Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Finance & Bourse > Actualités > Le choix Immoweek : Eric Donnet (Groupama...

Le choix Immoweek : Eric Donnet (Groupama Immobilier) remodèle les Champs-Elysées

ActualitésFinance & Bourse

le 15 Juin 2018

1,24 milliard d’euros de transactions en 2017, location du « Groupama Campus » à La Défense… 2017 a été une année fleurie pour Groupama Immobilier et son directeur général, Eric Donnet, ne compte pas s’arrêter là. Le groupe ayant dans son patrimoine quelques actifs de très haute qualité sur la plus célèbre avenue de Paris, tels que le consulat de Chine, le 22 de l’avenue, et engageant des travaux au 79 et au 150 de l’avenue des Champs-Elysées. C’est bien entendu notre « pro » de la semaine et, pour mémoire, le récipiendaire de la « Pierre d’Or Managers » 2018.

Diplômé de l’Institut commercial de Nancy et expert-comptable, Eric Donnet a commencé sa carrière comme contrôleur de gestion chez Lyreco UK en 1993, avant de devenir responsable de missions d’audit et de conseil deux ans plus tard chez PriceWaterhouseCoopers.
En 1997, Eric Donnet devient, pour quatre ans, responsable développement et acquisitions Europe de Lyreco Management, avant de d’être nommé, en 2001, directeur stratégie et projets spéciaux de Valéo Distribution, puis, en 2002, managing director de Bail Investissement Foncière.
En 2005, il rejoint AEW Europe, tout d’abord au poste d' »European head of asset management », puis, à partir de 2008, comme « chief operating officer ». Il occupe ses fonctions actuelles depuis 2013.
Les lecteurs d’Immoweek le connaissent bien, l’ayant donc plébiscité pour la « Pierre d’Or Managers » en 2018, lors du vingtième anniversaire de la cérémonie, après deux nominations dans cette catégorie, concourant également en 2018 pour le programme « The Link » et en tant que « Professionnel de l’Année ». En tant que CEO d’AEW Europe, il avait déjà été nommé dans la catégorie « Investisseurs »…
Après avoir réussi la rénovation de l’hôtel de Günzburg, un hôtel particulier historique autour de l’Arc de Triomphe, Groupama Immobilier a présenté ses plans pour remodeler ses actifs des Champs-Elysées : le futur « flagship » de Nike au 79, avenue des Champs-Elysées, sur 10 000 m2, ainsi que le futur hôtel « So' » (Sofitel) de 150 chambres au 150, de l’avenue, à côté d’un cinéma totalement repensé. Groupama Immobilier a su évoluer sous sa direction ; au tour des Champs-Elysées de changer !

Arthur de Boutiny

Journaliste Rédacteur

Édito
par Arthur de Boutiny

le 16/07/2019

ImmoStat : et à présent, Marseille

Signe des temps qui changent, non content de suivre déjà l’immobilier de bureaux, trimestre par trimestre, en Ile-de-France, ImmoStat a décidé de suivre le marché au sein de la métropole Aix-Marseille-Provence, grâce au soutien de la FNAIM locale. Plus qu’une nouvelle corde à un arc, cette nouveauté est un signe que la vision de l’immobilier et du territoire évolue.

Dans la métropole Aix-Marseille-Provence, donc, la demande placée au premier semestre 2019 s’élève à 163 441 m2, avec 78 535 m2 placés au deuxième trimestre pour 123 transactions. Parmi les chiffres de ce trimestre, 38 572 m2 sont des bureaux, 39 963 m2 de l’activité et de la logistique. A Marseille même, la demande placée représente 29 727 m2 pour 61 transactions, dont 23 932 m2 de bureaux et 5 795 m2 d’immobilier logistique.

Si le GIE indiquait effectivement la demande placée en entrepôts en régions depuis 2011, l’appliquer sur un territoire plus restreint et trimestre par trimestre (même si la démarche d’ImmoStat est moins poussée qu’en Ile-de-France, où le distinguo est fait entre Paris intra-muros, première couronne et deuxième couronne, entre autres) est un nouvel acte de décès de la vieille conception de Paris et du désert français. L’ère de la métropolisation est bien avancée en France, la vision parisiano-centrée semble devenue trop restreinte et le fait qu’un incontournable de la statistique comme ImmoStat entérine cet état de fait est parlant.
Marseille était un bon candidat pour cette nouvelle inclusion, à l’instar de Lyon, Lille ou Nantes ; d’ailleurs, les conseils immobiliers français faisaient déjà leur propre bilan trimestriel de ces métropoles, une à une. Mais c’est ici le symbole qui compte, et les statistiques officielles de la cité phocéenne laissent présager d’autres inclusions… La métropolisation est bien dans les têtes !

Portrait

Chargement