Chargement

Filter par chroniqueur

Selectionner un chroniqueur
  • Tous les chroniqueurs
  • Diane Granboulan
  • Florence Defradas
  • Alexae Fournier-de-Fäy
  • Ludovic Delaisse
  • Dominique Ozanne
  • Raymond Genre-Grandpierre
  • Clément Quatrain et Jérôme Garnier
  • Quentin Romet
  • Michaël Sigda
  • Norbert Fanchon
  • Alexandra Cocquière
  • Jean-Marc Peter
  • François Le Levier
  • Monique Bénisty
  • Anne-Claire Davy et Renaud Roger
  • Pascaline Déchelette-Tolot
  • Arié Alimi
  • Florence Defradas & Jonathan Quiroga-Galdo
  • Alan Dornford
  • Aurélie Dauger & François-Régis Fabre-Falret
  • Pierre-François Gouiffès et John van Oost
  • Nils Vinck & Vanessa Zouzowski
  • Vanessa Zouzowski
  • John Van Oost
  • Sidonie Fraîche Dupeyrat
  • Laurent Saint-Aubin
  • Magali Déroulède
  • Jean-François Buet
  • Denis François
  • Isabelle Arnold
  • Silke Nadolni et Julie Weiss
  • Xavier Lépine
  • Anne Muzard
  • Stéphanie Bailet
  • Alix d'Ocagne
  • Antoine Salmon
  • Antoine Grignon
  • Hélène Gelas
  • Hélène Cloëz
  • Pascale Poirot
  • Marie-Anne Le Floch
  • Erwan Heurtel et Andrew Armfelt
  • Alexandra François-Cuxac
  • Alix d'Ocagne et Coralie Leveneur
  • Bertrand Desjuzeur
  • Chrystèle Villotte et Magali Marton
  • Cédric Petitdidier et Vincent Prioux
  • Guillaume Pasquier
  • Pierre-François Gouiffès
  • Silke Nadolni
  • Vincent Faurie
  • Sidonie Fraîche-Dupeyrat et Silke Nadolni
  • Chloé Thiéblemont et Alexae Fournier-de Faÿ
  • Sandra Fernandes
  • Pierre Schoeffler
  • Muriel Fayat
  • Xavier Pican
  • Gérard Degli-Esposti
  • Nils Vinck
  • Brice Lefranc
  • Olivier Wigniolle
  • Hanan Chaoui
  • Gérard Degli-Esposti et Pierre Schoeffler
  • Cédric Bonnet et Emilie Capron
  • Eric Duval
  • Louis Vorilhon
  • Lionel Labouz
  • Vincent Guinot
  • Laurent Leprévost
  • Emilie Capron
  • Bruno Deletré
  • Sidonie Fraîche-Dupeyrat
  • Ingrid Nappi-Choulet
  • Philippe Pelletier
  • Michel Mouillart
  • Christian Cléret
  • Philippe Tannenbaum

Chargement

Édito
par Pascal Bonnefille

le 29/10/2020

URW : (aussi) une question de com

Dans le dossier URW, qui chaque jour fait l’objet de nouveaux développements, il n’est pas inutile, parallèlement aux arguments échangés, de mettre en valeur l’importance de la communication.

Traditionnellement, et bien avant d’ailleurs l’équipe actuelle, la com’ d’Unibail reposait sur un principe simple : comme nous sommes les plus forts, nul besoin de faire d’effort. C’était vrai en matière publicitaire, ou de contenus (pas ou peu de prise de parole des dirigeants) comme de rapports avec les clients et partenaires. Cette démarche « bismarckienne » est illustrée par mille témoignages : chez Unibail, on ne négociait pas (ou peu) et la réputation de la maison était de ne guère faire de cadeaux… sauf aux actionnaires qui, jusqu’à ces dernières années, n’avaient pas eu à se plaindre.
Cette com de dominant était encore en action lorsque les dirigeants présentèrent leur plan, appelé « RESET »… Sans être grand connaisseur du « globish » actuel, tout utilisateur informatique (qui ne l’est pas aujourd’hui ?) sait que le mot signifie « réinitialiser », « remettre à zéro »… ce qui, pour une foncière, peut créer de l’inquiétude. Mais le terme était cohérent avec la com « à coups de massue » pratiquée jusque-là.
Las, l’offensive menée par le duo Leon Bressler/Xavier Niel, aussitôt rejoint par le bouillant Guillaume Poitrinal (celui-là même qui avait porté Christophe Cuvillier à la présidence d’Unibail) a poussé la direction actuelle à changer radicalement de stratégie. Après un temps (de sidération ?) marqué par un communiqué laconique, « à l’ancienne », le virage à 180 degrés arriva : multiplication des interviews, communiqués quotidiens sur les soutiens apportés à « RESET », contacts de l’agence Image 7 (dirigée par Anne Méaux) avec les journalistes… Le trio Bressler/Niel/Poitrinal hérite d’un qualificatif, forcément étudié, d’ »activistes » : le vocabulaire renvoie aux extrêmes, notamment politiques, et donc, par opposition, à la légitimité des dirigeants actuels.
Pour continuer le parallèle avec la politique, les experts en com’ s’accordent en général sur le risque du changement de stratégie « en cours de route », sous la pression des événements. Ils se souviennent (mais les moins de vingt ans l’ignorent) du cas d’Edouard Balladur, candidat à la présidentielle. Ultra favori depuis des mois, Premier ministre en fonction, il eut des sondages moins favorables. On le vit alors arpenter les marchés et essayer de changer de style pour paraître « plus proche » des électeurs. En cette matière, Jacques Chirac était imbattable et c’est lui qui triompha.
Pour la foncière, on saura, lors de l’assemblée générale du 10 novembre, si le complet changement de cap de la communication de la direction d’URW a constitué une stratégie gagnante. Ou pas…

Portrait

Chargement

Page 0 /

Vis à vis

Zoom 1

Vous devez être connecté pour télécharger le magazine