Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Bureaux > Actualités > Le choix Immoweek : 950 millions d’euros de...

Le choix Immoweek : 950 millions d’euros de transactions pour Amundi Immobilier au 1er semestre

ActualitésBureaux

le 13 Juil 2016

Pour ce Rendez-vous du mercredi consacré au « Deal », focus sur les transactions immobilières réalisées par Amundi Immobilier au premier semestre 2016…

956 millions d’euros, c’est le montant des acquisitions réalisées par Amundi Immobilier, dirigé par Jean-Claude Coly, pour le compte de fonds immobiliers et mandats que le groupe gère. Des acquisitions réparties pour 70 % en France et 30 % principalement en Allemagne et aux Pays-Bas.
Parmi ces acquisitions, un ensemble réalisé par le grand architecte Rem Koolhaas, à Rotterdam : trois tours de verre hautes de 150 mètres, relayées entre elles et développant 68 000 m2 de bureaux. Cette oeuvre architecturale est envisagée comme une mini ville verticale « aussi large qu’un terrain de football », qui comprendra également un hôtel de 278 chambres, des boutiques et restaurants, des logements et un parking de 642 places. Cet ensemble s’est vu décerner la récompense « Best Tall building Europe ».

63520Crédit photo : Rotterdam Image Bank

Autre récente acquisition d’Amundi : le portefeuille « Alpha » d’un montant aux alentours de 850 millions d’euros…

Valérie Garnier

Directrice de la rédaction

Édito
par Pascal Bonnefille

le 16/03/2022

Présidentielle : le choix s’impose

Les journalistes, ceux d’ « Immoweek » bien sûr et tous les autres médias, ont accompli, avec conscience,  durant cette campagne présidentielle, leur mission d’information : présenter les projets, les comparer et, pour ce qui nous concerne, insister sur les propositions en matière de logement et d’immobilier. Ce travail effectué, reste désormais aux citoyens à s’exprimer.

Le rôle d’ « Immoweek » n’est nullement de s’engager, ni de prendre parti dans les choix qui appartiennent à chacun. Le citoyen que je suis (et qui s’exprime ici en son nom personnel) croit, cependant, devoir affirmer, et réaffirmer son attachement aux valeurs de la République et de la démocratie. Même si on peut reprocher au Président sortant (notamment en matière de logement) bien des insuffisances, voire des erreurs, c’est aujourd’hui le sort de la France en tant que nation démocratique qui se joue. Jamais l’extrême droite n’a pu, sauf après de terribles défaites militaires (en 1870 et en 1940), s’imposer : sa victoire serait un drame pour tous ceux qui croient, au-delà de leurs différences, voire de leurs oppositions, à la fière et exigeante devise de la République. Dimanche prochain, le choix s’impose et il s’appelle Emmanuel Macron.

Portrait

Chargement

Page 0 /

Vis à vis

Zoom 1

Vous devez être connecté pour télécharger le magazine