Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Bureaux > Actualités > Le choix Immoweek : les femmes à l’honneur...

Le choix Immoweek : les femmes à l’honneur chez « Immoweek » !

ActualitésBureaux

le 09 Mar 2020

Cela ne vous aura pas échappé, ce dimanche était la Journée Internationale des Droits des Femmes ; à cette occasion, « Immoweek » vous invite à redécouvrir les femmes qui ont marqué l’année 2019-2020 dans l’immobilier, à savoir les lauréates des « Trophées Logement & Territoires » 2019 et des « Pierres d’Or » 2020, ainsi que les interviews de professionnelles de l’immobilier réalisées l’an dernier. Bonne lecture !

Les portraits des lauréates aux « Pierres d’Or 2020 » :

Brune Poirson, secrétaire d’Etat auprès de la ministre de la Transition Ecologique et Solidaire (« Pierre d’Or du Jury »)

Marina Lavrov, associate director tenant rep. retail chez CBRE (« Pierre d’Or Conseil »)

Stéphanie Ferrier, directrice des services généraux, directrice de l’immobilier et des moyens généraux chez Vivendi/Groupe Canal+ (« Pierre d’Or Utilisateur »)

Héloïse Balhade (avec Yohan Hubert), responsable du développement de Sous Les Fraises (« Pierre d’Or Innovation »)

Justine Klein, analyste asset management chez Groupama Immobilier (« Pierre d’Or Jeune Talent »)

Les portraits des lauréates aux « Trophées Logement et Territoires 2019 » :

Nadia Bouyer, directrice générale de Seqens (« Trophée Professionnelle de l’Année »)

Helen Romano, vice-présidente de Nexity Immobilier Résidentiel (« Trophée Promoteur de l’Année »)

Chrystèle Villotte, responsable du résidentiel au sein du département capital markets chez Cushman & Wakefield (« Trophée Conseil de l’Année »)

Clothilde Buisson, Clara Piolatto et Gwenaëlle Rivière, co-fondatrices de Faireavec.org (« Trophée Jeune Talent de l’Année »)

Les interviews en 2019 : 

Émilie Perrot-Meyer (EPA de Saint-Étienne) : « pour créer du logement, l’EPA Saint-Etienne soutient la vente d’immeuble à rénover »

Tania Bontemps (Union Investment Real Estate France) : « notre stratégie s’est toujours déployée sur le long terme »…

Géraldine Chaigne (Agarim) : « l’objectif est de commercialiser une dizaine de programmes en 2019 »…

Beverley Shadbolt (LaSalle IM) : « la France, un marché stratégique et incontournable »

Ines Reinmann-Toper (Edmond de Rothschild) : « nous allons vivre et vivons déjà une vraie révolution dans nos métiers »…

Anne-Sophie Grave (3F) : « nous maintenons des ambitions élevées dans tous les territoires »

Trois questions à Laure Confavreux Colliex, directrice générale de Manifesto

Cécile de Guillebon (Groupe Renault) : « nos métiers sont réellement en pleine évolution »

Juliette Borie (Groupe EDF) : « l’offre francilienne correspond globalement à nos besoins » 

Soazig Drais (Christie & Co) : « un intérêt soutenu et croissant pour l’hôtellerie »

Magali Marton & Katell Bourgeois (Cushman & Wakefield France) : « un marché hexagonal qui reprend de l’ampleur »

Gwenola Donet (JLL) : « des investisseurs de plus en plus diversifiés »

Valérie Mancret-Taylor (Anah) : « en 2019, nous dépasserons les objectifs qui nous ont été fixés »

Isabelle Rossignol et Irène Fossé (AEW Ciloger et AEW) : « nous manquons moins d’investisseurs que de foncier pour bâtir »

Marie-Laure Leclercq de Sousa (JLL) : « une nouvelle organisation » 

Rean Taheraly (REI Habitat) : « réinventer les modes d’habiter notre planète au 21ème siècle »

Arthur de Boutiny

Journaliste Rédacteur

Édito
par Thierry Mouthiez

le 28/09/2020

Commerce : lorsque la communication devient stratégique…

« L’impact de la pandémie devrait accélérer la pénétration du commerce de détail en ligne d’un an en moyenne, dopant la demande d’espaces logistiques « prime » sur le continent » relève Savills dans une récente étude sur l’immobilier logistique en Europe.

Le conseil fait ainsi valoir qu’« avant la pandémie, les prévisions indiquaient que l’activité en ligne représenterait, en moyenne, 15,3 % du total des ventes de détail en Europe occidentale d’ici 2022. Toutefois, le Center for Retail Research (CRR) pense, désormais, que ce taux de pénétration sera atteint d’ici 2021, indiquant une accélération d’environ un an de la pénétration du commerce électronique, imputable à la pandémie. Le constat se retrouve en France où l’e-commerce devrait représenter 14,3 % du total des ventes de détail en 2020, contre 10,9 % en 2019, avant de se stabiliser à 13,8 % l’an prochain ». Bref, on peut légitimement en déduire que l’on reste encore loin d’un écroulement du commerce physique.

Une bonne nouvelle dans un contexte où les actifs d’immobilier de commerce n’ont pas, actuellement, la faveur des investisseurs. Les cours des grandes foncières spécialisées cotées en témoignent. Et ce, alors même qu’une autre tendance est à relever comme le souligne Antoine Grignon dans une étude sur les « tendances pour le marché immobilier des commerces. Le directeur du département commerces de Knight Frank souligne, ainsi, que « sur l’ensemble de 2020, seuls 150 000 m2 de centres commerciaux, dont 44 % de créations pures, sont attendus en France, soit une chute de 15 % sur un an et de 58 % par rapport à la moyenne des cinq dernières années. Le volume des ouvertures de parcs d’activités commerciales est plus important, avec 235 000 m2 attendus en 2020, dont 79 % de créations pures. Mais la tendance est, là aussi, fortement baissière, avec une chute de 54 % sur un an et de 46 % sur cinq ans, dans un contexte politique de plus en plus favorable à la limitation des créations de nouvelles surfaces commerciales ».

Autant d’évolutions qu’il serait bon que (notamment) les foncières concernées mettent en avant, d’autant plus lorsque, comme l’affirme Laurent Saint Aubin, gérant actions, immobilier Europe chez Sofidy, « les foncières de centres commerciaux ne pourront se réapprécier qu’à la condition que des transactions significatives sur le marché aient lieu et redonnent un peu de crédibilité aux actifs nets réévalués rapportés par les acteurs cotés » (un sujet que nous évoquions dans notre édito du 7 septembre dernier). De ce point de vue, les nouveaux arbitrages annoncés par Unibail-Rodamco-Westfield dans le cadre de son plan « reset » devront, bien entendu, être suivis de prêt.

Encore que l’on s’aperçoit que la politique en matière de communication de ces grandes foncières de commerce, réellement stratégique dans ce contexte de crise, reste particulièrement… discrète.

Portrait

Chargement