Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Logement > Actualités > Le choix Immoweek : Buildinvest lance une...

Le choix Immoweek : Buildinvest lance une opération « Denormandie » à Limoges

ActualitésLogement

le 15 Juil 2019

Lutter contre l’habitat dégradé en incitant les investisseurs immobiliers à réaliser les travaux de rénovation nécessaire est l’objectif du dispositif Denormandie, qui est entré en vigueur depuis le début de l’année. Le groupe Buildinvest fait partie de ces premiers investisseurs à avoir saisi cette opportunité d’avantage fiscal et lancent ainsi une opération « clé en mains » à Limoges (87). Voici notre « choix Immoweek » de ce jour, consacré à l’« Immeuble ».

Buildinvest se présente comme un spécialiste de la rénovation immobilière, à travers notamment des opérations « Malraux », « Monuments Historiques » et « Déficit foncier ». Il était tout naturel que le dispositif Denormandie les intéresse.

Ainsi, le groupe va réhabiliter, au coeur de Limoges, l’Ecole du Présidial – Intendance Turgot, place du Présidial. Dans le cadre de cette rénovation, il commercialise une vingtaine de logements, qui seront livrés et mis en location au cours du 3ème trimestre 2021.

En appliquant le dispositif de défiscalisation, « pour un investissement de 300 000 euros (travaux compris) réalisé cette année et un engagement de location de 12 ans, l’investisseur réduira son impôt chaque année d’un montant de 6 000 euros au cours des neuf premières années et de 3 000 euros au cours des trois dernières années » indique Buildinvest, sachant que les prix des appartements oscillent entre 161 500 euros pour une T1 et 326 440 euros pour un T4. Il conclut : « en 2030, il aura économisé 21 % du coût global de l’opération, soit 63 000 euros. Une opération qui lui aura donc coûté 237 000 euros au lieu de 300 000 euros ».
Le groupe propose par ailleurs un service de location et gestion du bien, via sa filiale Gescap3.

"Nous nous engageons aussi sur l’avenir"

« Notre expertise en matière de réhabilitation est reconnue et notre leadership dans ces opérations tient à notre offre de services à 360 degrés qui fait toute notre différence : nous gérons les projets de A à Z, depuis l’acquisition de l’immeuble jusqu’à sa gestion administrative et locative, en passant par sa réhabilitation architecturale. Nous faisons donc bien plus qu’apporter une solution d’investissement immobilier… Nous nous engageons aussi sur l’avenir, ce qui est rassurant pour les investisseurs » commente Loïc Guinchard, directeur commercial chez Buildinvest Patrimoine.

Le projet « Ecole du Présidial – Intendance Turgot », avant et après

La rédaction d'immoweek

Édito
par Thierry Mouthiez

le 26/07/2019

Au beau fixe !

Tout comme le climat, les cycles de l’immobilier d’entreprise semblent quelque peu chamboulés. Mais dans le bon sens s’agissant de ce secteur.

Si les professionnels s’interrogeaient, il y a encore peu, pour savoir si le cycle actuel n’avait pas atteint son point haut, nombreux sont ceux, aujourd’hui, qui considèrent que le cycle haussier actuel devrait se poursuivre encore un certain temps. Il est vrai que l’évolution des taux d’intérêt joue un rôle majeur dans cette situation.

Ainsi, côté locatif, la demande semble toujours aussi dynamique, même si l’activité du créneau des grandes transactions a légèrement marqué le pas au 1er semestre, après deux années exceptionnelles il est vrai. Rien là, donc, d’inquiétant comme le soulignait récemment dans nos colonnes Grégoire de La Ferté, executive director bureaux Ile-de-France de CBRE, affirmant : « au regard de la demande enregistrée chez CBRE et de l’activité de l’ensemble des équipes, nous anticipons un marché comparable au second semestre 2019, conduisant à un volume global de transactions entre 2,4 et 2,5 millions de mètres carrés ». C’est surtout l’offre qui freine l’activité, en particulier dans Paris. L’offre neuve, la préférée par les utilisateurs, reste maîtrisée, voire contrainte. Du coup, les valeurs locatives sont, dans leur ensemble, clairement orientées à la hausse.

Quant à l’investissement, même avec des taux de rendement au plancher, une nouvelle baisse peut être encore envisagée comme le souligne Nils Vinck, directeur général et directeur du département capital markets de Cushman & Wakefield, dans sa dernière chronique. L’économie française tire bien son épingle du jeu par rapport à ses voisins européens. Le chômage est même en baisse et dans un contexte boursier parfois chahuté, le placement immobilier s’avère toujours aussi séduisant.

Au final, que de bonnes nouvelles avant une trêve estivale que la rédaction d’« Immoweek » souhaite la plus belle à l’ensemble des professionnels du secteur !

Portrait

Chargement