Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Bureaux > Actualités > Le choix Immoweek : Inès Reinmann-Toper (Edmond...

Le choix Immoweek : Inès Reinmann-Toper (Edmond de Rothschild Corporate Finance)

ActualitésBureaux

le 06 Déc 2018

C’est parti pour les « Pierres d’Or » 2019 ! A l’occasion de cette cérémonie attendue par l’ensemble du monde de l’immobilier, Immoweek vous propose, jusqu’au 31 janvier 2019, de retrouver les grands « pros » nommés aux « Pierres d’Or »… Aujourd’hui, dans la toute nouvelle catégorie « Ingénierie financière », nous mettons à l’honneur Inès Reinmann-Toper (Edmond de Rothschild Corporate Finance).

Les pros de l’immobilier la connaissent bien ! Avec son caractère bien trempé, Inès Reinmann-Toper fait partie de ces personnalités qui ne laissent pas indifférent. Elue « Pierre d’Or Promoteurs en 2005″, voici, en quelques lignes, son parcours pour rappel : notre nommée a commencé sa carrière professionnelle en 1980, en qualité de responsable commercial jusqu’en 1986, en passant de Gepro à Ted Lapidus. De 1986 à 1988, elle devient responsable foncier chez Ceffrim et responsable du développement Ile-de-France chez Sodéarif de 1987 à 1989. De 1989 à 2000, Inès Reinmann-Toper entre chez Coprim en qualité de directeur du développement, puis directeur opérationnel et directeur commercial immobilier d’entreprise. De 2000 à 2004, elle prend le poste de directeur général chez Tertial puis, de 2004 à 2007, elle est nommé directeur du tertiaire, présidente EMGP au sein d’Icade, présidente de Tertial et administrateur d’Icade Foncière des Pimonts. Nouveau virage, de 2007 à 2010, chez Segro, où elle occupe la fonction de managing director continental Europe. Elle co-fonde Acxior Corporate Finance en 2010 et, depuis septembre 2014, elle est nommée directeur associé en charge de l’immobilier et membre du directoire au sein d’Edmond de Rothschild.

A noter aussi ses autres activités : membre du Club de l’Immobilier ; vice-présidente fondatrice du Cercle des Femmes de l’Immobilier ; administrateur indépendant chez Gecina (avril 2012) ; administrateur indépendant chez Cofinimmo Belgique (mai 2013) ; administrateur Orox (EDR) ; administrateur AINA (EDR) et administrateur Cleaveland (EDR).
Inès Reinmann-Toper a reçu la Légion d’Honneur en mai 2008…

Sera-t-elle lauréate dans la catégorie « Ingénierie financière » ? C’est à vous d’en décider : vous pouvez voter jusqu’au 9 décembre à minuit… Et à demain pour un nouveau grand « pro » !

Valérie Garnier

Directrice de la rédaction

Édito
par Arthur de Boutiny

le 16/07/2019

ImmoStat : et à présent, Marseille

Signe des temps qui changent, non content de suivre déjà l’immobilier de bureaux, trimestre par trimestre, en Ile-de-France, ImmoStat a décidé de suivre le marché au sein de la métropole Aix-Marseille-Provence, grâce au soutien de la FNAIM locale. Plus qu’une nouvelle corde à un arc, cette nouveauté est un signe que la vision de l’immobilier et du territoire évolue.

Dans la métropole Aix-Marseille-Provence, donc, la demande placée au premier semestre 2019 s’élève à 163 441 m2, avec 78 535 m2 placés au deuxième trimestre pour 123 transactions. Parmi les chiffres de ce trimestre, 38 572 m2 sont des bureaux, 39 963 m2 de l’activité et de la logistique. A Marseille même, la demande placée représente 29 727 m2 pour 61 transactions, dont 23 932 m2 de bureaux et 5 795 m2 d’immobilier logistique.

Si le GIE indiquait effectivement la demande placée en entrepôts en régions depuis 2011, l’appliquer sur un territoire plus restreint et trimestre par trimestre (même si la démarche d’ImmoStat est moins poussée qu’en Ile-de-France, où le distinguo est fait entre Paris intra-muros, première couronne et deuxième couronne, entre autres) est un nouvel acte de décès de la vieille conception de Paris et du désert français. L’ère de la métropolisation est bien avancée en France, la vision parisiano-centrée semble devenue trop restreinte et le fait qu’un incontournable de la statistique comme ImmoStat entérine cet état de fait est parlant.
Marseille était un bon candidat pour cette nouvelle inclusion, à l’instar de Lyon, Lille ou Nantes ; d’ailleurs, les conseils immobiliers français faisaient déjà leur propre bilan trimestriel de ces métropoles, une à une. Mais c’est ici le symbole qui compte, et les statistiques officielles de la cité phocéenne laissent présager d’autres inclusions… La métropolisation est bien dans les têtes !

Portrait

Chargement