Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Bureaux > Actualités > Le choix Immoweek : Laurent Dumas (Emerige)...

Le choix Immoweek : Laurent Dumas (Emerige) – « Plus haut »

ActualitésBureaux

le 10 Avr 2019

Les « Pierres d’Or » 2019 sont à présent achevées ! Pour prolonger un peu le souvenir de cet évènement, vous pourrez retrouver, jour après jour, dans le « choix Immoweek », les portraits des lauréats et des nommés, tels qu’ils ont été réalisés pour les « Pierres d’Or ». Aujourd’hui, nous vous présentons Laurent Dumas, président d’Emerige, qui était nommé dans la catégorie « Professionnel(le) de l’Année ».

Laurent Dumas fait partie de ces entrepreneurs qui font ce qu’ils disent. Il aime l’art contemporain ?

Il crée les « Révélations Emerige » qui promeuvent les jeunes artistes, devient président du Palais de Tokyo, initie, avec d’autres, la belle opération « 1 immeuble, 1œuvre ». Et toute personne se rendant dans son bureau (on en voudrait un aussi beau !) ou dans les couloirs de l’entreprise, constate, en l’entendant commenter les œuvres partout présentes, que ce goût n’est pas un gadget, mais une vraie passion. Il affirme vouloir devenir leader dans le Grand Paris ? Il multiplie les programmes et initiatives (17 en vente actuellement, de Rueil-Malmaison en passant par Clamart, Puteaux, Saint-Denis, Vitry-sur-Seine… ou Paris). Et une flopée d’autres sont en préparation de Rosny-sous-Bois à L’Haye-les-Roses… Il plaide pour le rôle citoyen des promoteurs ? Il invite chaque année des centaines d’enfants des quartiers à découvrir, pour une journée exceptionnelle, le château de Versailles (qui leur est réservé !). Il s’intéresse au commerce ? Il propose Beaupassage qui, à Paris, dans le très chic 7ème arrondissement, réunit rien moins que la fine fleur de la gastronomie hexagonale : de Pierre Hermé en passant par Thierry Marx et beaucoup d’autres… On pourrait multiplier les exemples, mais on l’a compris ; notre nommé est un de ces très grands professionnels qui crée et fait vivre le secteur à cent à l’heure, comme lui.

Lauréat de Réinventer Paris avec son emblématique opération Morland, dont on attend avec impatience la livraison (la commercialisation étant commencée), il va maintenant changer de siège : l’actuel, magnifiquement logé dans un hôtel particulier du Marais, était trop petit. Emerige va donc s’installer dans « Seizame », très bel immeuble (what else ?) signé par Frank Hammoutène : sur près de 5 000 m2, les équipes d’Emerige travailleront donc avenue de Malakoff. Un nom prédestiné : celui d’une grande victoire (ça n’étonnera personne), mais aussi qui donna l’idée à un… promoteur sous le Second Empire (nommé Alexandre Chauvelot) de créer un tout nouveau quartier, devenu depuis une ville. Quel meilleur symbole pour un promoteur de l’envergure de Laurent Dumas ?

La rédaction d'immoweek

Édito
par Pascal Bonnefille

le 16/03/2022

La « divine surprise » Olivier Klein

Tout le secteur de l’immobilier, et singulièrement du logement, avait (très !) mal vécu l’absence de portefeuille ministériel à lui dédié. Amélie de Montchalin avait eu beau affirmer, pour rattraper le coup, qu’elle était « bien sûr » ministre du Logement, personne n’avait été dupe ou rassuré par cette absence.

Même si quelques voix, ici même, dont celles de Philippe Pelletier, ont douté de l’intérêt profond de l’existence d’un ministre « spécialisé », la nomination d’Olivier Klein a fait l’effet d’une « divine surprise » pour des professionnels souvent inquiets, à juste titre d’ailleurs.
D’abord car c’est un élu qui connaît sur le bout des doigts les questions du secteur : président de l’Anru depuis 2017 et maire de Clichy-sous-Bois, les sujets « logement » ne lui sont pas étrangers. Ensuite, autre bon signe, car l’intitulé du ministère comprend également la Ville, comme un écho au portefeuille de Jean-Louis Borloo, toujours ô combien regretté par le secteur (son Trophée du Jury aux « Trophées Logements et Territoires », 2021, l’a bien rappelé).
Reste à scruter maintenant les relations que le nouveau ministre délégué entretiendra avec Christophe Bechu qui, un mois après son entrée au Gouvernement, est promu en devenant ministre de plein exercice chargé de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires.
Mais il faudra aussi s’intéresser aux rapports du ministre délégué avec l’Elysée, Matignon et Bercy, les trois pôles du pouvoir, sans le soutien desquels un ministre, aussi compétent soit il, est bien démuni…

Portrait

Chargement

Page 0 /

Vis à vis

Zoom 1

Vous devez être connecté pour télécharger le magazine