Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Bureaux > Actualités > Le choix Immoweek : Christophe Kullmann (Covivio)...

Le choix Immoweek : Christophe Kullmann (Covivio) – « Le grand changement »

ActualitésBureaux

le 12 Avr 2019

Les « Pierres d’Or » 2019 sont à présent achevées ! Pour prolonger un peu le souvenir de cet évènement, vous pourrez retrouver, jour après jour, dans le « choix Immoweek », les portraits des lauréats et des nommés, tels qu’ils ont été réalisés pour les « Pierres d’Or ». Aujourd’hui, nous vous présentons Christophe Kullmann, directeur général de Covivio, qui était nommé dans la catégorie « Professionnel(le) de l’Année ».

À nouveau nommé cette année aux « Pierres d’Or » dans la catégorie « Professionnel de l’Année » (il a déjà été lauréat, en 2010, dans cette catégorie et, la même année, dans celle des « Investisseurs »), Christophe Kullmann est un professionnel reconnu.

Non pas à l’image d’un « showman » que l’on fait venir sur les estrades, l’homme est trop policé pour cela, le professionnel trop respectueux de ses pairs pour se pousser du col, mais parce que Christophe Kullmann multiplie de son fait les occasions d’apparaître dans les rubriques d’Immoweek, voire à la « Une » de notre magazine, depuis le début de sa carrière en 1992 à la direction financière d’Immobilière Batibail, jusqu’à la fusion avec Gecina sept ans plus tard, son arrivée à Foncière des Régions en 2001, moyenne structure devenu major sous le nom récemment adopté de Covivio à mi-année dernière.

Une nouvelle identité pour rassembler Foncière des Régions, Foncière des Murs, Immeo en Allemagne, et depuis la fusion avec Beni Stabili, l’Italie.

« Ce qui importe à ce grand patron, c’est de construire l’entreprise en rassemblant ceux qui adhérent à la stratégie multi-produits, multi-pays » avions-nous écrit à son sujet, il y a plusieurs années dans « Les 300 » d’Immoweek. Sans être jamais contredit.

Covivio inaugure sans tapage, ce n’est pas le style de la maison, son entrée résolue dans une stratégie de services aux meilleurs coûts. « The real estate as a service ». « Travailler, voyager, habiter », la maxime bilingue de Covivio mise en avant sous la verrière du siège, en mai dernier par Christophe Kullmann, adepte de la litote, est une présentation elliptique des 21 milliards d’euros de patrimoine de cette foncière cotée en Bourse, cas unique de grande foncière, la quatrième en Europe, à avoir harmonieusement réparti ses biens entre bureaux, hôtels et logements.

Ce grand patron, toujours aussi discret, mais tellement performant, méritait amplement sa place dans la catégorie « reine » des « Pierres d’Or » au regard d’une année 2018 extrêmement riche. Juste retour consenti à la discrétion de bon aloi de cette grande maison.

Brice Lefranc

La rédaction d'immoweek

Édito
par Thierry Mouthiez

le 19/07/2019

Logistique : un marché plus équilibré…

« Particulièrement animé au 1er semestre 2019, le secteur de l’immobilier logistique français se caractérise par une demande placée culminant à un niveau record de 1 743 000 m2 » constate Arthur Loyd Logistique.

De son côté, JLL estime que le 1er semestre « se conclut avec 1 346 000 m2 d’entrepôts de plus de 10 000 m2 commercialisés sur le territoire français. Si le niveau est légèrement supérieur à celui de l’an passé (+3 %), il demeure, cependant, en deçà de ceux des années 2016 et 2017 qui avaient totalisé, respectivement, 1 660 000 et 1 540 000 m2 ». Et de poursuivre : « alors que le 1er trimestre 2019 aura été le meilleur début d’année de ces derniers exercices avec 846 000 m2 de demande placée, l’activité s’est montrée un peu plus timorée au cours de ces 3 derniers mois avec seulement 500 000 m2 d’entrepôts commercialisés via une vingtaine de transactions ». En revanche, les deux sociétés de conseils souligne une même évolution : «  »fait inhabituel, le marché a été stimulé par une augmentation inégalée des transactions effectuées en dehors de la dorsale, avec 767 000 m2 commercialisés » observe Arthur Loyd Logistique, tandis que JLL souligne que « les marchés dits « secondaires » se montrent tout aussi attractifs que les marchés principaux qui composent la dorsale. Ce trimestre, 1 transaction sur 3 a été réalisée en dehors de l’axe de la dorsale (…) Ainsi, considérant les volumes commercialisés, le rapport entre marchés secondaires et principaux est plus équilibré. Il penche, néanmoins, légèrement en faveur des marchés de la dorsale qui captent 51 % des volumes ». Jean-Marie Guillet, directeur logistique de JLL France, précise : « au regard de son démarrage dynamique et compte tenu de l’encours de transactions, 2019 devrait s’inscrire dans la continuité des performances observée ces derniers années »…

Côté investissement, « avec 960 millions d’euros investis au cours du 1er semestre, le marché de l’investissement en immobilier logistique a démarré timidement l’année 2019, en baisse de 20 % d’une année sur l’autre » met en avant Arthur Loyd Logistique, estimant que « ce ralentissement en trompe l’oeil traduit, tout d’abord, un manque d’offre ». Nicolas Chomette, directeur investissement, ajoutant que « surtout, ces volumes ne reflètent pas l’engouement que suscitent aujourd’hui les actifs logistiques auprès des investisseurs lors des phases d’appels d’offres ». Le conseil affirme que « la physionomie du marché devrait être tout autre dans les mois à venir », sachant que « plusieurs portefeuilles d’un montant supérieur à 250 millions d’euros sont, d’ores et déjà, en cours de commercialisation, sur des profils « core » et « core + », tandis qu’Argan vient d’officialiser l’acquisition du portefeuille Cargo, occupé par Carrefour, pour un montant proche de 900 millions d’euros ». Et la société de conclure : « le marché de l’investissement en immobilier logistique devrait franchir le cap historique des 3 milliards d’euros en 2019″…

Portrait

Chargement