Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Bureaux > Actualités > Le choix Immoweek : Benjamin Rombaut (Strategies...

Le choix Immoweek : Benjamin Rombaut (Strategies & Corp) – « Parcours complet »

ActualitésBureaux

le 15 Fév 2019

Les « Pierres d’Or » 2019 sont à présent achevées ! Pour prolonger un peu le souvenir de cet évènement, vous pourrez retrouver, jour après jour, dans le « choix Immoweek », les portraits des lauréats et des nommés, tels qu’ils ont été réalisés pour les « Pierres d’Or ». Aujourd’hui, nous vous présentons Benjamin Rombaut, directeur commercial de Strategies and Corp, nommé dans la catégorie « Conseils ».

Chez les Rombaut, on est agent immobilier depuis quatre générations. Après son BTS Professions Immobilières, Benjamin Rombaut se destinait à reprendre l’agence de son père. Mais à 20 ans, ce cavalier émérite, alors spécialisé en concours complet (et en équipe de France B), rencontre Eric Lavigne Delville à son club d’équitation. Il entre alors, en 2000, chez Strategies & Corp pour ne plus en partir. Aujourd’hui, il pratique tous les week-ends le saut d’obstacles, possède trois chevaux chez lui à Maisons-Laffitte et envie parfois ses amis qui concourent aux Jeux Olympiques. Mais quand on est à 38 ans directeur commercial de Strategies and Corp, on n’a pas à rougir !

Il entre pour créer la base de données Sherpa qui recense tous les immeubles de bureaux franciliens : le big data tient alors de la science-fiction. “Eric Lavigne Delville et Angélique de Rougé étaient des pionniers. Sherpa continue à être notre machine à deals” explique celui qui continue à l’alimenter. “En 2000, Google Maps n’existait pas : tout le monde voulait voir sa maison en vue aérienne ! J’ai aussi acquis une véritable connaissance du terrain, en arpentant les rues pour recenser les 15 000 immeubles de la base…”. Il franchit ensuite les étapes comme consultant, avant d’accéder à sa fonction actuelle en 2016.

Si Strategies and Corp a notamment signé, malgré une situation de pénurie d’actifs “prime” à Paris, la vente de “Kosmo” et du siège d’Altarea Cogedim, l’année 2018 de ce collaborateur très fidèle a été bien remplie : à titre personnel, il a vendu le siège de Perial qui a ensuite acheté son nouveau siège auprès de Gecina ; deux ventes croisées, l’une entre AG2R La Mondiale et le RSI, l’autre portant sur le siège de Covivio et l’ancien siège de Gide, détenu par la CARNF. « C’est exubérant de voir des acteurs majeurs du secteur faire appel à Strategies & Corp pour vendre et acquérir leur siège social”. Il a aussi à son tableau de chasse WeWork, qui s’installe en bail long terme au 2-4, rue Jules Lefebvre (Paris 9ème), à la suite d’AXA. L’année de Benjamin Rombaut a également été marquée à la toute fin… par la naissance de son troisième enfant ! Félicitations !

Arthur de Boutiny

La rédaction d'immoweek

Édito
par Thierry Mouthiez

le 26/07/2019

Au beau fixe !

Tout comme le climat, les cycles de l’immobilier d’entreprise semblent quelque peu chamboulés. Mais dans le bon sens s’agissant de ce secteur.

Si les professionnels s’interrogeaient, il y a encore peu, pour savoir si le cycle actuel n’avait pas atteint son point haut, nombreux sont ceux, aujourd’hui, qui considèrent que le cycle haussier actuel devrait se poursuivre encore un certain temps. Il est vrai que l’évolution des taux d’intérêt joue un rôle majeur dans cette situation.

Ainsi, côté locatif, la demande semble toujours aussi dynamique, même si l’activité du créneau des grandes transactions a légèrement marqué le pas au 1er semestre, après deux années exceptionnelles il est vrai. Rien là, donc, d’inquiétant comme le soulignait récemment dans nos colonnes Grégoire de La Ferté, executive director bureaux Ile-de-France de CBRE, affirmant : « au regard de la demande enregistrée chez CBRE et de l’activité de l’ensemble des équipes, nous anticipons un marché comparable au second semestre 2019, conduisant à un volume global de transactions entre 2,4 et 2,5 millions de mètres carrés ». C’est surtout l’offre qui freine l’activité, en particulier dans Paris. L’offre neuve, la préférée par les utilisateurs, reste maîtrisée, voire contrainte. Du coup, les valeurs locatives sont, dans leur ensemble, clairement orientées à la hausse.

Quant à l’investissement, même avec des taux de rendement au plancher, une nouvelle baisse peut être encore envisagée comme le souligne Nils Vinck, directeur général et directeur du département capital markets de Cushman & Wakefield, dans sa dernière chronique. L’économie française tire bien son épingle du jeu par rapport à ses voisins européens. Le chômage est même en baisse et dans un contexte boursier parfois chahuté, le placement immobilier s’avère toujours aussi séduisant.

Au final, que de bonnes nouvelles avant une trêve estivale que la rédaction d’« Immoweek » souhaite la plus belle à l’ensemble des professionnels du secteur !

Portrait

Chargement