Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Bureaux > Actualités > Le choix Immoweek : Bertrand Jasson (Groupe...

Le choix Immoweek : Bertrand Jasson (Groupe Orange) – « Tourné vers le futur »

ActualitésBureaux

le 20 Fév 2019

Les « Pierres d’Or » 2019 sont à présent achevées ! Pour prolonger un peu le souvenir de cet évènement, vous pourrez retrouver, jour après jour, dans le « choix Immoweek », les portraits des lauréats et des nommés, tels qu’ils ont été réalisés pour les « Pierres d’Or ». Aujourd’hui, nous vous présentons Bertrand Jasson, directeur immobilier du Groupe Orange, nommé dans la catégorie « Utilisateur ».

Sans surprise (mais avec regret), les sociétés qui délivrent de la communication (et en l’espèce de la télé-communication) sont souvent les plus taiseuses.

Orange, et cela ne date pas d’hier, n’échappe pas à la règle. C’est pourquoi ce portrait de son directeur immobilier délégué, Bertrand Jasson, qui gère tout de même pas moins de 6 millions de mètres carrés rien qu’en France (data centers ou immeubles de bureaux plus classiques) sera plutôt celui, par procuration ou par défaut, d’une stratégie immobilière. Une stratégie qui trace une nouvelle étape de l’histoire d’Orange, illustrée par la prise à bail d’un immeuble iconique : « Bridge ».

En effet, en décembre 2020, le grand groupe français, géant présidé par Stéphane Richard, opère un grand virage managérial via (et avec) une décision immobilière : Orange regroupera, en un siège social unique (c’est une première), ses équipes. Parmi les concernées, celles travaillant jusqu’alors rue Olivier de Serres (15ème), celles de la rue Jobbé-Duval (15ème également) et celles dédiées à la formation sur le site d’Orange Campus, à Montrouge, plus le pôle financier situé place d’Alleray (15ème encore). Tous, soit près de 3 000 collaborateurs, se retrouveront ainsi à Issy-les-Moulineaux, sur le site historique du Cnet revisité grâce au talent de l’architecte Jean-Paul Viguier qui signe « Bridge ».

Dans ce nouveau quartier général (qui fait l’objet d’un sujet dans notre magazine daté novembre/décembre 2018), tout est pensé, voulu « nouvelle organisation du travail », « facilitation de la collaboration et des rencontres »… et digital. Leitmotiv « new tech » oblige, « Bridge » sera le premier bâtiment FTTO (qui signifie « fiber to the office »), prêt pour le déploiement de la 5G, un immeuble dans lequel il sera possible de travailler partout « sans fil ». Un projet « iconique » comme on dit aujourd’hui, rendu possible grâce à la réflexion et l’initiative d’Altarea Cogedim et Crédit Agricole Assurances qui ont lancé, « en blanc », cet ambitieux projet de tour horizontale. Un bâtiment prédestiné (il n’y a pas de hasard) à un grand groupe en quête de changement et de renouveau !

Catherine Bocquet

La rédaction d'immoweek

Édito
par Thierry Mouthiez

le 26/07/2019

Au beau fixe !

Tout comme le climat, les cycles de l’immobilier d’entreprise semblent quelque peu chamboulés. Mais dans le bon sens s’agissant de ce secteur.

Si les professionnels s’interrogeaient, il y a encore peu, pour savoir si le cycle actuel n’avait pas atteint son point haut, nombreux sont ceux, aujourd’hui, qui considèrent que le cycle haussier actuel devrait se poursuivre encore un certain temps. Il est vrai que l’évolution des taux d’intérêt joue un rôle majeur dans cette situation.

Ainsi, côté locatif, la demande semble toujours aussi dynamique, même si l’activité du créneau des grandes transactions a légèrement marqué le pas au 1er semestre, après deux années exceptionnelles il est vrai. Rien là, donc, d’inquiétant comme le soulignait récemment dans nos colonnes Grégoire de La Ferté, executive director bureaux Ile-de-France de CBRE, affirmant : « au regard de la demande enregistrée chez CBRE et de l’activité de l’ensemble des équipes, nous anticipons un marché comparable au second semestre 2019, conduisant à un volume global de transactions entre 2,4 et 2,5 millions de mètres carrés ». C’est surtout l’offre qui freine l’activité, en particulier dans Paris. L’offre neuve, la préférée par les utilisateurs, reste maîtrisée, voire contrainte. Du coup, les valeurs locatives sont, dans leur ensemble, clairement orientées à la hausse.

Quant à l’investissement, même avec des taux de rendement au plancher, une nouvelle baisse peut être encore envisagée comme le souligne Nils Vinck, directeur général et directeur du département capital markets de Cushman & Wakefield, dans sa dernière chronique. L’économie française tire bien son épingle du jeu par rapport à ses voisins européens. Le chômage est même en baisse et dans un contexte boursier parfois chahuté, le placement immobilier s’avère toujours aussi séduisant.

Au final, que de bonnes nouvelles avant une trêve estivale que la rédaction d’« Immoweek » souhaite la plus belle à l’ensemble des professionnels du secteur !

Portrait

Chargement