Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Green & Innovations > Actualités > En confinement avec… Benjamin Teboul

En confinement avec… Benjamin Teboul

ActualitésGreen & Innovations

le 27 Mar 2020

Benjamin Teboul, co-fondateur de Deskeo, a bien voulu répondre à notre questionnaire « à la Proust ». Faites-nous, vous aussi, part de votre confinement en répondant au questionnaire ci-dessous et en nous adressant vos réponses à : redaction@immoweek.fr

Comment se déroule votre journée ?
Au réveil, rituel café, douche et méditation d’une quinzaine de minutes. Ensuite, ce sont des journées intenses !
Nous démarrons à 9h avec un « call » qui réunit notre équipe management. Cette réunion nous permet de comprendre les enjeux et les problématiques inédites que cette situation provoque dans nos différentes « business units » (travaux, approvisionnement, gestion des espaces, contact constant avec les entreprises clientes…). Nous faisons également un point sur les actions qui ont été menées les jours précédents. C’est un « kick-off » qui permet de maintenir une certaine rigueur.
Ensuite, j’ai différentes réunions téléphoniques avec notre directeur des affaires financières, nos partenaires (brokers, propriétaires) et, évidemment, nos équipes avec qui nous maintenons un contact permanent.

Où êtes-vous ?
Chez moi, à Paris.

Quelle est la pièce préférée de votre logement ?
A défaut d’être ma pièce préférée… le salon reste, en termes de disposition et d’aménagement, la pièce la plus fonctionnelle pour passer ma journée en télétravail.

Que lisez-vous ? Avez-vous un livre à nous recommander ?
En ce moment, ma lecture est très orientée vers la presse économique ; j’ai un peu de mal avec les chaînes d’information, mais une page du site « Les Echos » est constamment ouverte sur mon ordinateur.

Un film ou une série télé que vous allez revoir ? Que vous nous recommandez?
J’ai terminé une série Netflix la semaine dernière (1 saison) : « When heroes fly ». Très bien, je la recommande ! J’en ai démarré une nouvelle sur Canal : Zéro Zéro Zéro.

Un album de musique à nous conseiller ?
Dès que je ferme mon ordinateur, même si les journées ne sont jamais réellement terminées, j’écoute souvent un album du guitariste Biréli Lagrène. C’est à la fois tonique et apaisant !

Comment faites-vous pour garder la forme ?
Je pensais avoir du temps pour faire un peu de course à pied, mais finalement le temps n’est pas si simple à trouver. J’espère pouvoir reprendre ce week-end. Pour l’instant, cela se limite à quelques pompes et des abdominaux dans la matinée.

Avez-vous un message à faire passer à nos lecteurs et aux autres confinés ?
Soyons unis ! Nous vivons une situation de crise qui a des répercussions inédites sur l’ensemble des secteurs d’activité.
La période que nous vivons nous montre encore un peu plus à quel point il est difficile de se projeter à un horizon moyen-long terme pour les entreprises. La flexibilité et l’agilité seront les moteurs de l’immobilier tertiaire de demain.

Jean-Baptiste Favier

Chef des informations

Édito
par Thierry Mouthiez

le 27/07/2020

Un élan pour la rentrée…

Finalement, le marché de l’immobilier d’entreprise en général et celui des bureaux en particulier ont, effectivement, démontrer leur résistance au terme d’un premier semestre où l’activité a été pour le moins bouleversée.

Certes, logiquement, l’activité locative s’est inscrite en retrait. Une baisse que Knight Frank a récemment qualifiée de « conséquente ». Le conseil précise, ainsi que « les volumes placés au 2èmetrimestre portent à près de 755 000 m2 la somme des surfaces commercialisées depuis le début de l’année. Le recul est de 33 % par rapport au 1er semestre 2019 et de 31 % par rapport à la moyenne décennale ». Cependant, « avec 2,99 millions de mètres carrés de bureaux immédiatement disponibles en Ile-de-France, l’offre progresse de 4 % sur un trimestre et de 9 % depuis le début de 2020. Amorcée avant l’apparition du virus, la hausse des disponibilités est donc, pour l’instant, assez modeste ». Etant précisé que « les disponibilités restent particulièrement limitées dans Paris (2,6 %) ». Ici réside un vrai signe de la solidité du marché.

D’ailleurs, les investisseurs ne s’y trompent pas puisque, comme le relève CBRE, 11,5 milliards d’euros ont été investis en immobilier d’entreprise au 1er semestre, « soit un niveau comparable à la moyenne semestrielle des trois dernières années ». Et, bien entendu, le bureau arrive en tête (suivi par la logistique avec 20 % des investissements, comme nous le soulignions dans notre édito de la semaine dernière). Comme l’affirme Knight Frank, « ce qui est sûr, c’est que le temps n’est pas à « l’entreprise sans bureau ». Les exemples de « full remote » sont d’ailleurs très rares, tandis que les diverses enquêtes menées depuis le déconfinement montrent qu’un tel bouleversement n’est pas souhaité par les salariés. Pour une majorité d’entre eux, le travail à distance doit, en effet, se limiter à un ou deux jours par semaine afin de réallouer une partie du temps gagné sur leurs trajets domicile-travail ; une organisation dans laquelle le bureau conserve toute sa place. De fait, l’une des conséquences de la crise sanitaire aura été de prendre la mesure de l’importance des rapports humains, soulignant le rôle central des bureaux comme vecteurs de lien social »…

Un contexte dans lequel nombre d’acteurs du secteur ont fait preuve, avant et après le confinement, d’une rapidité d’analyse et de réaction tout-à-fait remarquables. Sur ce thème, le dernier numéro de notre magazine intitulé « Vive la reprise » en apporte un vrai témoignage. De nouvelles initiatives et offres sont déjà à l’ordre du jour et vont évidemment se poursuivre… Comme si le marché prenait son élan pour aborder le plus vite possible une nouvelle phase de son évolution et, peut-être, tourner la page de cet épisode qui, néanmoins, restera dans la mémoire de tous…

Portrait

Chargement