Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Green & Innovations > Actualités > Le choix Immoweek : Eric Costa (CityNove...

Le choix Immoweek : Eric Costa (CityNove AM-Groupe Galeries Lafayette) – « Le commerce de demain »

ActualitésGreen & Innovations

le 06 Fév 2019

Les « Pierres d’Or » 2019 sont à présent achevées ! Pour prolonger un peu le souvenir de cet évènement, vous pourrez retrouver, jour après jour, dans le « choix Immoweek », les portraits des lauréats et des nommés, tels qu’ils ont été réalisés pour les « Pierres d’Or ». Aujourd’hui, nous continuons avec une des nommées de la catégorie « Innovation », Eric Costa, président de Citynove Asset Management-Groupe Galeries Lafayette.

Il y a chez Eric Costa, président de Citynove, la filiale immobilière des Galeries Lafayette, une « business unit »de 25 personne en charge d’un patrimoine foncier prestigieux, mais conduite comme une start up, avec une extrême détermination à « inventer le commerce de demain ». Eric Costa s’est construit un parcours d’expert de l’immobilier commercial, depuis sa sortie de l’ISG il y a 25 ans (il avait alors convaincu Christian Pellerin de créer un grand prix de formule 1 à La Défense; il a rejoint les Galeries en 2006) avec la force d’une conviction : « seul un magasin au cœur de la ville, ouvert au plus grand nombre, permet d’imaginer, de partager, de célébrer des moments avec des gens très différents, de tous âges ». Une conviction qui s’est transformée en détermination avec un peu de bravache. Loger au cœur du Marais, la fondation Lafayette Anticipations, et pour ce faire confier à Rem Koolhas (ce Pritzker d’architecture, mondialement célébré, n’avait encore rien signé à Paris) la transformation d’un immeuble sans grâce pour en faire « the Place to be »de la création artistique contemporaine avait, en effet, quelque chose du « Lafayette, nous voilà » lancé par le général Pershing en 1917 sur la tombe du célèbre maréchal au cimetière de Picpus. Pari réussi, puisque l’immeuble de la Fondation, ancien entrepôt du Bazar de l’Hôtel de Ville, sera bientôt relié à cet emblématique magasin du groupe via les 4000 mètres carrés d’Eataly Marais, trait d’union redessiné parle cabinet d’architecture Data, chargé de transformer les anciens ateliers de la chocolaterie Meunier en restaurant d’entreprise pour les employés du BHV, mais également en « lieu de vie pour le chaland, consacré aux produits les plus fins de la grandiose gastronomie italienne ». Une « expérience » que seule un cœur de ville et son histoire peuvent offrir, loin du e-commerce. Ouverture fin avril.

Entretemps, en mars, Eric Costa aura inauguré la nouvelle enseigne des Galeries Lafayette sur les Champs Elysées, conçue avec l’architecte Bjarke Ingels de l’Agence BIG, qui a déjà ajouté piste de ski et mur d’escalade à l’usine d’incinération de Copenhague. On nous promet « un lieu de vie multiforme ». Comme ceux qu’avaient voulus Théophile Bader, fondateur des Galeries Lafayette, il y a plus d’un siècle?

Brice Lefranc

La rédaction d'immoweek

Édito
par Thierry Mouthiez

le 26/07/2019

Au beau fixe !

Tout comme le climat, les cycles de l’immobilier d’entreprise semblent quelque peu chamboulés. Mais dans le bon sens s’agissant de ce secteur.

Si les professionnels s’interrogeaient, il y a encore peu, pour savoir si le cycle actuel n’avait pas atteint son point haut, nombreux sont ceux, aujourd’hui, qui considèrent que le cycle haussier actuel devrait se poursuivre encore un certain temps. Il est vrai que l’évolution des taux d’intérêt joue un rôle majeur dans cette situation.

Ainsi, côté locatif, la demande semble toujours aussi dynamique, même si l’activité du créneau des grandes transactions a légèrement marqué le pas au 1er semestre, après deux années exceptionnelles il est vrai. Rien là, donc, d’inquiétant comme le soulignait récemment dans nos colonnes Grégoire de La Ferté, executive director bureaux Ile-de-France de CBRE, affirmant : « au regard de la demande enregistrée chez CBRE et de l’activité de l’ensemble des équipes, nous anticipons un marché comparable au second semestre 2019, conduisant à un volume global de transactions entre 2,4 et 2,5 millions de mètres carrés ». C’est surtout l’offre qui freine l’activité, en particulier dans Paris. L’offre neuve, la préférée par les utilisateurs, reste maîtrisée, voire contrainte. Du coup, les valeurs locatives sont, dans leur ensemble, clairement orientées à la hausse.

Quant à l’investissement, même avec des taux de rendement au plancher, une nouvelle baisse peut être encore envisagée comme le souligne Nils Vinck, directeur général et directeur du département capital markets de Cushman & Wakefield, dans sa dernière chronique. L’économie française tire bien son épingle du jeu par rapport à ses voisins européens. Le chômage est même en baisse et dans un contexte boursier parfois chahuté, le placement immobilier s’avère toujours aussi séduisant.

Au final, que de bonnes nouvelles avant une trêve estivale que la rédaction d’« Immoweek » souhaite la plus belle à l’ensemble des professionnels du secteur !

Portrait

Chargement