Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Logement > Actualités > Le choix Immoweek : BuildInvest transforme un...

Le choix Immoweek : BuildInvest transforme un couvent du XIXème siècle en logements

ActualitésLogement

le 25 Sep 2018

BuildInvest est un groupe spécialisé dans la rénovation et compte à son actif de nombreuses réalisations. Mais ce chantier-ci, dont nous faisons notre rendez-vous Immoweek, est particulièrement surprenant : le couvent Saint-Joseph, au coeur de la ville médiévale de Senlis. Ce bel ensemble, datant du XIXème siècle, va, en effet, voir sa destination transformée en devenant une résidence de 46 logements. Un « immeuble de la semaine » bien naturel.

Au terme de 26 mois de travaux, sous la supervision de l’architecte Philippe Lemonnier, l’ancien couvent accueillera des logements allant du T1 au T4, offrant des surfaces comprises entre 29 et 78 m2.
Cette rénovation a été réalisée dans le cadre du dispositif Malraux ; un dispositif qui, rappelle Buildinvest, « permet une réduction d’impôt de 22 à 30 % du montant des travaux selon les règles régissant le périmètre dans lequel est situé le bien, sauvegardé ou faisant partie du programme national de requalification des quartiers anciens ».

« Malraux » offre ainsi à ce bâtiment religieux une nouvelle jeunesse…

Arthur de Boutiny

Journaliste Rédacteur

Édito
par Catherine Bocquet

le 28/10/2020

Permis de construire : la lente disparition

Voilà quelques mois déjà que les autorisations de construire, autrement dit les permis de construire, disparaissent peu à peu de nos horizons.

Alors que près de 900 000 logements manqueraient toujours en France, la construction neuve reste à la peine et la situation semble empirer chaque jour. Entre juillet et septembre, selon les chiffres publiés ce 28 octobre par le ministère de la Transition Ecologique, 99 900 permis ont été octroyés, soit un recul de 11,5 % par rapport à la même période de l’année dernière. Et, sur un an, d’octobre 2019 à septembre 2020, 393 300 logements ont été autorisés, soit 43 900 de moins qu’au cours des douze mois précédents. Si la cause de ce blocage était unique, la réponse serait assez simple, mais hélas, les raisons sont multiples. Parmi celles-ci, en voici quelques-unes. Cela débute avec le blocage survenu plusieurs semaines avant les municipales de 2020, élections dont l’issue n’a été connue qu’en juillet dernier. Les maires en campagne (et occupés à gérer la terrible crise sanitaire qui se poursuivait) ont quelque peu « oublié » le sujet du logement. Dans le même temps, les services d’instruction tournaient au ralenti – pour certains, c’est même un euphémisme – et les permis n’étaient pas la priorité pour nombre d’entre eux. Puis sont venues les vacances, les changements d’administration et la question de la poursuite de la gestion de la crise. Enfin, la fin de l’été et la rentrée scolaire ont signifié le temps des audits, du questionnement sur les PLU. Les débats sur la densification et la non artificialisation ont animé quelques journaux municipaux et à la crainte de construire trop ou mal, certaines équipes municipales (pas forcément de couleur verte) ont préféré le blocage. Dans le même temps, les recommandations sévères du HCSF et la crainte de l’avenir ont freiné la demande d’acheteurs potentiels. Ce soir, le Président de la République pourrait annoncer (la probabilité est forte) un nouveau confinement. Mêmes causes, mêmes conséquences : les chiffres prochains des permis de construire seront mauvais. En conséquence, si l’année 2021 devrait encore être « correcte » pour le logement, 2022 et 2023 seront beaucoup plus difficiles…

Portrait

Chargement

Page 0 /

Vis à vis

Zoom 1

Vous devez être connecté pour télécharger le magazine