Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Logement > Actualités > IDHEAL, un nouveau « think/do tank » sur...

IDHEAL, un nouveau « think/do tank » sur l’habitat est né, à l’initiative de Catherine Sabbah

ActualitésLogement

le 26 Nov 2019

L’acronyme est prometteur et sa déclinaison l’est tout autant : IDHEAL ou Institut des Hautes Etudes pour l’Action dans le Logement, est né !

Cet Institut de formation et de recherche, créé à l’initiative de Catherine Sabbah (jusqu’ici journaliste aux « Echos »), résulte d’un constat partagé par de nombreux acteurs « qu’il manque à ce secteur un socle commun entre les secteurs publics et privés, le logement social et la promotion immobilière, le BTP et les ONG, les « vieux acteurs du logement » et les nouveaux venus ». L’idée est donc de créer un espace dédié à la rencontre entre ces acteurs, un lieu de réflexion au sein duquel seront réalisés études, évaluations et prospectives.

Il se décline en une structure de recherche axée sur le logement (et l’emploi) s’adressant à des chercheurs des universités françaises et étrangères, dont les sujets seront volontairement « disruptifs » et destinés à se traduire en actions et/ou influencer les décisions publiques ; et une association regroupant des entreprises et des organismes du secteur, engagés sur un plan intellectuel et financier pour trois ans, qui auront accès aux recherches et aux séminaires (2 à 5 auditeurs par an), dont le nom sera associé à l’institut et aux résultats de ses recherches et aux documents qui y seront produits.

La gouvernance d’IDHEAL sera assurée par un conseil d’administration secondé par deux collèges : un collège des partenaires, entreprises et institutions, un conseil scientifique formé de chercheurs, personnalités qualifiées représentantes des différents pôles du monde du logement. L’institut présentera très vite ses premières études menées en partenariat avec des chercheurs d’universités et de grandes écoles. Parmi les thèmes traités : « Quelles villes seront mortes dans dix ans ? A quoi sert la propriété lorsque la valeur immobilière est réduite à zéro ? », « Innovation versus emploi, une menace taboue qui paralyse le secteur de la construction ? Ou encore « La baisse des prix ? Personne n’en veut ». Autant de sujets qui ne manqueront pas d’interpeler et des travaux que nous ne manquerons pas de suivre… donc longue vie à IDHEAL !

Cette création a été incubée par Action Logement et son lancement officiel a été effectué lors de la convention annuelle du groupe, ce 26 novembre matin.

Catherine Bocquet

Rédactrice en chef

Édito
par Jean-Baptiste Favier

le 23/01/2020

Visibilité internationale pour le luxe « à la Parisienne »

Encore une bonne nouvelle pour le marché parisien. Nous avons pu évoquer dans nos colonnes – et pas plus tard que dans l’édito d’hier – la très bonne santé du marché tertiaire au cours de l’année 2019. Et bien, il en est de même pour le marché résidentiel du luxe de la Capitale qui, selon Barnes, fait tourner les têtes des plus riches fortunes mondiales.

Une « surprise » pour la société de conseil spécialisée dans l’immobilier résidentiel de luxe : « Paris est devenue, l’an dernier, la ville préférée par les clients internationaux pour investir dans l’immobilier, devant New York, Tokyo, Los Angeles et Hong Kong ». Et ce, malgré la crise des gilets jaunes, les grèves et les difficultés de circulation, entre autres freins cités par Barnes dans son « Global Property Handbook 2020 ».

Pour Thibault de Saint Vincent, président de la société, « Paris allie intérêt historique et touristique et jouit d’une bonne santé économique ». Sont également mis en avant une offre « de grande qualité dans la quasi-totalité de[s] arrondissements [de la Capitale] » – offre de luxe s’entend – « avec des immeubles en pierre de taille typiques de l’histoire de la ville ». L’Haussmannien fait vendre, donc. Et l’histoire rattachée au « vieux continent » aussi. Et la barre symbolique des 10 000 euros du mètre carrés dépassée cette année n’a pas refroidi les ardeurs des « high-net-worth individuals ». « Dans le très haut de gamme, de plus en plus de ventes approchent, voire dépassent, une autre barre symbolique : celle des 30 000 euros le mètre carré  » ajoute Thibault de Saint Vincent.

Alors, pour ces fortunes internationales, une offre à saisir rapidement et qui leur permettra – aussi – de participer à la régénération urbaine et architecturale de Paris : le bâtiment du 12, rue Oudinot, dans le très chic 7ème arrondissement, est à vendre aux enchères. Et son adjudication démarre à 14h ! Il s’agit d’un ensemble de plus de 1 500 m2 (sur une parcelle de 2 032 m2) donnant sur rue, dont la façade – murée – est très dégradée. Il abrite toutefois une belle surprise : derrière la bâtisse se cache une maison de campagne de près de 600 m2 datant de la fin du 19ème, dans un jardin privatif de 950 m2. L’un comme l’autre nécessitent d’importants travaux estimés à environ 10 millions d’euros. « Le Figaro » indique que le vendeur, un marchand de biens néerlandais, espère tirer de cette vente plus de 20 millions d’euros ; une somme qui « lui permettrait de rembourser une partie de sa dette de 35,5 millions d’euros (sans les intérêts) qu’il doit à la banque américaine JP Morgan, selon le cahier des conditions de vente ». La banqueroute des uns faisant le bonheur des autres…

Portrait

Chargement