Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Bureaux > Actualités > iPodcasts : le MIPIM 2021 en 10 interviews

iPodcasts : le MIPIM 2021 en 10 interviews

ActualitésBureaux

le 10 Sep 2021

Ce MIPIM 2021, qui s’est tenu les 7 et 8 septembre à Cannes, a une saveur un peu particulière. D’abord parce qu’il a rassemblé 5 000 participants au lieu de 30 000 en temps de non-Covid ; ensuite, parce que ce nombre restreint de présent et de l’avis d’un bon nombre de professionnels, cela a favorisé des échanges riches et de grande qualité et permis une réflexion sur l’avenir des villes, la place et le rôle du politique au sein de territoires quelque peu tourneboulés par la pandémie depuis 18 mois.

« Immoweek » s’est rendu à ce MIPIM et a interviewé bon nombre de pros, qu’ils soient issus de l’immobilier d’entreprise, de l’habitation ou encore du monde politique… Ils prouvent la diversité des intervenants et des acteurs du secteur.

Voici les iPodcasts réalisés par Catherine Bocquet et Erick Cala :

1 – Mickaël Nogal, député de la Haute-Garonne et président du Conseil National de l’Habitat
2 – Jean-Christophe Fromantin, maire de Neuilly-sur-Seine, avec Guillaume Poitrinal, président de Woodeum
3 – Eric Piolle, maire de Grenoble
4 – Quentin Brière, maire de Saint-Dizier (Haute-Marne)
5 – Eric Donnet : directeur général de Groupama Immobilier
6 –  Cédric Borel, directeur de l’Institut Français pour la Performance Energétique du Bâtiment, à propos du « booster du ré-emploi »
7 – Eric Cosserat, directeur général de Perial
8 – Chrystèle Villotte, directrice résidentiel et santé chez Cushman & Wakefield
9 – Jonas Ramuz, président de Quai 36.

iPodcasts « Spécial MIPIM 2021 » : 

Valérie Garnier

Directrice de la rédaction

Édito
par Pascal Bonnefille

le 16/03/2022

La « divine surprise » Olivier Klein

Tout le secteur de l’immobilier, et singulièrement du logement, avait (très !) mal vécu l’absence de portefeuille ministériel à lui dédié. Amélie de Montchalin avait eu beau affirmer, pour rattraper le coup, qu’elle était « bien sûr » ministre du Logement, personne n’avait été dupe ou rassuré par cette absence.

Même si quelques voix, ici même, dont celles de Philippe Pelletier, ont douté de l’intérêt profond de l’existence d’un ministre « spécialisé », la nomination d’Olivier Klein a fait l’effet d’une « divine surprise » pour des professionnels souvent inquiets, à juste titre d’ailleurs.
D’abord car c’est un élu qui connaît sur le bout des doigts les questions du secteur : président de l’Anru depuis 2017 et maire de Clichy-sous-Bois, les sujets « logement » ne lui sont pas étrangers. Ensuite, autre bon signe, car l’intitulé du ministère comprend également la Ville, comme un écho au portefeuille de Jean-Louis Borloo, toujours ô combien regretté par le secteur (son Trophée du Jury aux « Trophées Logements et Territoires », 2021, l’a bien rappelé).
Reste à scruter maintenant les relations que le nouveau ministre délégué entretiendra avec Christophe Bechu qui, un mois après son entrée au Gouvernement, est promu en devenant ministre de plein exercice chargé de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires.
Mais il faudra aussi s’intéresser aux rapports du ministre délégué avec l’Elysée, Matignon et Bercy, les trois pôles du pouvoir, sans le soutien desquels un ministre, aussi compétent soit il, est bien démuni…

Portrait

Chargement

Page 0 /

Vis à vis

Zoom 1

Vous devez être connecté pour télécharger le magazine