Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Bureaux > Actualités > Le choix Immoweek : qui sera...

Le choix Immoweek : qui sera « Professionnel(le) de l’Année » aux « Pierres d’Or » ?

ActualitésBureaux

le 13 Déc 2019

Attention : les votes sont bien terminés et le suspense va, à présent, durer jusqu’au 29 janvier 2020… Mais il reste une catégorie sur laquelle nous pencher ; même s’il n’est plus aucun besoin de les présenter, notre tour d’horizon des nommés aux « Pierres d’Or » 2020 n’aurait pu être complet sans eux… Nous parlons, bien sûr, de la catégorie-reine, celle du (ou de la ?) « Professionnel(le) de l’Année » !

Frédéric Bôl est fondateur, président du directoire de Swiss Life Asset Managers France depuis 2019. Diplômé de la Société Française des Analystes Financiers, titulaire d’une licence et d’une maîtrise en Sciences Economiques et d’un DESS Finances de l’université Aix-Marseille IH, il entre à la direction financière de l’Européenne de Banque en 1986. Il rejoint ensuite Martin Maurel comme sous-directeur à Paris en 1989, avant d’être directeur à Marseille pour Martin Maurel Gestion en 1992. Président du directoire de Prado Epargne et Prado Epargne Gestion de 1998 à 2002, Frédéric Bôl est ensuite directeur général adjoint finance du groupe Prémalliance de 2002 à 2007, avant de fonder Swiss Life Reim France en 2007. En 2011, il devient « chief executive officer » Reim France Belgique, Espagne, Portugal et Italie, pays qu’il reprend sous son escarcelle à partir de 2016 pour Swiss Life Asset Managements à partir de 2016 ; il fut également CEO de Swiss Life Reim Luxembourg de 2012 à 2015. Il était aussi directeur général de Swiss Life Asset Management France depuis 2018 avant que Swiss Life Asset Management et Swiss Life Reim ne soient fusionnées pour donner naissance en 2019 à Swiss Life Asset Managers France. Président de l’Aspim, président d’honneur de l’AF2i, membre des conseils d’administration de l’Aspim, de l’IEIF, de SOS Sahel et de Carrefour Property, il fut nommé aux « Pierres d’Or » dans la catégorie « Asset, Property, Facility Manager » en 2011, 2017 et 2018.

Alain Dinin est président du conseil d’administration de Nexity depuis 2019. Diplômé de l’Ecole Supérieure de Commerce de Lille, Alain Dinin entre chez Férinel en 1979, devenu le Groupe George V en 1989 ; il en est directeur, puis directeur général. Quand, en 1995, la société est cédée à la Compagnie Générale d’Immobilier et de Service, il devient administrateur-directeur général de CGIS à partir de 1996 puis, à la création de Nexity en 2000, vice-président directeur général, avant de devenir président du directoire en 2003 et président directeur général en 2004, avant qu’il ne fasse évoluer la gouvernance du groupe en 2019. Officier de la Légion d’Honneur, Commandeur de l’Ordre National du Mérite, FRICS, Alain Dinin a reçu une « Pierre d’Or Manager » en 2006 et le « Trophée Logement & Territoires » du « Professionnel de l’Année » en 2015.

Karim Habra est directeur général Europe et Asie-Pacifique d’Ivanhoé Cambridge depuis 2019. Titulaire d’un Master en Finance d’Entreprise de l’université Paris-Dauphine, il commence sa carrière en 1998 chez GE Real Estate aux investissements européens, avant d’être promu directeur général Europe Centrale en 2001. De 2009 à 2012, il est directeur général fonds européens chez JER Partners Europe avant d’entrer chez LaSalle Investment Management où il gravit les échelons : directeur général Europe Centrale (2012-2014), président France (2015-2017), directeur général Europe Continentale (2017-2018)… Il entre chez Ivanhoé Cambridge en 2018 comme directeur général Europe, avant d’ajouter l’Asie-Pacifique à ses prérogatives l’année suivante. Karim Habra a été, en 2018, « Pierre d’Or Asset Manager ».

Christophe Kullmann est, depuis 2011, directeur général de Covivio. Titulaire d’un DEA Gestion, il assure notamment la direction financière d’Immobilière Batibail, de 1992 jusqu’à sa fusion en 1999 avec Gecina, dont il prend alors la direction financière. Il rejoint Covivio (alors Foncière des Régions) en 2001 comme président du directoire. Président de la FSIF, il reçut deux « Pierres d’Or » en 2010, comme « Professionnel de l’Année » et « Investisseur ».

Isabelle Scemama est « chief executive officer » d’AXA Investment Managers Real Assets depuis 2017. Diplômée de l’IEP de Paris, elle a débuté sa carrière en 1989 chez Paribas dans le département corporate financing, puis rejoint en 1995 le département du financement immobilier, où elle était responsable de l’activité de financement des investisseurs. Elle entre chez AXA REIM en 2001, pour prendre la responsabilité de l’activité structuration et financement de fonds immobilier. En 2005, elle lance la plate-forme de gestion des créances immobilières. Et en 2013, celle de dette infrastructure. Au moment de sa nomination en 2017, elle était alors directeur général d’AXA REIM SGP et membre du management board d’AXA Real Estate Investment Managers.

Alain Taravella est, depuis 2007, président-fondateur d’Altarea Cogedim. Diplômé de HEC, il prend la direction du pôle loisirs du groupe Brémond en 1975, avant de devenir directeur général de Pierre & Vacances en 1985. En 1994, il crée Altarea, qui entre en Bourse en 2004 et rachète en 2007 Cogedim, permettant de créer le promoteur que l’on connaît actuellement. Chevalier de la Légion d’Honneur, Alain Taravella fut « Professionnel de l’Année » aux « Pierres d’Or » 2012.

Arthur de Boutiny

Journaliste Rédacteur

Édito
par Thierry Mouthiez

le 06/07/2020

Bureaux : la qualité, d’abord !

« En règle générale, le « flight to quality », souvent évoqué, sera déterminant » affirme Denis François dans un récent « point de vue » publié dans nos colonnes et dans lequel cet expert renommé, aujourd’hui senior advisor chez Swiss Life AM, analyse l’évolution des différentes classes d’actifs post Covid. Il précise : « quel que soit l’actif, l’occupation (qualité et solidité du locataire, nature et durée du bail, loyer égal ou proche du loyer de marché) constituera l’élément majeur de toute valorisation ou décision d’investissement ».

Ce qui, effectivement, se vérifie dès maintenant sur le marché des bureaux, qui semble plutôt actif. Ainsi, Stephan von Barczy souligne, dans une récente interview, le dynamisme des marchés : « du 1er janvier à fin mai 2020, les volumes investis en immobilier d’entreprise en France ont atteint 11,7 milliards d’euros, soit une hausse de 30 % sur un an, légèrement en deçà de la hausse annuelle de 35 % enregistrée pour les volumes du second semestre 2019. Au regard du contexte actuel, ce résultat reste très satisfaisant ». Surtout, le directeur du département investissement de JLL, affirme, à propos du créneau des bureaux : « bien que l’investissement ait ralenti, les actifs « core » ont été particulièrement ciblés par les investisseurs dans une logique de « flight to quality » ».
Une stratégie plus aisément applicable dans un marché solide, au sein duquel, « à l’échelle de l’Ile-de-France, plus de la moitié (53 %) des mouvements d’entreprises proviennent de secteurs d’activités plutôt résilients » estime Cushman & Wakefield. Dans une récente « analyse croisée des dynamiques du marché des bureaux, selon les secteur d’activité des entreprises et les micro-marchés franciliens », le conseil ajoute que « l’impact du ralentissement économique serait modéré pour un quart des entreprises franciliennes et, au contraire, plus sévère pour 21 % d’entre elles »…
Et, bien entendu, dans le cadre d’une telle stratégie globale, la Capitale devrait pouvoir conserver son rang de première cible auprès des investisseurs. La conclusion de l’étude de Cushman & Wakefield lui est ainsi favorable : « de manière général, on remarque que les marchés les plus spécialisés, en raison du déséquilibre créé par la typologie d’activités des entreprises principalement situées sur une partie des première et deuxième couronnes, sont davantage exposés lors des crises économiques. La diversification des activités sur un marché immobilier contribue donc à sa résilience : Paris en est un parfait exemple »…

Portrait

Chargement