Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Green & Innovations > Actualités > Le choix Immoweek : Gecina, à la pointe de...

Le choix Immoweek : Gecina, à la pointe de l’innovation… même dans son rapport annuel

ActualitésGreen & Innovations

le 29 Mai 2018

C’est de saison. Les beaux jours (et leurs exceptions orageuses) amènent leur lot de floraison, la nature renaît… et dans nos secteurs de l’économie, les rapports annuels sortent ! Et à ce « jeu » des publications « corporate », Gecina semble avoir placé la barre très haute. La foncière, fidèle à son positionnement stratégique francilien, l’a intitulé « (Grand) Paris Pile & Face ». Mais surtout, elle s’affranchit du classique format papier pour proposer une série sous forme de podcasts. Un petit « + » que nous honorons dans ce « choix Immoweek » du jour.

Tels les deux côtés d’un sou, « (Grand) Paris Pile & Face » propose deux cahiers – au format A5 inhabituel (la taille d’une demi-page A4) – qui propose deux « ambiances » : l’un « corporate » où l’on retrouve les thèmes classiques que peut aborder un rapport annuel – Lieux de vie, Centralité, Demain, Ensemble, Client(s), Transformation – et un autre, « fictionnel », recueil de six petites nouvelles. Jamais deux sans trois ? A ce pile ou face, rajoutez « Gecina côté chiffres », complément indispensable rassemblant les chiffres clés du groupe pour 2017.

Mais le « (Grand) Paris Pile & Face » c’est aussi et surtout une collection de 12 podcasts, qui se partagent équitablement entre fiction et réalité. Coté réalité (6 épisodes de 3 minutes), les collaborateurs de Gecina racontent la manière dont ils conçoivent les espaces de bureaux ou de logements, expliquent la stratégie de Gecina en lien avec l’appétence grandissante des entreprises pour les centres urbains, les mesures prises en faveur de l’innovation. Coté fiction (6 épisodes de 3 minutes), Lydia, Thomas, Samia et quelques autres deviennent les personnages de courtes nouvelles littéraires lues par la comédienne Lila Tamazit, en lien avec ces mêmes thématiques.

Un récit d’entreprise attrayant et vivant

« Un format de petite taille idéal pour le métro et le salon, une collection de podcasts à écouter dans les transports ou à une terrasse de café… ces nouveaux formats collent parfaitement aux nouveaux modes de vie urbains. Pour raconter notre transformation et l’impact de la révolution numérique sur nos métiers, ce rapport propose un récit d’entreprise attrayant et vivant, qui laisse toute sa place aux femmes et aux hommes qui le construisent tous les jours ». Méka Brunel, directrice générale de Gecina.

Jean-Baptiste Favier

Chef des informations

Édito
par Catherine Bocquet

le 28/10/2020

Permis de construire : la lente disparition

Voilà quelques mois déjà que les autorisations de construire, autrement dit les permis de construire, disparaissent peu à peu de nos horizons.

Alors que près de 900 000 logements manqueraient toujours en France, la construction neuve reste à la peine et la situation semble empirer chaque jour. Entre juillet et septembre, selon les chiffres publiés ce 28 octobre par le ministère de la Transition Ecologique, 99 900 permis ont été octroyés, soit un recul de 11,5 % par rapport à la même période de l’année dernière. Et, sur un an, d’octobre 2019 à septembre 2020, 393 300 logements ont été autorisés, soit 43 900 de moins qu’au cours des douze mois précédents. Si la cause de ce blocage était unique, la réponse serait assez simple, mais hélas, les raisons sont multiples. Parmi celles-ci, en voici quelques-unes. Cela débute avec le blocage survenu plusieurs semaines avant les municipales de 2020, élections dont l’issue n’a été connue qu’en juillet dernier. Les maires en campagne (et occupés à gérer la terrible crise sanitaire qui se poursuivait) ont quelque peu « oublié » le sujet du logement. Dans le même temps, les services d’instruction tournaient au ralenti – pour certains, c’est même un euphémisme – et les permis n’étaient pas la priorité pour nombre d’entre eux. Puis sont venues les vacances, les changements d’administration et la question de la poursuite de la gestion de la crise. Enfin, la fin de l’été et la rentrée scolaire ont signifié le temps des audits, du questionnement sur les PLU. Les débats sur la densification et la non artificialisation ont animé quelques journaux municipaux et à la crainte de construire trop ou mal, certaines équipes municipales (pas forcément de couleur verte) ont préféré le blocage. Dans le même temps, les recommandations sévères du HCSF et la crainte de l’avenir ont freiné la demande d’acheteurs potentiels. Ce soir, le Président de la République pourrait annoncer (la probabilité est forte) un nouveau confinement. Mêmes causes, mêmes conséquences : les chiffres prochains des permis de construire seront mauvais. En conséquence, si l’année 2021 devrait encore être « correcte » pour le logement, 2022 et 2023 seront beaucoup plus difficiles…

Portrait

Chargement

Page 0 /

Vis à vis

Zoom 1

Vous devez être connecté pour télécharger le magazine