Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Green & Innovations > Actualités > Le choix Immoweek : à Bordeaux, la construction...

Le choix Immoweek : à Bordeaux, la construction d’« Hypérion », plus haute tour résidentielle de France en bois, est lancée

ActualitésGreen & Innovations

le 25 Avr 2019

Annoncé en 2016, ce projet d’exception méritait d’être un « immeuble de la semaine » : Eiffage Immobilier lance la construction d’« Hypérion », un ensemble mixte qui comptera deux bâtiments de 176 logements, un immeuble de 5 000 m2 de bureaux et de commerces et surtout « Hypérion » elle-même, une tour en structure de bois de 17 étages, comprenant 6 000 m2 de logements. Elle sera, du haut de ses 57 mètres, la structure en bois la plus haute de France…

Fruit des travaux de Jean-Paul Viguier et Associés, le projet porté par un groupement réunissant notamment Eiffage Immobilier et Woodeum a été désigné lauréat de l’appel à projets de l’EPA Bordeaux Euratlantique en 2016. « Hypérion » est reconnu par l’Etat « Démonstrateur industriel de ville durable » et bénéficie à ce titre du programme d’investissement d’avenir PIA, opéré par l’Ademe.

Eiffage Immobilier assure la promotion de l’ensemble de l’opération et Eiffage Construction la réalisation. Foncière Inéa a acquis en Vefa les bureaux, tandis que les bailleurs sociaux Clairsienne (Groupe 3F) et Immobilière Atlantique Aménagement achèteront 62 logements. Les 114 logements restants, dont 38 sont réservés à l’accession sociale à la propriété, seront commercialisés au détail.

Le chantier a débuté par la mise en place des fondations sur lesquelles sera construit un socle en béton de trois niveaux, commun aux bâtiments de logements et réservé aux espaces commerces et parking. A l’achèvement du noyau en béton de la tour, prévu en novembre 2019, la construction bois composée de poteaux et poutres en bois lamellé collé et de planchers CLT débutera. Dans le même temps, le montage d’un échafaudage permettra la mise en œuvre des façades ossature bois « Hypermob », complétées par la pose de balcons en console. La tour Hypérion rassemblera près de 1 500 pièces de bois assemblées sur site en cinq mois, réalisée grâce à une conception en BIM. La tour est labellisée « Bbio » -20 % et « Bâtiment Bas Carbone » (BBCA), tandis que l’ensemble des logements est certifié NF Habitat HQE 9*.
La livraison des bâtiments est prévue pour les bureaux en septembre 2020, suivie des logements béton en janvier 2021 pour se terminer par la tour bois Hypérion en mai 2021…

Arthur de Boutiny

Journaliste Rédacteur

Édito
par Jean-Baptiste Favier

le 22/01/2020

De belles surprises en perspective…

Le marché de l’investissement en France a surperformé en 2019. C’est un fait. Paris est devenu une place mondiale convoitée et les marchés régionaux, sous la conjoncture d’une offre francilienne « prime » qui se raréfie et des grandes villes économiquement prospères, sont regardées de près.

Si cette pénurie de l’offre « prime » a grêvé les appétits des investisseurs « core », ceux-ci ne se sont pas démontés et ont opté pour une allocation plus vaste – limite « value added » – afin de placer leurs fonds. L’INREV (European Association for Investors in Non-Listed Real Estate Vehicles), l’ANREV (Asian Association for Investors in Non-Listed Real Estate Vehicles) et la PREA (Pension Real Estate Association) le signalent, à l’échelle européenne, dans une récente publication : « vingt pour cent des investisseurs mondiaux investissant en Europe – y compris une majorité de ceux domiciliés dans la région – ont cité « l’opportunité » comme leur style d’investissement préféré. Cela représente une hausse de 9,8 % par rapport à l’an dernier et représente le pourcentage le plus élevé depuis 2009″. Premiers facteurs avancé par les trois associations mondiales : les baisses de taux d’emprunt et les taux de rendement bas.

Mais dans le détail, cette stratégie n’a pas été adoptée à l’unanimité. Ainsi, les investisseurs Nord-Américains ont « mené la charge, augmentant les allocations d’investissements opportunistes de 15 % en 2019, à 37 %. Les investisseurs d’Asie-Pacifique ont surpondéré leur exposition aux opportunités de 3,3 à 7,2 % et augmenté leurs allocations aux stratégies de type « value add » de 6 à 9 % sur la même période. Les investisseurs européens, eux, ont légèrement réduit les allocations opportunistes de 5,6 à 5,4 %, en se concentrant plutôt sur le « core » ».

Cette étude fait également ressortir un chiffre conséquent : près de 100 milliards d’euros de nouveaux capitaux (98,1 milliards plus exactement) devraient être investis dans l’immobilier à l’échelle mondiale en 2020. Et plus de 60 % de ce montant proviendra… d’investisseurs européens : « la contribution des investisseurs européens devrait passer de 32,5 milliards d’euros en 2019 à environ 54,1 milliards d’euros au cours des deux prochaines années. Au cours de cette période, l’Europe devrait attirer 39,8 milliards d’euros de capitaux, contre 28,3 milliards d’euros pour l’Asie-Pacifique et 19,4 milliards d’euros pour l’Amérique du Nord ». Et parmi les pays les plus regardés en Europe, la France fait partie du top 3. Le marché nous réserve donc, encore, de belles surprises.

Portrait

Chargement