Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Bureaux > Actualités > Le choix Immoweek : Inès Reinmann-Toper (Edmond...

Le choix Immoweek : Inès Reinmann-Toper (Edmond de Rothschild Corporate Finance)

ActualitésBureaux

le 06 Déc 2018

C’est parti pour les « Pierres d’Or » 2019 ! A l’occasion de cette cérémonie attendue par l’ensemble du monde de l’immobilier, Immoweek vous propose, jusqu’au 31 janvier 2019, de retrouver les grands « pros » nommés aux « Pierres d’Or »… Aujourd’hui, dans la toute nouvelle catégorie « Ingénierie financière », nous mettons à l’honneur Inès Reinmann-Toper (Edmond de Rothschild Corporate Finance).

Les pros de l’immobilier la connaissent bien ! Avec son caractère bien trempé, Inès Reinmann-Toper fait partie de ces personnalités qui ne laissent pas indifférent. Elue « Pierre d’Or Promoteurs en 2005″, voici, en quelques lignes, son parcours pour rappel : notre nommée a commencé sa carrière professionnelle en 1980, en qualité de responsable commercial jusqu’en 1986, en passant de Gepro à Ted Lapidus. De 1986 à 1988, elle devient responsable foncier chez Ceffrim et responsable du développement Ile-de-France chez Sodéarif de 1987 à 1989. De 1989 à 2000, Inès Reinmann-Toper entre chez Coprim en qualité de directeur du développement, puis directeur opérationnel et directeur commercial immobilier d’entreprise. De 2000 à 2004, elle prend le poste de directeur général chez Tertial puis, de 2004 à 2007, elle est nommé directeur du tertiaire, présidente EMGP au sein d’Icade, présidente de Tertial et administrateur d’Icade Foncière des Pimonts. Nouveau virage, de 2007 à 2010, chez Segro, où elle occupe la fonction de managing director continental Europe. Elle co-fonde Acxior Corporate Finance en 2010 et, depuis septembre 2014, elle est nommée directeur associé en charge de l’immobilier et membre du directoire au sein d’Edmond de Rothschild.

A noter aussi ses autres activités : membre du Club de l’Immobilier ; vice-présidente fondatrice du Cercle des Femmes de l’Immobilier ; administrateur indépendant chez Gecina (avril 2012) ; administrateur indépendant chez Cofinimmo Belgique (mai 2013) ; administrateur Orox (EDR) ; administrateur AINA (EDR) et administrateur Cleaveland (EDR).
Inès Reinmann-Toper a reçu la Légion d’Honneur en mai 2008…

Sera-t-elle lauréate dans la catégorie « Ingénierie financière » ? C’est à vous d’en décider : vous pouvez voter jusqu’au 9 décembre à minuit… Et à demain pour un nouveau grand « pro » !

Valérie Garnier

Directrice de la rédaction

Édito
par Thierry Mouthiez

le 26/07/2019

Au beau fixe !

Tout comme le climat, les cycles de l’immobilier d’entreprise semblent quelque peu chamboulés. Mais dans le bon sens s’agissant de ce secteur.

Si les professionnels s’interrogeaient, il y a encore peu, pour savoir si le cycle actuel n’avait pas atteint son point haut, nombreux sont ceux, aujourd’hui, qui considèrent que le cycle haussier actuel devrait se poursuivre encore un certain temps. Il est vrai que l’évolution des taux d’intérêt joue un rôle majeur dans cette situation.

Ainsi, côté locatif, la demande semble toujours aussi dynamique, même si l’activité du créneau des grandes transactions a légèrement marqué le pas au 1er semestre, après deux années exceptionnelles il est vrai. Rien là, donc, d’inquiétant comme le soulignait récemment dans nos colonnes Grégoire de La Ferté, executive director bureaux Ile-de-France de CBRE, affirmant : « au regard de la demande enregistrée chez CBRE et de l’activité de l’ensemble des équipes, nous anticipons un marché comparable au second semestre 2019, conduisant à un volume global de transactions entre 2,4 et 2,5 millions de mètres carrés ». C’est surtout l’offre qui freine l’activité, en particulier dans Paris. L’offre neuve, la préférée par les utilisateurs, reste maîtrisée, voire contrainte. Du coup, les valeurs locatives sont, dans leur ensemble, clairement orientées à la hausse.

Quant à l’investissement, même avec des taux de rendement au plancher, une nouvelle baisse peut être encore envisagée comme le souligne Nils Vinck, directeur général et directeur du département capital markets de Cushman & Wakefield, dans sa dernière chronique. L’économie française tire bien son épingle du jeu par rapport à ses voisins européens. Le chômage est même en baisse et dans un contexte boursier parfois chahuté, le placement immobilier s’avère toujours aussi séduisant.

Au final, que de bonnes nouvelles avant une trêve estivale que la rédaction d’« Immoweek » souhaite la plus belle à l’ensemble des professionnels du secteur !

Portrait

Chargement