Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Logement > Actualités > En confinement avec… Claude Cayla

En confinement avec… Claude Cayla

ActualitésLogement

le 02 Avr 2020

Le président de Catella Residential, Claude Cayla, aime à se « réfugier » dans les ouvrages de ses écrivains préférés. Il nous décrit, en ce début avril, son confinement. Merci à lui et bienvenue à vous qui souhaitez aussi nous raconter cette parenthèse dans nos vies : redaction@immoweek.fr

Comment se déroule votre journée ?

A vrai dire je suis assez surpris. Je n’ai pas le temps d’entreprendre tout ce que je voudrais faire. La journée est rythmée par les échanges avec les collaborateurs de Catella. Prendre de leurs nouvelles, les rassurer, les motiver, les rassembler dans des visio-conférences, construire des schémas et des stratégies pour le futur. Humainement je pense qu’il y aura un avant et un après.

Où êtes-vous ?

A Boulogne. J’ai la chance d’avoir un extérieur et je n’ai aucune raison de me plaindre de quoi que ce soit.

Quelle est la pièce préférée de votre logement ?

Ma salle à manger avec ma table-échiquier sur laquelle je croise le fer chaque soir avec l’un de mes fils. Je mène, pour l’instant 11 victoires à 10 et 3 nuls mais avec le prolongement du confinement, cela ne va pas dans mon sens.

Que lisez-vous ? Avez-vous un livre à nous recommander ?

Je conseillais récemment à un proche Martin Eden de Jack London. Alors je le relis. Quel héros…

Lire Les Filles du Calvaire de Pierre Combescot  c’est, en plein confinement, se balader dans un Paris populaire avec ses bistrots et ses personnages hauts en couleur.

Un film ou une série télé que vous allez revoir ? Que vous nous recommandez ?

Les Anglais sont très forts que ce soit en décors, ou en costumes. Peaky Blinders et The Crown sont deux séries qui nous plongent dans des univers fascinants.

Un album de musique à nous conseiller ?

Liane La Havas et son album « Is your love big enough ». Une musicienne et une chanteuse hors du commun. Et Pink Floyd dont je ne me lasserai jamais avec un petit faible pour le titre « Comfortably Numb » en live ou studio.

Comment faites-vous pour garder la forme ?

30 à 40 km de vélo d’appartement chaque jour … en regardant les deux séries précitées.

Avez-vous un message à faire passer à nos lecteurs et aux autres confinés ?

Je crois qu’il ne faut pas seulement réagir à la situation présente. J’essaye aussi d’accompagner ceux de mon équipe qui en ont le plus besoin et de réfléchir avec eux à l’après, les motiver sur la reprise et plus encore sur un avenir où les bureaux s’humanisent avec des salles de sports, des potagers … et des habitations qui accueilleront des espaces de télétravail.

Les spéculations sur ce que sera le Marché dans quelques semaines? La seule chose dont on peut être certain aujourd’hui c’est qu’entre les élections municipales et le Covid, nous aurons un déficit de logements notamment en Ile-de-France dans les prochains mois et que les efforts des élus et du gouvernement devront aller dans le sens d’une plus grande production de logements neufs pour faire face à la demande du Grand Paris.

Catherine Bocquet

Rédactrice en chef

Édito
par Thierry Mouthiez

le 28/09/2020

Commerce : lorsque la communication devient stratégique…

« L’impact de la pandémie devrait accélérer la pénétration du commerce de détail en ligne d’un an en moyenne, dopant la demande d’espaces logistiques « prime » sur le continent » relève Savills dans une récente étude sur l’immobilier logistique en Europe.

Le conseil fait ainsi valoir qu’« avant la pandémie, les prévisions indiquaient que l’activité en ligne représenterait, en moyenne, 15,3 % du total des ventes de détail en Europe occidentale d’ici 2022. Toutefois, le Center for Retail Research (CRR) pense, désormais, que ce taux de pénétration sera atteint d’ici 2021, indiquant une accélération d’environ un an de la pénétration du commerce électronique, imputable à la pandémie. Le constat se retrouve en France où l’e-commerce devrait représenter 14,3 % du total des ventes de détail en 2020, contre 10,9 % en 2019, avant de se stabiliser à 13,8 % l’an prochain ». Bref, on peut légitimement en déduire que l’on reste encore loin d’un écroulement du commerce physique.

Une bonne nouvelle dans un contexte où les actifs d’immobilier de commerce n’ont pas, actuellement, la faveur des investisseurs. Les cours des grandes foncières spécialisées cotées en témoignent. Et ce, alors même qu’une autre tendance est à relever comme le souligne Antoine Grignon dans une étude sur les « tendances pour le marché immobilier des commerces. Le directeur du département commerces de Knight Frank souligne, ainsi, que « sur l’ensemble de 2020, seuls 150 000 m2 de centres commerciaux, dont 44 % de créations pures, sont attendus en France, soit une chute de 15 % sur un an et de 58 % par rapport à la moyenne des cinq dernières années. Le volume des ouvertures de parcs d’activités commerciales est plus important, avec 235 000 m2 attendus en 2020, dont 79 % de créations pures. Mais la tendance est, là aussi, fortement baissière, avec une chute de 54 % sur un an et de 46 % sur cinq ans, dans un contexte politique de plus en plus favorable à la limitation des créations de nouvelles surfaces commerciales ».

Autant d’évolutions qu’il serait bon que (notamment) les foncières concernées mettent en avant, d’autant plus lorsque, comme l’affirme Laurent Saint Aubin, gérant actions, immobilier Europe chez Sofidy, « les foncières de centres commerciaux ne pourront se réapprécier qu’à la condition que des transactions significatives sur le marché aient lieu et redonnent un peu de crédibilité aux actifs nets réévalués rapportés par les acteurs cotés » (un sujet que nous évoquions dans notre édito du 7 septembre dernier). De ce point de vue, les nouveaux arbitrages annoncés par Unibail-Rodamco-Westfield dans le cadre de son plan « reset » devront, bien entendu, être suivis de prêt.

Encore que l’on s’aperçoit que la politique en matière de communication de ces grandes foncières de commerce, réellement stratégique dans ce contexte de crise, reste particulièrement… discrète.

Portrait

Chargement