Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Logistique > Actualités > Le choix Immoweek : Cambrai va accueillir le plus...

Le choix Immoweek : Cambrai va accueillir le plus grand parc e-logistique… d’Europe !

ActualitésLogistique

le 22 Mar 2018

Pour ce choix Immoweek de ce jeudi 22 mars, SITL oblige, place à la logistique. Les bâtiments d’activités et d’entrepôts nous ont souvent habitué à des tailles « XXL ». Les e-commerçants ont un appétit gargantuesque et BT Immo l’a bien compris. Celle-ci va transformer l’ancienne base aérienne 103, non loin de Cambrai, en un parc d’activités « e-logistique » : « e-Valley » proposera… 700 000 m2 de bâti ! Voici donc le « chiffre » du jour.

Le projet « e-Valley » assume un positionnement commercial résolument tourné vers la clientèle e-commerçant (ou leurs chargeurs). Car les mètres carrés ne font pas tout : BT Immo assure qu’ils sont « modulaires, innovants et rationnels, adaptables aux différents process des web marchands et aux systèmes e-logistiques les plus innovants ». Et pour faire vivre cette innovation au sein même du parc « avec son centre R&D, (…) le programme e-Valley lancera des appels à projets de startup sur les thématiques géotraçabilité « indoor » et « outdoor » : exosquelette, livraison par drones, « supply chain reporting », analyse cognitive ou encore identification des erreurs de stockage »… tout un programme !

Située au croisement des autoroutes A26 et A2 et à proximité du futur canal Seine Nord, sur les communes d’Epinoy (59) et de Haynecourt (59), « e-Valley » vise un barycentre européen, à la croisée des ports et grands axes du continent (1h30 de Calais par I’A26, 2h d’Anvers par I’A2), mais aussi des grandes villes (1h de Lille, 2h de Paris par l’A1, 1h30 de Bruxelles et 3h de Cologne par I’A2). Et bien sûr, le parc bénéficie du dernier cri en matière de multimodal : autoroutes, aéroports, canal Seine-Nord, ports de commerce, voie ferrée… les marchandises peuvent venir de n’importe quel moyen de transport !

Et en matière de caractéristiques techniques, nous vous laissons apprécier les chiffres :

Cliquez pour agrandir

« Nous avons signé la promesse de vente au mois de juillet dernier et le permis de construire vient d’être déposé. Tout devrait être finalisé d’ici à la fin de l’année. Sur les 700 000 m2 d’entrepôts, nous en avons déjà pré-commercialisé 120 000. Les entreprises intéressées trouveront toutes les informations utiles en se rendant dans notre bureau, situé au 8, rue Lincoln, à Paris. D’ici à la fin mars, « e-Valley » sera également proposé par les principaux courtiers immobiliers » indiquait David Taieb, président directeur général de BT Immo, il y a quelques jours sur CNews Matin.

Retrouvez ce projet d’ampleur en vidéo ci-dessous :

Jean-Baptiste Favier

Chef des informations

Édito
par Thierry Mouthiez

le 26/07/2019

Au beau fixe !

Tout comme le climat, les cycles de l’immobilier d’entreprise semblent quelque peu chamboulés. Mais dans le bon sens s’agissant de ce secteur.

Si les professionnels s’interrogeaient, il y a encore peu, pour savoir si le cycle actuel n’avait pas atteint son point haut, nombreux sont ceux, aujourd’hui, qui considèrent que le cycle haussier actuel devrait se poursuivre encore un certain temps. Il est vrai que l’évolution des taux d’intérêt joue un rôle majeur dans cette situation.

Ainsi, côté locatif, la demande semble toujours aussi dynamique, même si l’activité du créneau des grandes transactions a légèrement marqué le pas au 1er semestre, après deux années exceptionnelles il est vrai. Rien là, donc, d’inquiétant comme le soulignait récemment dans nos colonnes Grégoire de La Ferté, executive director bureaux Ile-de-France de CBRE, affirmant : « au regard de la demande enregistrée chez CBRE et de l’activité de l’ensemble des équipes, nous anticipons un marché comparable au second semestre 2019, conduisant à un volume global de transactions entre 2,4 et 2,5 millions de mètres carrés ». C’est surtout l’offre qui freine l’activité, en particulier dans Paris. L’offre neuve, la préférée par les utilisateurs, reste maîtrisée, voire contrainte. Du coup, les valeurs locatives sont, dans leur ensemble, clairement orientées à la hausse.

Quant à l’investissement, même avec des taux de rendement au plancher, une nouvelle baisse peut être encore envisagée comme le souligne Nils Vinck, directeur général et directeur du département capital markets de Cushman & Wakefield, dans sa dernière chronique. L’économie française tire bien son épingle du jeu par rapport à ses voisins européens. Le chômage est même en baisse et dans un contexte boursier parfois chahuté, le placement immobilier s’avère toujours aussi séduisant.

Au final, que de bonnes nouvelles avant une trêve estivale que la rédaction d’« Immoweek » souhaite la plus belle à l’ensemble des professionnels du secteur !

Portrait

Chargement