Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Logement > Actualités > Le choix Immoweek : avec Anne Peyricot, la FPI se...

Le choix Immoweek : avec Anne Peyricot, la FPI se féminise

ActualitésLogement

le 02 Sep 2016

Pour ce rendez-vous d’Immoweek consacré au « Pro », nous revenons sur une nomination qui montre que peu à peu, le microcosme de l’immobilier parvient à se féminiser… En effet, Anne Peyricot rejoint la Fédération des Promoteurs Immobiliers (FPI) au poste nouvellement crée de directrice de cabinet et des relations promotionnelles, auprès d’Alexandra François-Cuxac dont l’arrivée à la présidence de la Fédération, en 2015, avait aussi permis de lui donner un visage plus en phase avec la modernité.

Issue de l’Institut supérieur du commerce et de la Sorbonne, où elle a obtenu un Master de communication politique et sociale, Anne Peyricot a commencé sa carrière en 1995 comme assistante parlementaire de Jean-Pierre Dupont, député et président du conseil général de Corrèze.
Anne Peyricot passera une bonne partie de sa carrière dans le monde politique, puisqu’elle enchaîne les ministères : en 2003, elle devient la conseillère parlementaire de Claudie Haigneré, alors ministre déléguée à la Recherche et aux Nouvelles Technologies. Un an plus tard, elle rejoint Philippe Douste-Blazy, nouveau ministre de la Santé et de la Protection Sociale. De 2005 à 2007, Anne Peyricot est à nouveau conseillère parlementaire, pour le ministre délégué aux Collectivités Territoriales, Brice Hortefeux, puis de la ministre du Logement et de la Ville, Christine Boutin, de 2007 à 2009.
Anne Peyricot détient par ailleurs un mandat électif, ayant été élue en 2001 conseillère du 17ème arrondissement de Paris. Depuis 2008, elle est adjointe chargée des transports et de l’espace public auprès de la maire du 17ème, Brigitte Kuster.

Outre ses charges politiques, Anne Peyricot a également fait carrière dans le domaine des institutions et des bailleur sociaux. Entre ses passages au ministère de la Santé et à celui des Collectivités Territoriales, de 2004 à 2005, elle fut directrice des relations institutionnelles de l’Association nationale des industries alimentaires (Ania). En 2009, sortant du cabinet de Christine Boutin, Anne Peyricot devient directrice des relations institutionnelles de l’Agence nationale de rénovation urbaine (Anru), charge qu’elle occupait jusqu’alors.

Alors que la FPI peut se réclamer de bons résultats, la question de la féminisation de l’immobilier reste prégnante : hormis sa présidente, Alexandra François-Cuxac, la FPI ne compte dans son bureau dirigeant que des hommes.
Nos « 300 » eux-mêmes, comme nous l’avons mesuré dans notre magazine Immoweek « Spécial Mipim » daté mars-avril 2016, ne comptent que 17 % de femmes. On peut dès lors espérer que l’immobilier se dirige vers la parité…

Arthur de Boutiny

Journaliste Rédacteur

Édito
par Pascal Bonnefille

le 16/03/2022

Présidentielle : le choix s’impose

Les journalistes, ceux d’ « Immoweek » bien sûr et tous les autres médias, ont accompli, avec conscience,  durant cette campagne présidentielle, leur mission d’information : présenter les projets, les comparer et, pour ce qui nous concerne, insister sur les propositions en matière de logement et d’immobilier. Ce travail effectué, reste désormais aux citoyens à s’exprimer.

Le rôle d’ « Immoweek » n’est nullement de s’engager, ni de prendre parti dans les choix qui appartiennent à chacun. Le citoyen que je suis (et qui s’exprime ici en son nom personnel) croit, cependant, devoir affirmer, et réaffirmer son attachement aux valeurs de la République et de la démocratie. Même si on peut reprocher au Président sortant (notamment en matière de logement) bien des insuffisances, voire des erreurs, c’est aujourd’hui le sort de la France en tant que nation démocratique qui se joue. Jamais l’extrême droite n’a pu, sauf après de terribles défaites militaires (en 1870 et en 1940), s’imposer : sa victoire serait un drame pour tous ceux qui croient, au-delà de leurs différences, voire de leurs oppositions, à la fière et exigeante devise de la République. Dimanche prochain, le choix s’impose et il s’appelle Emmanuel Macron.

Portrait

Chargement

Page 0 /

Vis à vis

Zoom 1

Vous devez être connecté pour télécharger le magazine