Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Logement > Actualités > Le choix Immoweek : le gouvernement lance...

Le choix Immoweek : le gouvernement lance l’offensive contre les marchands de sommeil

ActualitésLogement

le 16 Sep 2019

0 806 706 806 : ce sont nos « chiffres de la semaine » et retenez-les bien. Ce numéro est celui de la nouvelle plate-forme d’accompagnement, mise en place par le gouvernement, pour permettre aux locataires de dénoncer les propriétaires de logements insalubres, en un mot les marchands de sommeil. Cette étape marque la déclaration de guerre du gouvernement contre les marchands de sommeil, à l’heure où 7 millions de Français vivent dans une passoire thermique (450 000 logements d’après le ministère, 600 000 d’après la Fondation Abbé Pierre).

Invité de Bourdin Direct sur BFM TV et RMC, Julien Denormandie, ministre du Logement, a eu des mots véhéments envers les marchands de sommeil, qui « vivaient dans un sentiment d’impunité. Ils sont maintenant considérés comme des trafiquants de drogue. On applique les mêmes sanctions ». Louer un habitat indigne est, en effet, considéré comme un délit au même titre que le trafic de drogue ou d’alcool. Les propriétaires auront entre 2023 et 2028 pour réaliser les travaux de rénovation thermique, tandis que la loi Elan prévoit l’interdiction d’acheter un bien immobilier pendant 10 ans et la réquisition des biens. Les marchands de sommeil  risquent cinq ans d’emprisonnement et 150 000 euros d’amende pour « hébergement incompatible avec la dignité humaine » ou encore trois ans de prison et 100 000 euros d’amende pour « perception indue de loyers », selon le Code Pénal.

Concernant la nouvelle plate-forme mise à disposition des locataires qui souhaiteraient dénoncer leurs propriétaires en effraction de la loi, le ministre du Logement a expliqué : « dès que vous vous sentez sous l’emprise de ces malfrats, de ces escrocs, de ces marchands de sommeil, vous appelez et derrière vous avez quelqu’un qui vous accompagne (…) Le professionnel pourra envoyer les services de la mairie ou la police du logement, par exemple ».

De tels dispositifs d’accompagnement doivent, d’après le ministre, permettre d’accélérer les procédures, souvent considérées comme trop lourdes par les locataires et les associations…

Arthur de Boutiny

Journaliste Rédacteur

Édito
par Thierry Mouthiez

le 24/01/2020

Incontournables commerces…

« Avec 5,3 milliards d’euros investis en France, la hausse est de 12 % sur un an et de 18 % par rapport à la moyenne décennale. Ce résultat fait même de 2019 la troisième meilleure année de l’histoire et confirme que les commerces demeurent incontournables, même si la prudence des investisseurs reste de mise » constate Antoine Grignon, directeur du département commerces de Knight Frank France, dans un bilan sur le marché de l’investissement réalisé par la société de conseil.

Celle-ci souligne que « comme pour les bureaux et les locaux industriels, 2019 aura été une année de grandes transactions. Les opérations supérieures à 100 millions d’euros ont, en effet, représenté 55 % des volumes investis en commerces en France l’an passé, contre 46 % en moyenne depuis dix ans. Plusieurs segments de marché en ont profité, comme les centres commerciaux (cession à AXA de 50 % et 75 % des parts du Passage du Havre et d’Italie 2) ou la grande distribution à dominante alimentaire (acquisition par Apollo Global Management et Fortress de deux portefeuilles Casino) ». Cependant, Knight Frank ajoute que « ce sont les rues commerçantes qui ont été les principales bénéficiaires du « coup de boost » des grandes transactions, avec des volumes qui, toutes tailles confondues, se sont élevés à 2,8 milliards d’euros ». A propos des centres commerciaux, Antoine Grignon souligne qu’effectivement « l’année 2019 aura également été marquée par le retour au premier plan des centres commerciaux, avec 930 millions d’euros investis, contre 450 millions à peine en 2018. La hausse peut être relativisée, étant essentiellement liée à la cession des parts de deux actifs « prime » parisiens. L’opération n’en est pas moins significative, actant le retour des grands institutionnels sur le marché des centres commerciaux alors que ces derniers sont souvent la cible du retail bashing »…

A ce propos, les investisseurs intéressés par le rendement feraient bien de regarder du côté des foncières de centres commerciaux cotées, au premier rang desquelles le leader mondial…

Portrait

Chargement