Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Green & Innovations > Actualités > Le choix Immoweek : Xavier Niel lance sa...

Le choix Immoweek : Xavier Niel lance sa résidence d’entrepreneurs à Ivry

ActualitésGreen & Innovations

le 04 Oct 2016

Pour ce rendez-vous d’Immoweek consacré à l’immeuble, petit retour, à quelques semaines des Trophées Logement & Territoires, sur une de nos « Pierres d’Or »… Ou plutôt sur un projet annexe ! Nos lecteurs se souviennent de la « Pierre d’Or » du Programme de l’année attribuée à la « Station F », le plus grand incubateur d’Europe installé dans la Halle Freyssinet rénovée. Xavier Niel, le patron de Free et l’ordonnateur du projet, ne s’arrête pas là et a commencé le chantier de « @Home », une résidence de 10 000 m2 à Ivry réservée aux entrepreneurs de la Halle Freyssinet…

Consistant en un ensemble de 12 000 m2 au sein de la Zac Ivry Confluences, les trois tours dessinées par Jean-Michel Wilmotte (également à l’origine de la « Station F ») devraient se dresser dès le printemps 2018 : près de 600 start-uppers venus du monde entier devraient résider en colocation (jusqu’à six personnes) dans les studios de 95 m2 de « @Home », dont les 10 000 m2 seront répartis sur trois tours de 18, 13 et 12 étages, avec un îlot de verdure entre elles. Redman est maître d’ouvrage délégué de Xavier Niel pour construire sur ce site qui accueillait l’ancienne imprimerie Martinenq d’Ivry Port Nord.

« @Home » devient le complément rêvé pour héberger les entrepreneurs de la « Station F », située à moins de 3 kilomètres d’Ivry sur Seine et permettant aux entrepreneurs d’éviter à avoir à se préoccuper des loyers très élevés de la zone. Pour éviter qu’Ivry sur Seine ne devienne une énième cité-dortoir aux portes de Paris, Xavier Niel a accepté de retoquer son projet initialement prévu de 800 studios pour consacrer 20 % de « @Home » à la création de commerces et de bureaux. L’opération elle-même coûtera 50 millions d’euros, contre 200 millions d’euros pour les travaux de la Halle Freyssinet.

Une grande opportunité pour le Val de Marne, et un juste retour pour Xavier Niel, originaire de Créteil…

Arthur de Boutiny

Journaliste Rédacteur

Édito
par Thierry Mouthiez

le 27/07/2020

Un élan pour la rentrée…

Finalement, le marché de l’immobilier d’entreprise en général et celui des bureaux en particulier ont, effectivement, démontrer leur résistance au terme d’un premier semestre où l’activité a été pour le moins bouleversée.

Certes, logiquement, l’activité locative s’est inscrite en retrait. Une baisse que Knight Frank a récemment qualifiée de « conséquente ». Le conseil précise, ainsi que « les volumes placés au 2èmetrimestre portent à près de 755 000 m2 la somme des surfaces commercialisées depuis le début de l’année. Le recul est de 33 % par rapport au 1er semestre 2019 et de 31 % par rapport à la moyenne décennale ». Cependant, « avec 2,99 millions de mètres carrés de bureaux immédiatement disponibles en Ile-de-France, l’offre progresse de 4 % sur un trimestre et de 9 % depuis le début de 2020. Amorcée avant l’apparition du virus, la hausse des disponibilités est donc, pour l’instant, assez modeste ». Etant précisé que « les disponibilités restent particulièrement limitées dans Paris (2,6 %) ». Ici réside un vrai signe de la solidité du marché.

D’ailleurs, les investisseurs ne s’y trompent pas puisque, comme le relève CBRE, 11,5 milliards d’euros ont été investis en immobilier d’entreprise au 1er semestre, « soit un niveau comparable à la moyenne semestrielle des trois dernières années ». Et, bien entendu, le bureau arrive en tête (suivi par la logistique avec 20 % des investissements, comme nous le soulignions dans notre édito de la semaine dernière). Comme l’affirme Knight Frank, « ce qui est sûr, c’est que le temps n’est pas à « l’entreprise sans bureau ». Les exemples de « full remote » sont d’ailleurs très rares, tandis que les diverses enquêtes menées depuis le déconfinement montrent qu’un tel bouleversement n’est pas souhaité par les salariés. Pour une majorité d’entre eux, le travail à distance doit, en effet, se limiter à un ou deux jours par semaine afin de réallouer une partie du temps gagné sur leurs trajets domicile-travail ; une organisation dans laquelle le bureau conserve toute sa place. De fait, l’une des conséquences de la crise sanitaire aura été de prendre la mesure de l’importance des rapports humains, soulignant le rôle central des bureaux comme vecteurs de lien social »…

Un contexte dans lequel nombre d’acteurs du secteur ont fait preuve, avant et après le confinement, d’une rapidité d’analyse et de réaction tout-à-fait remarquables. Sur ce thème, le dernier numéro de notre magazine intitulé « Vive la reprise » en apporte un vrai témoignage. De nouvelles initiatives et offres sont déjà à l’ordre du jour et vont évidemment se poursuivre… Comme si le marché prenait son élan pour aborder le plus vite possible une nouvelle phase de son évolution et, peut-être, tourner la page de cet épisode qui, néanmoins, restera dans la mémoire de tous…

Portrait

Chargement