Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Commerces > Actualités > Le choix Immoweek : Jacques Ehrmann (Carmila), au...

Le choix Immoweek : Jacques Ehrmann (Carmila), au carrefour des chemins

ActualitésCommerces

le 16 Déc 2016

Pour ce rendez-vous d’Immoweek consacré au « Pro », nous continuons à énumérer les « Professionnels de l’Année » nommés aux « Pierres d’Or 2017 » ; bien que vous ne pourrez découvrir les résultats du scrutin que le 25 janvier, vous pouvez déjà découvrir les nommés dans l’égalité que constitue l’ordre alphabétique. Aujourd’hui donc, c’est le tour de Jacques Ehrmann, le président de Carmila.

Jacques Ehrmann, 56 ans, sorti d’HEC en 1982, a eu une carrière très fournie de l’hôtellerie au commerce, en passant par le loisir.
Il entre en 1989 à la Société des Hôtels Méridien comme secrétaire général, avant de devenir en 1995 directeur général de Disneyland Paris. De 1997 à 2002, il gravit les échelons au sein du groupe Club Méditerranée : entré comme directeur du développement du patrimoine et de la construction, il est directeur général « nouvelles activités » en 2000.
En 2003, il entre au groupe Casino, où il restera jusqu’en 2013, en tant que directeur général des activités immobilières et développement. Deux ans plus tard, il cumule avec cette charge celle de président-directeur-général de Mercialys. En 2009, il est aussi président-directeur général de GreenYellow.
En 2013, fin du cumul… Pour un temps. Il devient directeur exécutif, chargé du patrimoine, du développement et des nouvelles activités du groupe Carrefour. En 2014, nouvelle casquette avec la fondation de la société dédiée à la dynamisation des centres commerciaux Carrefour, Carmila, dont il devient aussitôt président-directeur-général. En 2015, une autre ligne à son palmarès personnel en tant que directeur fusions-acquisitions du groupe Carrefour. C’est à ce triple titre qu’il revient régulièrement dans les pages d’Immoweek.
Outre le champ de l’immobilier, Jacques Ehrmann est Chevalier de l’Ordre National de la Légion d’Honneur depuis 2010. Il est également un habitué des « Pierres d’Or » : quand il était chez Mercialys, il a été nommé trois fois dans la catégorie « Investisseurs » (2006, 2008, 2010), une fois dans la catégorie « Managers » (2007) ». Sa qualité de président de Carmila lui vaut, pour les « Pierres d’Or 2017 » deux nouvelles nominations : une dans la catégorie « Investisseurs » et une dans celle du « Professionnel de l’Année ».
Ajoutera-t-il une nouvelle étoile à son palmarès ? Réponse le 25 janvier prochain !

Arthur de Boutiny

Journaliste Rédacteur

Édito
par Thierry Mouthiez

le 26/07/2019

Au beau fixe !

Tout comme le climat, les cycles de l’immobilier d’entreprise semblent quelque peu chamboulés. Mais dans le bon sens s’agissant de ce secteur.

Si les professionnels s’interrogeaient, il y a encore peu, pour savoir si le cycle actuel n’avait pas atteint son point haut, nombreux sont ceux, aujourd’hui, qui considèrent que le cycle haussier actuel devrait se poursuivre encore un certain temps. Il est vrai que l’évolution des taux d’intérêt joue un rôle majeur dans cette situation.

Ainsi, côté locatif, la demande semble toujours aussi dynamique, même si l’activité du créneau des grandes transactions a légèrement marqué le pas au 1er semestre, après deux années exceptionnelles il est vrai. Rien là, donc, d’inquiétant comme le soulignait récemment dans nos colonnes Grégoire de La Ferté, executive director bureaux Ile-de-France de CBRE, affirmant : « au regard de la demande enregistrée chez CBRE et de l’activité de l’ensemble des équipes, nous anticipons un marché comparable au second semestre 2019, conduisant à un volume global de transactions entre 2,4 et 2,5 millions de mètres carrés ». C’est surtout l’offre qui freine l’activité, en particulier dans Paris. L’offre neuve, la préférée par les utilisateurs, reste maîtrisée, voire contrainte. Du coup, les valeurs locatives sont, dans leur ensemble, clairement orientées à la hausse.

Quant à l’investissement, même avec des taux de rendement au plancher, une nouvelle baisse peut être encore envisagée comme le souligne Nils Vinck, directeur général et directeur du département capital markets de Cushman & Wakefield, dans sa dernière chronique. L’économie française tire bien son épingle du jeu par rapport à ses voisins européens. Le chômage est même en baisse et dans un contexte boursier parfois chahuté, le placement immobilier s’avère toujours aussi séduisant.

Au final, que de bonnes nouvelles avant une trêve estivale que la rédaction d’« Immoweek » souhaite la plus belle à l’ensemble des professionnels du secteur !

Portrait

Chargement