Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Logement > Actualités > Le choix Immoweek : quand le bureau crée du beau...

Le choix Immoweek : quand le bureau crée du beau logement

ActualitésLogement

le 31 Mai 2018

La transformation des bureaux en logements est souvent vantée comme moyen efficace de répondre au manque d’offre de logements (notamment à Paris). La loi Elan a pris la mesure du phénomène, sous l’égide du gouvernement. Et, parce que des exemples sont les meilleurs moyens de prouver le bien-fondé de cette démarche, nous nous penchons sur la création, par le promoteur Esprimm et le Studio Vincent Eschalier, d’un très beau programme à Issy-les-Moulineaux ; notre « immeuble de la semaine »…

Dessiné par Studio Vincent Eschalier (déjà salué dans nos pages pour ses travaux sur le « Blackpearl » cet ensemble à La Défense porté par 6ème Sens Immobilier), il s’agit de la reconversion d’un immeuble de bureaux à Issy-les-Moulineaux (92), territoire en zone tendue et au foncier très coûteux s’il en est. Un projet de reconversion qui a permis  de créer 10 logements sur 1 200 m2.

Les photographies du projet parlent d’elles-mêmes quant à l’esthétisme du projet :

L’ensemble est couronné par une coupole de verre, surplombée d’une feuille de zinc, permettant un puits de lumière dans les duplex du dernier étage. Les logements vont du duplex au triplex, privilégient la lumière naturelle et les ouvertures, notamment sur le jardin Weiden adjacent. Bien évidemment, les appartements supérieurs bénéficient de terrasses aménagées.

Le coût de l’investissement ? 3 045 000 euros.
Cela ne donne-t-il pas envie de s’investir pour donner une seconde vie aux bureaux ?

Arthur de Boutiny

Journaliste Rédacteur

Édito
par Thierry Mouthiez

le 26/07/2019

Au beau fixe !

Tout comme le climat, les cycles de l’immobilier d’entreprise semblent quelque peu chamboulés. Mais dans le bon sens s’agissant de ce secteur.

Si les professionnels s’interrogeaient, il y a encore peu, pour savoir si le cycle actuel n’avait pas atteint son point haut, nombreux sont ceux, aujourd’hui, qui considèrent que le cycle haussier actuel devrait se poursuivre encore un certain temps. Il est vrai que l’évolution des taux d’intérêt joue un rôle majeur dans cette situation.

Ainsi, côté locatif, la demande semble toujours aussi dynamique, même si l’activité du créneau des grandes transactions a légèrement marqué le pas au 1er semestre, après deux années exceptionnelles il est vrai. Rien là, donc, d’inquiétant comme le soulignait récemment dans nos colonnes Grégoire de La Ferté, executive director bureaux Ile-de-France de CBRE, affirmant : « au regard de la demande enregistrée chez CBRE et de l’activité de l’ensemble des équipes, nous anticipons un marché comparable au second semestre 2019, conduisant à un volume global de transactions entre 2,4 et 2,5 millions de mètres carrés ». C’est surtout l’offre qui freine l’activité, en particulier dans Paris. L’offre neuve, la préférée par les utilisateurs, reste maîtrisée, voire contrainte. Du coup, les valeurs locatives sont, dans leur ensemble, clairement orientées à la hausse.

Quant à l’investissement, même avec des taux de rendement au plancher, une nouvelle baisse peut être encore envisagée comme le souligne Nils Vinck, directeur général et directeur du département capital markets de Cushman & Wakefield, dans sa dernière chronique. L’économie française tire bien son épingle du jeu par rapport à ses voisins européens. Le chômage est même en baisse et dans un contexte boursier parfois chahuté, le placement immobilier s’avère toujours aussi séduisant.

Au final, que de bonnes nouvelles avant une trêve estivale que la rédaction d’« Immoweek » souhaite la plus belle à l’ensemble des professionnels du secteur !

Portrait

Chargement