Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Green & Innovations > Actualités > Le choix Immoweek : Lauranne Schied (Compagnie de...

Le choix Immoweek : Lauranne Schied (Compagnie de Phalsbourg) – « Le sens de l’intérêt général »

ActualitésGreen & Innovations

le 08 Fév 2019

Les « Pierres d’Or » 2019 sont à présent achevées ! Pour prolonger un peu le souvenir de cet évènement, vous pourrez retrouver, jour après jour, dans le « choix Immoweek », les portraits des lauréats et des nommés, tels qu’ils ont été réalisés pour les « Pierres d’Or ». Aujourd’hui, nous continuons avec une des nommées de la catégorie « Innovation », Lauranne Schied, directrice de l’hôtellerie et des nouveaux concepts au sein de la Compagnie de Phalsbourg.

« Dans la famille, nous avons le sens de l’intérêt général chevillé au corps » indique Lauranne Schied, en commentant son parcours professionnel. Durant ses études à l’Ismapp, elle collabore au cabinet de Jean-François Coppé, président du groupe UMP à l’Assemblée Nationale. Responsable des sujets d’éducation, d’emploi, de famille, de solidarité et de culture, elle est en charge des conventions programmatiques sur ces sujets et de la rédaction du programme du parti. En 2012, elle rejoint la Compagnie de Phalsbourg en tant que chef de cabinet. Elle fait ses classes auprès de Philippe Journo qui lui confie très vite les relations avec les architectes en plus du lien avec les élus. Responsable des études et de la prospective en 2014, elle est nommée directrice de l’hôtellerie et des nouveaux concepts en 2016. « La diversification est partie d’une réflexion sur l’avenir du commerce et l’extension de la ville vers l’extérieur » explique-t-elle. « Tout s’est enclenché en même temps : le bureau et le logement, l’hôtellerie avec une vingtaine de projets en cours à Paris, en province ou à l’étranger » (Los Angeles et Lisbonne). Elle a aussi introduit la société sur le marché des grands concours parisiens, dont Réinventer Paris et Réinventer la Métropole et fait venir des grands architectes internationaux en France : Sou Fujimoto (« Mille Arbres ») ; Kengo Kuma (« T5B »). Même stratégie pour les hôtels : « nous faisons venir des enseignes qui ne sont pas encore présentes », comme Soho Hotel ou encore 1hotels, chaîne d’hôtel écologique de luxe. Le premier s’implantera dans le 9ème arrondissement, le second, sur le projet « T5B », dans Paris Rive Gauche. La Compagnie de Phalsbourg a également réalisé une première opération de logements avec X’TU, dans le 13ème arrondissement. Composé de logements et d’espaces partagés, « Nuages » fonctionne depuis un an et demi. Toujours passionnée par l’éducation, elle en a fait son thème d’innovation en 2018 avec la création d’une école de codage pour les enfants et la formation continue professionnelle.

Anne Peyret

La rédaction d'immoweek

Édito
par Thierry Mouthiez

le 26/07/2019

Au beau fixe !

Tout comme le climat, les cycles de l’immobilier d’entreprise semblent quelque peu chamboulés. Mais dans le bon sens s’agissant de ce secteur.

Si les professionnels s’interrogeaient, il y a encore peu, pour savoir si le cycle actuel n’avait pas atteint son point haut, nombreux sont ceux, aujourd’hui, qui considèrent que le cycle haussier actuel devrait se poursuivre encore un certain temps. Il est vrai que l’évolution des taux d’intérêt joue un rôle majeur dans cette situation.

Ainsi, côté locatif, la demande semble toujours aussi dynamique, même si l’activité du créneau des grandes transactions a légèrement marqué le pas au 1er semestre, après deux années exceptionnelles il est vrai. Rien là, donc, d’inquiétant comme le soulignait récemment dans nos colonnes Grégoire de La Ferté, executive director bureaux Ile-de-France de CBRE, affirmant : « au regard de la demande enregistrée chez CBRE et de l’activité de l’ensemble des équipes, nous anticipons un marché comparable au second semestre 2019, conduisant à un volume global de transactions entre 2,4 et 2,5 millions de mètres carrés ». C’est surtout l’offre qui freine l’activité, en particulier dans Paris. L’offre neuve, la préférée par les utilisateurs, reste maîtrisée, voire contrainte. Du coup, les valeurs locatives sont, dans leur ensemble, clairement orientées à la hausse.

Quant à l’investissement, même avec des taux de rendement au plancher, une nouvelle baisse peut être encore envisagée comme le souligne Nils Vinck, directeur général et directeur du département capital markets de Cushman & Wakefield, dans sa dernière chronique. L’économie française tire bien son épingle du jeu par rapport à ses voisins européens. Le chômage est même en baisse et dans un contexte boursier parfois chahuté, le placement immobilier s’avère toujours aussi séduisant.

Au final, que de bonnes nouvelles avant une trêve estivale que la rédaction d’« Immoweek » souhaite la plus belle à l’ensemble des professionnels du secteur !

Portrait

Chargement