Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Green & Innovations > Actualités > Le choix Immoweek : Paris Expo Porte de...

Le choix Immoweek : Paris Expo Porte de Versailles s’offre la plus grande ferme urbaine du monde

ActualitésGreen & Innovations

le 18 Avr 2019

Pour ce rendez-vous d’Immoweek consacré au « + », prenons un peu de hauteur et de verdure, puisqu’à l’heure du développement de l’agriculture urbaine, la plus grande ferme urbaine du monde sera visible dès le printemps 2020 et dans un des lieux les plus fréquentés de Paris : en effet, Viparis, filiale d’Unibail-Rodamco-Westfield et de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Paris, met la dernière main à un havre de biodiversité de 14 000 m2 sur le toit du futur Pavillon 6 de Paris Expo Porte de Versailles…

Développée par les experts en agriculture urbaine Agripolis et Cultures en Ville, la ferme urbaine toit-terrasse utilisera des nutriments issus de l’agriculture biologique et la culture des produits de qualité dans le respect des cycles de la nature. Une vingtaine de jardins maraîchers produiront plus de mille fruits et légumes de saison par jour, avec une trentaine de variétés de plantes différentes. La ferme proposera des visites pédagogiques, ateliers de « teambuilding » pour les entreprises, et une location de potagers pour les habitants des communautés voisines. Un bar-restaurant sous l’enseigne Le Perchoir ouvrira sur la terrasse panoramique du Pavillon 6, proposant des produits issus de la ferme urbaine.
Cette innovation prend place dans un contexte plus vaste de rénovation entrepris en 2015 par Viparis : le parc d’exposition emblématique de Paris va, en effet, voir ses huit pavillons totalement repensés sous le signe du développement durable, avec une nouvelle zone de réception, le réaménagement de l’esplanade centrale et l’inauguration du Paris Convention Centre, qui sera parmi les plus grands sites de conférence d’Europe.
Vous pourrez découvrir du vert à l’entrée de Paris dès le printemps 2020…

Arthur de Boutiny

Journaliste Rédacteur

Édito
par Thierry Mouthiez

le 22/07/2019

En manque de neuf…

Face à une offre disponible de bureaux en Ile-de-France qui « se réduit de nouveau » (2 856 000 m2 vacants, soit -7 % en un an), « l’offre de première main ne représente que 15 % de l’offre totale (418 000 m2 disponibles), soit à peine la moitié de ce qui est consommé en surfaces neuves, en moyenne, chaque année en Ile-de-France » souligne JLL dans son « Baromètre des livraisons futures en Ile-de-France » pour le 1er semestre.

Le conseil précise que « 310 000 m2 de bureaux ont été livrés en Ile-de-France à mi-2019 : 62 % de ces opérations sont des constructions, le solde étant des restructurations. Ces surfaces ont été pré commercialisées à 77 %, ne permettant pas de renouveler suffisamment le stock neuf francilien ». En ajoutant : « d’ici à la fin de l’année, près de 630 000 m2 supplémentaires pourraient être livrés, dont plus de la moitié a déjà trouvé preneur »…

A plus longue échéance, « près de 2,3 millions de bureaux livrables à 36 mois étaient en chantier à fin juin 2019, dont plus d’1,3 million de mètres carrés vacants » selon le conseil, précisant que « la 1ère couronne, et plus particulièrement le Nord, concentre l’essentiel des surfaces disponibles (30 %) » ou encore que « Paris concentre 17 % des surfaces disponibles, situées pour l’essentiel dans le secteur de Paris Centre Ouest (22 programmes, dont 13 dans le quartier central des affaires) ».

Côté investissement, « près de 652 millions d’euros ont été investis sur le marché des Vefa, soit 7 % des investissements réalisés au 1er semestre en bureaux en Ile-de-France ». Une performance « en baisse de 43 % en un an », mais qui « demeure supérieure de 5 % à la moyenne décennale (620 millions d’euros environ) ». Surtout, « compte tenu du faible niveau d’offre de qualité, les taux de rendement « prime » des Vefa pré-louées se situent aux mêmes niveaux ou quasiment (à la rémunération des fonds près le plus souvent) que ceux des immeubles livrés ». Et JLL de conclure : « concernant les programmes acquis « en blanc », dans Paris, l’appréciation du risque se fait en priorité sur le taux de rendement et sur le loyer prévisionnel : avec des loyers en hausse et des taux de rendement bas, la pression se maintient sur le marché des Vefa »…

Portrait

Chargement