Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Logement > Actualités > Horizon AM mise sur le Grand Paris pour son...

Horizon AM mise sur le Grand Paris pour son nouveau véhicule, Performance Pierre 4

ActualitésLogement

le 19 Sep 2018

Le logement dans le Grand Paris, Horizon AM y croit : pour la société de gestion, viser le marché le plus tendu de France, celui de l’Ile-de-France, pour investir, est la stratégie gagnante du moment.

La société, créée il y a dix ans, lance Performance Pierre 4, fonds d’investissement alternatif (FIA) dont l’objectif de collecte est de 20 millions d’euros et la réalisation à horizon sept ans d’une vingtaine d’opérations d’habitation. Sont « ciblées » les biens permettant une réelle création de valeur comme le rappellent Mehdi Gaiji, président co-fondateur et directeur de la gestion et Arnaud Monnet, directeur général co-fondateur et responsable du développement ISR d’Horizon AM. Parmi les sujets, la volonté de « revenir dans des marchés tendus, mais pour des fonciers sur lesquelles les autres opérateurs n’ont pas tendance  à  aller » et investir dans « du micro foncier, une possibilité de surélévation d’étages, un changement de destination ou la réhabilitation d’actifs obsolètes ».

Les critères de sélection seront les suivants : pour la promotion neuve, l’existence d’une charge foncière limitée à 30 % du coût de la construction et un nombre de logements inférieur à 40 lots ; pour les opérations de réhabilitation : un objectif d’achat décoté de 25 % de la valeur marché, réhabilitation incluse, le choix de biens non occupés et un objectif de revente des biens à 90 % de leur valeur marché.

Performance Pierre 4 prend la forme juridique d’une société en commandite par actions à capital variable et prévoit un montant minimum de souscription de  5 000 euros (soit 50 actions à 100 euros). La durée d’investissement conseillée est comprise entre 6,5 et 7,5 ans.

Première acquisition de ce FIA  : l’achat, avant transformation, d’un hôtel particulier de 1 020 m2 dans le 14ème arrondissement de Paris ; ici seront créés 20 logements.

Catherine Bocquet

Rédactrice en chef

Édito
par Arthur de Boutiny

le 16/07/2019

ImmoStat : et à présent, Marseille

Signe des temps qui changent, non content de suivre déjà l’immobilier de bureaux, trimestre par trimestre, en Ile-de-France, ImmoStat a décidé de suivre le marché au sein de la métropole Aix-Marseille-Provence, grâce au soutien de la FNAIM locale. Plus qu’une nouvelle corde à un arc, cette nouveauté est un signe que la vision de l’immobilier et du territoire évolue.

Dans la métropole Aix-Marseille-Provence, donc, la demande placée au premier semestre 2019 s’élève à 163 441 m2, avec 78 535 m2 placés au deuxième trimestre pour 123 transactions. Parmi les chiffres de ce trimestre, 38 572 m2 sont des bureaux, 39 963 m2 de l’activité et de la logistique. A Marseille même, la demande placée représente 29 727 m2 pour 61 transactions, dont 23 932 m2 de bureaux et 5 795 m2 d’immobilier logistique.

Si le GIE indiquait effectivement la demande placée en entrepôts en régions depuis 2011, l’appliquer sur un territoire plus restreint et trimestre par trimestre (même si la démarche d’ImmoStat est moins poussée qu’en Ile-de-France, où le distinguo est fait entre Paris intra-muros, première couronne et deuxième couronne, entre autres) est un nouvel acte de décès de la vieille conception de Paris et du désert français. L’ère de la métropolisation est bien avancée en France, la vision parisiano-centrée semble devenue trop restreinte et le fait qu’un incontournable de la statistique comme ImmoStat entérine cet état de fait est parlant.
Marseille était un bon candidat pour cette nouvelle inclusion, à l’instar de Lyon, Lille ou Nantes ; d’ailleurs, les conseils immobiliers français faisaient déjà leur propre bilan trimestriel de ces métropoles, une à une. Mais c’est ici le symbole qui compte, et les statistiques officielles de la cité phocéenne laissent présager d’autres inclusions… La métropolisation est bien dans les têtes !

Portrait

Chargement