Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Bureaux > Actualités > Le choix Immoweek : quel « Manager »...

Le choix Immoweek : quel « Manager » l’emportera aux « Pierres d’Or » 2020 ?

ActualitésBureaux

le 09 Déc 2019

Il vous reste dorénavant 4 jours pour voter aux « Pierres d’Or 2020 » et élire les pros (et le programme !) qui ont marqué cette année 2019. Les « choix Immoweek » de ces derniers jours (et ceux à venir) sont une bonne occasion de vous présenter les nommés. Aujourd’hui, voici les cinq « Managers ».

Laurent Boucher est le président directeur général de BNP Paribas Real Estate Advisory France. Diplômé de l’ESLSCA, il a commencé sa carrière en 1989 en tant que négociateur petites, moyennes et grandes surfaces chez Auguste-Thouard. Il rejoint le département grandes surfaces Paris et Ouest en 1996, avant d’être nommé directeur adjoint Paris QCA en 2000. Un an après, Atisreal est né et il en devient directeur associé Paris bureaux location de 0-2000 m2, puis directeur associé Paris bureaux location de 0-5000 m2 en 2004 et directeur associé investissements Ile-de-France en 2006. La société devient BNP Paribas Real Estate Transaction France, il en est, en 2008, le directeur général adjoint. Depuis 2011, il est vice-président directeur général délégué de BNP Paribas Real Estate Transaction, Conseil, Expertise et, depuis septembre 2014, président France de BNP Paribas Real Estate Advisory. Il a été nommé « Pierre d’Or Conseil » en 2006 et 2010 et « Manager » 2013.

Charles Boudet est le directeur général de JLL France, membre du board EMEA. Diplômé d’un Deug A de l’université Versailles Saint-Quentin et de la Neoma Business School, il a notamment été de 2000 à 2003 « supply chain director » de Danone en Fédération de Russie. Trois ans plus tard, il prend le même poste pour l’Allemagne. En 2006, il rejoint JLL Russia & CIS en qualité de managing director. Il était, depuis mars 2015, chairman of the board de JLL (Russia & CIS) et, depuis septembre 2015, directeur général de JLL en France.

Valérie Britay est la directrice exécutive bureaux de Gecina. Titulaire d’un DUT Techniques de Commercialisation de l’IUT de Sceaux, d’un DESS Marketing et d’une Maîtrise de Gestion de l’université Paris Dauphine, elle a démarré sa carrière en 1987 chez Jones Lang LaSalle en tant que national director en charge des grands comptes et grandes offres. En 2002, elle rejoint Tertial comme directeur du développement et des investisseurs avant de rejoindre, un an plus tard, GCI au poste de directeur général adjoint. Elle entre chez Unibail-Rodamco en 2005, d’abord en qualité de directeur général adjoint du pôle bureaux, directeur commercial retail France et vice-président d’Espace Expansion ; puis, en 2013, en tant que directeur général centres commerciaux France. Elle rejoint Gecina en 2017, en tant que directrice exécutive bureaux. Valérie Britay a été nommée dans la catégorie « Conseil » aux « Pierres d’Or » 2002 ; dans la catégorie « Asset Property Facility Manager » en 2017 et nommée « Manager » aux « Pierres d’Or » 2018.

Dominique Ozanne est directeur général délégué de Covivio et directeur général de Covivio Hôtels depuis 2018. ESTP et HEC, il est chargé de mission auprès du président du directoire, secrétaire général, directeur du développement et de l’asset management du groupe Foncière des Régions en 2003. Il rejoint ensuite Foncière des Murs, où il va successivement occuper les postes de directeur général des opérations (2005-2010), directeur général (2010-2012) et président (2012-2014). Cette dernière attribution est partagée avec son poste de directeur général des opérations pour Foncière des Régions. En 2014, il devient directeur général hôtels pour la maison-mère, Foncière des Régions, ainsi que chairman de FDM Management. Il a été « Pierre d’Or Asset, Property, Facility Managers » en 2015.

Angélique de Rougé est président directeur général de Stratégies & Corp, société de conseil qu’elle a fondé, avec Eric Lavigne-Delville, en 2000. Elle était auparavant chez CB Richard Ellis (depuis 1985). Elle a reçu la « Pierre d’Or 2014 » dans la catégorie « Conseil ».

Jean-Baptiste Favier

Chef des informations

Édito
par Thierry Mouthiez

le 27/01/2020

Logistique : de record en record !…

« Il n’y a jamais eu autant d’argent investi en immobilier logistique et industriel en France. Un nouveau record a été atteint en 2019. Cela devient une habitude » relève, en introduction François Le Levier.

Il est vrai que cette fois, comme le souligne le senior director investissement logistique de CBRE, l’écart est important avec « plus de 6 milliards d’euros placés dans la logistique et l’industriel, contre 3,5 milliards un an auparavant, soit une augmentation de près de 40 % ». Et le conseil d’ajouter : « même en 2007, le marché était loin de ce volume, à 3 milliards d’euros ». Surtout, « le marché a aussi été alimenté, l’an passé, par la revente de bâtiments acquis quelques années seulement auparavant. Une conséquence de la forte et continue compression des taux ». En effet, entre début 2019 et début 2020, « le taux « prime » a encore diminué de 100 points de base, passant de 5 à 4 % » ! Concernant le volume global investi, « il comprend une transaction indirecte, le rachat par Argan des titres de la SCI Cargo (22 entrepôts Carrefour) pour 950 millions d’euros. Néanmoins, les transactions directes en logistique représentent 4 milliards d’euros. Nous avons ainsi comptabilisé une dizaine de transactions de plus de 100 millions d’euros venues compenser l’absence de mega deal au niveau européen ». En précisant que l’américain Blackstone et Argan, avec 30 % du marché à eux deux, ont été les premiers acteurs. Et François Le Levier explique, notamment, la poursuite des interventions de Blackstone dans un marché « très haut dans le cycle » par le fait que « la rente devient plus importante que le capital dans un environnement économique de taux d’intérêt au plancher, voire négatifs en 2019 ».

Pour l’année qui s’ouvre, le conseil parle d’un marché qui « redémarre sur les chapeaux de roue. Nous avons, ainsi, comptabilisé 2 milliards d’euros de transactions qui vont se boucler au cours du 1er trimestre ». Avec des taux de rendement qui « devraient tendre vers les 3 % dès lors que l’actif bénéficie d’un engagement ferme de longue durée et en sachant qu’en Allemagne, le taux « prime » est tombé à 3,60 % ». Un marché qui devrait poursuivre son évolution positive pour trois raisons : « une raison financière, le revenu prévalant sur le capital ; une raison immobilière, le stock d’immobilier logistique hexagonal nécessitant d’être régénéré face à une demande placée dynamique et des valeurs locatives assez basses par rapport aux voisins européens et, enfin, une raison conjoncturelle liée au développement du e-commerce profitant à la logistique car, désormais, le stockage ne se pratique plus en boutique, mais dans les entrepôts ».

Et François Le Levier connaît son sujet sur le bout des doigts, lui qui a créé l’activité de conseil en investissement logistique et industriel chez CBRE seul, en 2004. Aujourd’hui, l’équipe d’une dizaine de collaborateurs revendique une position de leader avec 40 transactions bouclées en 2019 pour un volume d’1,4 milliard d’euros et une part de marché de 24 %. Une équipe qui a réalisé la plus grosse transaction unitaire (la vente, pour 150 millions d’euros, au leader du e-commerce dans le monde d’un entrepôt de 188 000 m2 à Metz) ; qui a bouclé deux transactions sur la base de taux de rendement inférieur à 4 % (un entrepôt à Brétigny-sur-Orge bénéficiant d’un bail ferme de 20 ans vendu sur la base de 3,80 % et un autre à Gonesse cédé à 3,90 %) et qui devrait finaliser 1,5 milliard d’euros de transactions au 1er trimestre. « Sans compter les consultations en cours, représentant 1 milliard d’euros d’actifs que nous mettrons progressivement sur le marché au cours des semaines à venir, avant le Mipim »…

Portrait

Chargement