Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Finance & Bourse > Actualités > Le choix Immoweek : une première vente...

Le choix Immoweek : une première vente d’immeuble via « blockchain » en Europe

ActualitésFinance & Bourse

le 26 Juin 2019

La « blockchain » est l’une des technologies les plus scrutées de ces derniers temps en « fintech » et l’immobilier ne pouvait pas être en reste : Equisafe a réalisé une belle première en bouclant, le 25 juin 2019, la première vente d’immeuble via la technologie « blockchain » en Europe, pour un montant de 6,5 millions d’euros. Et pour un actif à Boulogne-Billancourt (92), l’hôtel particulier « AnnA ». Le « deal de la semaine » s’imposait.

L’opération a été menée par six partenaires : la plate-forme d’investissements Equisafe, le cabinet d’avocats CMS Francis Lefebvre Avocats, Coblence & Associés, Screeb Notaires et les promoteurs Sapeb Immobilier et Valorcim.

L’hôtel particulier, une bâtisse de style Mansart datant du début du XXème siècle, a fait l’objet, tout d’abord, d’un processus de vente classique, via un acte notarié qui a validé la valeur de l’immeuble et marqué le transfert de ce dernier vers une société par actions simplifiée (Sapeb AnnA). Equisafe a, ensuite, enregistré cette société en tant qu’émetteur dans son système, avant de la diviser en une centaine de parts digitalisées (aussi appelées « tokens » ou « jetons »). L’ensemble de ces parts émises par la société Sapeb AnnA a été transféré, via la blockchain, au promoteur Sapeb Immobilier, assisté du promoteur Valorcim ; un promoteur immobilier exerce ainsi ses droits de propriété sur un immeuble entier via la blockchain, pour la première fois en Europe. Les documents traditionnellement échangés sur la chaîne de vente d’un bien immobilier (acte notarial, certificat de propriété, données d’identification des acheteurs et des vendeurs…) sont tous enregistrés et chiffrés sur le registre virtuel blockchain, infalsifiable et accessible en permanence, 24h/24h.

Le but d’une telle technologie ? Permettre une plus grande liquidité en rendant les transactions plus rapide et plus faciles, via un échange plus rapide des informations, la fractionnalisation à l’infini des parts de propriété par la tokenisation et le gain de temps.

Equisafe lancera une plate-forme d’investissements à l’automne 2019, opérationnelle pour les investisseurs, particuliers comme professionnels, qui permettra d’accéder en trois clics aux offres d’investissements mises en ligne par les émetteurs de titres sur la plateforme Equisafe. Une telle opération fera-t-elle boule de neige ? L’avenir le dira…

Le défi que nous nous sommes lancé aujourd'hui ? Rendre la pierre liquide et accessible au plus grand nombre. Demain, nous souhaitons que chacun puisse devenir copropriétaire d'un bien immobilier aussi simplement qu'on achète un livre sur Amazon.

Bilal El Alamy et Frédéric Bertoïa, cofondateurs d'Equisafe

La différence entre une opération classique et une opération telle que AnnA, c'est que les droits afférant à la propriété de la société qui détient cet immeuble sont désormais entièrement codés dans la blockchain. Chaque jeton est ainsi codé pour renfermer les conditions d'achat, de vente et d'échange des titres, ainsi que les droits auxquels il donne accès (dividendes, vote…).

Bilal El Alamy, cofondateur d'Equisafe

Arthur de Boutiny

Journaliste Rédacteur

Édito
par Thierry Mouthiez

le 19/07/2019

Logistique : un marché plus équilibré…

« Particulièrement animé au 1er semestre 2019, le secteur de l’immobilier logistique français se caractérise par une demande placée culminant à un niveau record de 1 743 000 m2 » constate Arthur Loyd Logistique.

De son côté, JLL estime que le 1er semestre « se conclut avec 1 346 000 m2 d’entrepôts de plus de 10 000 m2 commercialisés sur le territoire français. Si le niveau est légèrement supérieur à celui de l’an passé (+3 %), il demeure, cependant, en deçà de ceux des années 2016 et 2017 qui avaient totalisé, respectivement, 1 660 000 et 1 540 000 m2 ». Et de poursuivre : « alors que le 1er trimestre 2019 aura été le meilleur début d’année de ces derniers exercices avec 846 000 m2 de demande placée, l’activité s’est montrée un peu plus timorée au cours de ces 3 derniers mois avec seulement 500 000 m2 d’entrepôts commercialisés via une vingtaine de transactions ». En revanche, les deux sociétés de conseils souligne une même évolution : «  »fait inhabituel, le marché a été stimulé par une augmentation inégalée des transactions effectuées en dehors de la dorsale, avec 767 000 m2 commercialisés » observe Arthur Loyd Logistique, tandis que JLL souligne que « les marchés dits « secondaires » se montrent tout aussi attractifs que les marchés principaux qui composent la dorsale. Ce trimestre, 1 transaction sur 3 a été réalisée en dehors de l’axe de la dorsale (…) Ainsi, considérant les volumes commercialisés, le rapport entre marchés secondaires et principaux est plus équilibré. Il penche, néanmoins, légèrement en faveur des marchés de la dorsale qui captent 51 % des volumes ». Jean-Marie Guillet, directeur logistique de JLL France, précise : « au regard de son démarrage dynamique et compte tenu de l’encours de transactions, 2019 devrait s’inscrire dans la continuité des performances observée ces derniers années »…

Côté investissement, « avec 960 millions d’euros investis au cours du 1er semestre, le marché de l’investissement en immobilier logistique a démarré timidement l’année 2019, en baisse de 20 % d’une année sur l’autre » met en avant Arthur Loyd Logistique, estimant que « ce ralentissement en trompe l’oeil traduit, tout d’abord, un manque d’offre ». Nicolas Chomette, directeur investissement, ajoutant que « surtout, ces volumes ne reflètent pas l’engouement que suscitent aujourd’hui les actifs logistiques auprès des investisseurs lors des phases d’appels d’offres ». Le conseil affirme que « la physionomie du marché devrait être tout autre dans les mois à venir », sachant que « plusieurs portefeuilles d’un montant supérieur à 250 millions d’euros sont, d’ores et déjà, en cours de commercialisation, sur des profils « core » et « core + », tandis qu’Argan vient d’officialiser l’acquisition du portefeuille Cargo, occupé par Carrefour, pour un montant proche de 900 millions d’euros ». Et la société de conclure : « le marché de l’investissement en immobilier logistique devrait franchir le cap historique des 3 milliards d’euros en 2019″…

Portrait

Chargement