Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Bureaux > Actualités > Le choix Immoweek : quand la Scientologie joue le...

Le choix Immoweek : quand la Scientologie joue le Grand Paris

ActualitésBureaux

le 24 Avr 2019

©GoogleMaps

Pour ce « deal de la semaine », on découvre que le Grand Paris séduit même les organisations internationales les plus controversées : comme le révèlent nos confrères de Libération, une société liée à la Scientologie a acheté, pour 33 millions d’euros, auprès de Warburg-HIH, l’ancien siège de Panasonic dans le quartier d’affaires de La Plaine -Saint-Denis (93), un immeuble de 7 331 m2.

Cet immeuble de cinq étages, avec une façade tout en verre, comprendra un auditorium de 720 places, des salles de cinéma, un espace fitness, une bibliothèque dédiée à Ron Hubbard (fondateur du mouvement), des salles de formation, des dizaines de bureaux et surtout quatre saunas, ce dernier élément étant crucial pour les rituels scientologues. Le mouvement multiplie depuis 2004 l’ouverture de centres de ce type, notamment à Stuttgart, Amsterdam ou Budapest.

L’organisation, qui compte déjà un siège français, au 69, rue Legendre, dans le 17ème arrondissement de Paris, n’a pas voulu commenter cette acquisition en Seine-Saint-Denis. L’importance de ce contrat, d’abord assorti d’une classe de confidentialité, a finalement vu le commercialisateur ajouter la mention « exploité pour les besoins de l’Eglise de Scientologie » à la déclaration d’intention d’aliéné. Depuis, la mairie de Saint-Denis a multiplié les courriers auprès de l’Etat afin d’annuler la vente (parfaitement légale) et les interventions dans les médias, la préemption du bâtiment étant impossible.

Pour rappel, l’Eglise de Scientologie, rendue célèbre par ses adhérents issus d’Hollywood (Tom Cruise, Will Smith, John Travolta, Elisabeth Moss, etc.), a été fondée en 1953 par l’auteur de science-fiction L. Ron Hubbard. Rappelons également qu’en France, la Scientologie est classée comme « secte » depuis 1995 et même comme « secte absolue » en 1999 par la Mission interministérielle de lutte contre les sectes (remplacée en 2002 par la Miviludes). Le mouvement a déjà été condamnée pour escroquerie en France.

La rédaction d'Immoweek

Édito
par Arthur de Boutiny

le 16/07/2019

ImmoStat : et à présent, Marseille

Signe des temps qui changent, non content de suivre déjà l’immobilier de bureaux, trimestre par trimestre, en Ile-de-France, ImmoStat a décidé de suivre le marché au sein de la métropole Aix-Marseille-Provence, grâce au soutien de la FNAIM locale. Plus qu’une nouvelle corde à un arc, cette nouveauté est un signe que la vision de l’immobilier et du territoire évolue.

Dans la métropole Aix-Marseille-Provence, donc, la demande placée au premier semestre 2019 s’élève à 163 441 m2, avec 78 535 m2 placés au deuxième trimestre pour 123 transactions. Parmi les chiffres de ce trimestre, 38 572 m2 sont des bureaux, 39 963 m2 de l’activité et de la logistique. A Marseille même, la demande placée représente 29 727 m2 pour 61 transactions, dont 23 932 m2 de bureaux et 5 795 m2 d’immobilier logistique.

Si le GIE indiquait effectivement la demande placée en entrepôts en régions depuis 2011, l’appliquer sur un territoire plus restreint et trimestre par trimestre (même si la démarche d’ImmoStat est moins poussée qu’en Ile-de-France, où le distinguo est fait entre Paris intra-muros, première couronne et deuxième couronne, entre autres) est un nouvel acte de décès de la vieille conception de Paris et du désert français. L’ère de la métropolisation est bien avancée en France, la vision parisiano-centrée semble devenue trop restreinte et le fait qu’un incontournable de la statistique comme ImmoStat entérine cet état de fait est parlant.
Marseille était un bon candidat pour cette nouvelle inclusion, à l’instar de Lyon, Lille ou Nantes ; d’ailleurs, les conseils immobiliers français faisaient déjà leur propre bilan trimestriel de ces métropoles, une à une. Mais c’est ici le symbole qui compte, et les statistiques officielles de la cité phocéenne laissent présager d’autres inclusions… La métropolisation est bien dans les têtes !

Portrait

Chargement