier animé par Pascal Bonnefille et Brice Lefranc d’Immoweek, le 6 avril, au Forum Bois Construction qui se tenait à Nancy. Cinq grands pros de l’immobilier ont répondu présents. Lumière sur eux, dans ce rendez-vous d’Immoweek consacré au « Pro ».

Guillaume Poitrinal, président de Woodeum ; Nordine Hachemi, président de Kaufman & Broad ; Thierry Laroue-Pont, président de BNP Paribas Real Estate ; Stanislas Pottier, président de BBCA et directeur du développement durable au Crédit Agricole et Jean-Paul Viguier, architecte et urbaniste étaient aux côtés de Franck Mathis, président d’Adivbois, pour faire entendre leur voix, leurs idées, leur constat et leurs espoirs sur la construction bois, au sein de ce premier atelier du Forum Bois Construction.

Des pros qui, pour la plupart d’entre eux, ont reçu une ou plusieurs « Pierre(s) d’Or » mettant en avant leur talent, leur qualité managériale ou encore leurs réalisations.
Des pros qui considèrent que la construction bois, française et européenne, doit figurer au cœur de la construction durable du 21ème siècle.
Il s’agissait donc d’une première pour eux et ils sont allés à la rencontre des professionnels du bois. L’idée (ou l’ambition) était, en effet, de rapprocher deux mondes : celui de la construction bois et celui des décideurs de l’immobilier. Deux mondes encore très éloignés, qui ne se connaissent pas ou peu. Certes, il faudra, sans doute, encore du temps pour que l’un, très « campagnonique », et l’autre, plutôt « financier » se comprennent, s’écoutent et s’entendent. Mais, en tout cas, les premiers pas ont été effectués, sous l’égide d’Immoweek notamment ce 6 avril.
Immoweek a fait en sorte que la filière bois construction et des acteurs majeurs de l’immobilier puissent se parler. Deux catégories d’acteurs qui savent faire et qui ont parfaitement compris les enjeux du bois.

D’autres rendez-vous sur ce sujet important et d’avenir, à l’initiative d’Immoweek, auront lieu au cours de l’année. « L’enjeu consistant à créer les conditions permettant de passer de la phase d’amorçage à celle de l’économie de masse d’une filière innovante » (édito Brice Lefranc, Immoweek, 31 mars 2017), est désormais engagé…

Valérie Garnier

Directrice de la rédaction

Édito
par Thierry Mouthiez

le 20/01/2020

Investissement : vers la poursuite de la croissance des valeurs…

« 2019 a été une excellente année pour le marché de l’investissement, avec un volume approchant les 40 milliards d’euros placés en immobilier non résidentiel dans l’Hexagone, positionnant la France en numéro 3 au niveau européen, derrière l’Allemagne et la Grande-Bretagne » constate Emmanuel Schreder.

Le coprésident de Catella France rappelle qu’après le « pic » de 2007 à 30,8 milliards d’euros, les volumes avaient été divisés par deux en 2008 (à 14 milliards) et en 2009 (à 8 milliards) « et depuis, la croissance est continue et quasi exponentielle »… Pour 2019, le conseil relève « le poids des grosses opérations avec 57 transactions de plus de 100 millions d’euros représentant les deux tiers du volume global, dont 23 supérieures à 300 millions d’euros » ; le fait qu’ »à l’exception des locaux d’activités et de l’immobilier de santé, toutes les classes d’actifs ont progressé, de 9 % pour les bureaux, 14 % pour le commerce ou encore… 57 % pour la logistique », ainsi que le poids des investisseurs étrangers « dans un marché où les investisseurs nationaux ont accru de 22 % (4 milliards d’euros) leurs interventions ».

Pour ce qui est de l’année qui s’ouvre, le conseil estime que « les premières semaines s’inscrivent dans la même dynamique qu’en 2019 » avec des collecteurs d’épargne, notamment des assureurs-vie qui, « après avoir placé leur forte collecte à taux négatifs l’an passé, sont, désormais, résolument orientés vers l’immobilier »… Surtout, Emmanuel Schreder souligne que le taux des OAT 10 ans est « repassé en terrain positif à 0,05 % » et que le « spread » entre taux d’intérêt et taux de rendement immobilier « demeure élevé à près de 300 points de base en se basant sur un taux de rendement « prime » dans Paris intra-muros qui tourne autour des 3 % ». Il fait également valoir que le marché locatif, « bien que son évolution ait été nuancée en 2019, se porte bien, avec des taux de vacance historiquement bas dans de nombreux secteurs, ce qui permet d’anticiper de la réversion positive avec un différentiel positif entre le loyer existant et le loyer de marché potentiel. Ce qui ne manque pas d’encourager les investisseurs à parier sur un tassement des rendements et ce qui participe, ainsi, à la valorisation des actifs ». Enfin, le conseil ajoute l’insuffisance de l’offre sur le marché de l’investissement. Si celle-ci avait répondu à la demande, « ce sont, certainement, au minimum entre 5 et 10 milliards d’euros supplémentaires qui auraient pu être investis sur le marché » !

Au final, ces trois évolutions du marché de l’investissement « sont les garants de la poursuite de la croissance des valeurs en 2020 ». Cependant, le coprésident de Catella estime qu’il « convient de conserver à l’esprit que, dans le cadre de valorisations déjà élevées, tout évènement lié à la conjoncture économique ou géopolitique pourrait entraîner un « repricing » ». Néanmoins, « ce n’est pas le cas pour l’instant »…

Portrait

Chargement