Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Bureaux > Actualités > Le choix Immoweek : plus d’un milliard...

Le choix Immoweek : plus d’un milliard d’euros de promesses de dons pour Notre-Dame

ActualitésBureaux

le 17 Avr 2019

Le choix Immoweek de ce jour est consacré au chiffre de la semaine. En effet, deux jours après l’incendie qui a, en grande partie, détruit Notre-Dame de Paris, la mobilisation reste forte, qu’elle soit nationale ou internationale et plus d’un milliard d’euros de promesses de dons est enregistré à ce jour.

Ainsi, l’émoi qu’a suscité ce drame concernant l’un des plus beaux joyaux de la France, a conduit de grands noms de l’industrie française à se rassembler pour donner. Le montant estimé pour la reconstruction de la Cathédrale n’est évidemment pas connu. Ce qui est certain, c’est que la somme pourrait atteindre un chiffre important.
Le Président de la République souhaite que Notre-Dame soit reconstruite dans un délai maximum de 5 ans. Dans une interview sur France Inter de ce 17 avril, l’architecte Jean-Michel Wilmotte annonce que ce délai « est tout à fait tenable et que ce n’est qu’une question de choix technologique ». De nombreux spécialistes parlent plutôt de 10, 15, voire 20 ans de travaux et, notamment, la Fédération Française du Bâtiment.

Voici une liste, non exhaustive, des donateurs :

Bernard Arnault, Groupe LVMH : 200 millions.
La famille Bettencourt et L’Oréal : 200 millions.
La Fondation du Patrimoine recense 164 millions d’euros (dont 100 millions du Groupe Total). [chiffre mis à jour au 24 avril, Ndlr]
La famille Pinault : 100 millions (renonce à toute déduction fiscale).
La Ville de Paris : 50 millions.
La Fédération Bancaire Française annonce une enveloppe de dons (de la part des banques) s’élevant à environ 50 millions.
JC Decaux : 20 millions.
Le Conseil Régional d’Ile-de-France : 10 millions.
Martin et Olivier Bouygues (à titre personnel) : 10 millions.
Marc Ladreit de Lacharrière, Fimalac : 10 millions.
Henry et Marie-Josée Kravis, KKR : 10 millions.
AXA France : 10 millions.
American Express accorde un don de 500 000 euros pour la reconstruction de Notre-Dame de Paris et lance un programme pour abonder les dons faits par les collaborateurs d’American Express en Europe.
Capgemini : 1 million.
L’Amif : 10 000 euros.

Groupama et la Caisse des Dépôts offriront les 1 300 chênes nécessaires à la reconstuction de la charpente.
Le groupe Vinci  annonce participer au financement de la reconstruction.
Le groupe Duval participera également à la reconstruction.
Michelin fera une donation dont le montant n’a pas été communiqué.
La Ligue du Football Professionnel apportera, elle aussi, son soutien, tout comme Apple.
Air France propose de faire voyager gratuitement toutes les personnes qui participeront à la reconstruction de la Cathédrale.
Enfin, de nombreuses entreprises, à l’image de Bouygues Construction et Saint-Gobain, mettront à disposition leurs salariés, dans le cadre d’un mécénat de compétences.

Valérie Garnier

Directrice de la rédaction

Édito
par Arthur de Boutiny

le 16/07/2019

ImmoStat : et à présent, Marseille

Signe des temps qui changent, non content de suivre déjà l’immobilier de bureaux, trimestre par trimestre, en Ile-de-France, ImmoStat a décidé de suivre le marché au sein de la métropole Aix-Marseille-Provence, grâce au soutien de la FNAIM locale. Plus qu’une nouvelle corde à un arc, cette nouveauté est un signe que la vision de l’immobilier et du territoire évolue.

Dans la métropole Aix-Marseille-Provence, donc, la demande placée au premier semestre 2019 s’élève à 163 441 m2, avec 78 535 m2 placés au deuxième trimestre pour 123 transactions. Parmi les chiffres de ce trimestre, 38 572 m2 sont des bureaux, 39 963 m2 de l’activité et de la logistique. A Marseille même, la demande placée représente 29 727 m2 pour 61 transactions, dont 23 932 m2 de bureaux et 5 795 m2 d’immobilier logistique.

Si le GIE indiquait effectivement la demande placée en entrepôts en régions depuis 2011, l’appliquer sur un territoire plus restreint et trimestre par trimestre (même si la démarche d’ImmoStat est moins poussée qu’en Ile-de-France, où le distinguo est fait entre Paris intra-muros, première couronne et deuxième couronne, entre autres) est un nouvel acte de décès de la vieille conception de Paris et du désert français. L’ère de la métropolisation est bien avancée en France, la vision parisiano-centrée semble devenue trop restreinte et le fait qu’un incontournable de la statistique comme ImmoStat entérine cet état de fait est parlant.
Marseille était un bon candidat pour cette nouvelle inclusion, à l’instar de Lyon, Lille ou Nantes ; d’ailleurs, les conseils immobiliers français faisaient déjà leur propre bilan trimestriel de ces métropoles, une à une. Mais c’est ici le symbole qui compte, et les statistiques officielles de la cité phocéenne laissent présager d’autres inclusions… La métropolisation est bien dans les têtes !

Portrait

Chargement