Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Commerces > Actualités > Le choix Immoweek : Redevco signe à Londres pour...

Le choix Immoweek : Redevco signe à Londres pour 78 millions d’euros

ActualitésCommerces

le 06 Sep 2019

Même si le Brexit semble au point mort, l’immobilier outre-Manche, lui, se porte très bien ! Redevco en apporte la preuve, en signant un « deal » à 70 millions de livres (78 millions d’euros), portant sur les espaces commerciaux (surtout de restauration) du « One Tower Bridge », un immeuble mixte qui compte 355 logements hauts de gamme et appartenant au Berkeley Group, à deux pas du très emblématique pont à bascule, à l’opposé de la tour de Londres… C’est, bien sûr, notre « transaction de la semaine ».

Le site acquis par Redevco comprend 7 720 m2 abritant des magasins, des restaurants et un espace culturel, dont 11 unités de restauration et deux commerces de détail, ainsi que le plus grand théâtre commercial construit à Londres, le Bridge Theater, ouvert depuis 80 ans. Il faut dire qu’outre les monuments avoisinants, le site est très bien placé, entre le parc municipal Potters Fields, le complexe de bureaux « More London » (53 000 m2) qui accueille le bureau du maire de Londres et la gare London Bridge Station.

Redevco était conseillée par l’agence Bruce Gillingham Pollard dans la transaction hors marché et par le cabinet d’avocats Osborne Clarke. JLL conseillait le Berkeley Group.

La preuve que bien que le Brexit soit à la traîne, l’immobilier, lui, obéit à d’autres lois…

Redevco est constamment à la recherche d'opportunités adaptées à l'évolution des modes de consommation et à l'importance croissante attachée aux loisirs, tels que les investissements dans l'immobilier à usage mixte et dédiés à la restauration. À cet égard, Londres se classe parmi les premières destinations mondiales, et le site, jouxtant le Tower Bridge, intègre les éléments clés que nous recherchons dans nos investissements tournés vers l'expérience du client. Il est situé à proximité d'une attraction touristique d'ordre mondial qui attire des foules de visiteurs. Le site bénéficie également de la fréquentation générée par les bureaux et les résidences haut de gamme du quartier.

Andrew Vaughan, CEO de Redevco

Arthur de Boutiny

Journaliste Rédacteur

Édito
par Thierry Mouthiez

le 20/01/2020

Investissement : vers la poursuite de la croissance des valeurs…

« 2019 a été une excellente année pour le marché de l’investissement, avec un volume approchant les 40 milliards d’euros placés en immobilier non résidentiel dans l’Hexagone, positionnant la France en numéro 3 au niveau européen, derrière l’Allemagne et la Grande-Bretagne » constate Emmanuel Schreder.

Le coprésident de Catella France rappelle qu’après le « pic » de 2007 à 30,8 milliards d’euros, les volumes avaient été divisés par deux en 2008 (à 14 milliards) et en 2009 (à 8 milliards) « et depuis, la croissance est continue et quasi exponentielle »… Pour 2019, le conseil relève « le poids des grosses opérations avec 57 transactions de plus de 100 millions d’euros représentant les deux tiers du volume global, dont 23 supérieures à 300 millions d’euros » ; le fait qu’ »à l’exception des locaux d’activités et de l’immobilier de santé, toutes les classes d’actifs ont progressé, de 9 % pour les bureaux, 14 % pour le commerce ou encore… 57 % pour la logistique », ainsi que le poids des investisseurs étrangers « dans un marché où les investisseurs nationaux ont accru de 22 % (4 milliards d’euros) leurs interventions ».

Pour ce qui est de l’année qui s’ouvre, le conseil estime que « les premières semaines s’inscrivent dans la même dynamique qu’en 2019 » avec des collecteurs d’épargne, notamment des assureurs-vie qui, « après avoir placé leur forte collecte à taux négatifs l’an passé, sont, désormais, résolument orientés vers l’immobilier »… Surtout, Emmanuel Schreder souligne que le taux des OAT 10 ans est « repassé en terrain positif à 0,05 % » et que le « spread » entre taux d’intérêt et taux de rendement immobilier « demeure élevé à près de 300 points de base en se basant sur un taux de rendement « prime » dans Paris intra-muros qui tourne autour des 3 % ». Il fait également valoir que le marché locatif, « bien que son évolution ait été nuancée en 2019, se porte bien, avec des taux de vacance historiquement bas dans de nombreux secteurs, ce qui permet d’anticiper de la réversion positive avec un différentiel positif entre le loyer existant et le loyer de marché potentiel. Ce qui ne manque pas d’encourager les investisseurs à parier sur un tassement des rendements et ce qui participe, ainsi, à la valorisation des actifs ». Enfin, le conseil ajoute l’insuffisance de l’offre sur le marché de l’investissement. Si celle-ci avait répondu à la demande, « ce sont, certainement, au minimum entre 5 et 10 milliards d’euros supplémentaires qui auraient pu être investis sur le marché » !

Au final, ces trois évolutions du marché de l’investissement « sont les garants de la poursuite de la croissance des valeurs en 2020 ». Cependant, le coprésident de Catella estime qu’il « convient de conserver à l’esprit que, dans le cadre de valorisations déjà élevées, tout évènement lié à la conjoncture économique ou géopolitique pourrait entraîner un « repricing » ». Néanmoins, « ce n’est pas le cas pour l’instant »…

Portrait

Chargement