Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Bureaux > Actualités > Le choix Immoweek : un « deal » illustratif...

Le choix Immoweek : un « deal » illustratif d’un marché qui se porte nettement mieux

ActualitésBureaux

le 14 Sep 2016

Une fois n’est pas coutume, pour notre choix Immoweek du mercredi dédié au « deal », nous avons choisi non pas une acquisition, mais une prise à bail.

Celle-ci, signée au cœur de Paris et réalisée par Catella Property, semble illustrer parfaitement la tendance actuelle suivie par le marché locatif tertiaire : un volume commercialisé en hausse, un stock de bureaux neufs ou restructurés qui se réduit comme peau de chagrin et, du coup, des loyers qui se tendent, notamment à Paris et pour les petites et moyennes surfaces. La prise à bail par la société de capital investissement Argos Soditic de 850 m2 de bureaux dans le très bel immeuble de la SFL au 112, avenue de Wagram en est l’illustration.

Certes, le loyer de 700 euros (HT, HC)/m2 est facial, mais il n’empêche qu’il constitue une valeur locative « solide » dans un marché qui se porte nettement mieux, en particulier dans la Capitale.

Certes, les conseils présentent encore des analyse divergentes quant à l’évolution possible des loyers en Ile-de-France (voir l’édito d’ « Immoweek Tertiaire » à paraître) pour dire qu’à Paris, dès lors que l’on parle de surfaces inférieures à 5 000 m2, les loyers entrent dans une phase haussière…

Catherine Bocquet

Rédactrice en chef

Édito
par Thierry Mouthiez

le 19/07/2019

Logistique : un marché plus équilibré…

« Particulièrement animé au 1er semestre 2019, le secteur de l’immobilier logistique français se caractérise par une demande placée culminant à un niveau record de 1 743 000 m2 » constate Arthur Loyd Logistique.

De son côté, JLL estime que le 1er semestre « se conclut avec 1 346 000 m2 d’entrepôts de plus de 10 000 m2 commercialisés sur le territoire français. Si le niveau est légèrement supérieur à celui de l’an passé (+3 %), il demeure, cependant, en deçà de ceux des années 2016 et 2017 qui avaient totalisé, respectivement, 1 660 000 et 1 540 000 m2 ». Et de poursuivre : « alors que le 1er trimestre 2019 aura été le meilleur début d’année de ces derniers exercices avec 846 000 m2 de demande placée, l’activité s’est montrée un peu plus timorée au cours de ces 3 derniers mois avec seulement 500 000 m2 d’entrepôts commercialisés via une vingtaine de transactions ». En revanche, les deux sociétés de conseils souligne une même évolution : «  »fait inhabituel, le marché a été stimulé par une augmentation inégalée des transactions effectuées en dehors de la dorsale, avec 767 000 m2 commercialisés » observe Arthur Loyd Logistique, tandis que JLL souligne que « les marchés dits « secondaires » se montrent tout aussi attractifs que les marchés principaux qui composent la dorsale. Ce trimestre, 1 transaction sur 3 a été réalisée en dehors de l’axe de la dorsale (…) Ainsi, considérant les volumes commercialisés, le rapport entre marchés secondaires et principaux est plus équilibré. Il penche, néanmoins, légèrement en faveur des marchés de la dorsale qui captent 51 % des volumes ». Jean-Marie Guillet, directeur logistique de JLL France, précise : « au regard de son démarrage dynamique et compte tenu de l’encours de transactions, 2019 devrait s’inscrire dans la continuité des performances observée ces derniers années »…

Côté investissement, « avec 960 millions d’euros investis au cours du 1er semestre, le marché de l’investissement en immobilier logistique a démarré timidement l’année 2019, en baisse de 20 % d’une année sur l’autre » met en avant Arthur Loyd Logistique, estimant que « ce ralentissement en trompe l’oeil traduit, tout d’abord, un manque d’offre ». Nicolas Chomette, directeur investissement, ajoutant que « surtout, ces volumes ne reflètent pas l’engouement que suscitent aujourd’hui les actifs logistiques auprès des investisseurs lors des phases d’appels d’offres ». Le conseil affirme que « la physionomie du marché devrait être tout autre dans les mois à venir », sachant que « plusieurs portefeuilles d’un montant supérieur à 250 millions d’euros sont, d’ores et déjà, en cours de commercialisation, sur des profils « core » et « core + », tandis qu’Argan vient d’officialiser l’acquisition du portefeuille Cargo, occupé par Carrefour, pour un montant proche de 900 millions d’euros ». Et la société de conclure : « le marché de l’investissement en immobilier logistique devrait franchir le cap historique des 3 milliards d’euros en 2019″…

Portrait

Chargement