Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Logement > Actualités > Le choix Immoweek : les Copros Vertes à...

Le choix Immoweek : les Copros Vertes à l’assaut des émissions carbone

ActualitésLogement

le 15 Nov 2019

Une nouvelle initiative se fait jour dans le monde des copropriétés, déjà au centre de la politique de l’Etat avec l’« Initiative Copropriétés » et la récente réforme pour y encourager les travaux : la Fnaim et l’association Qualitel lancent, en effet, « Les Copros Vertes », une vaste opération d’information et de formation auprès des copropriétés et des syndics pour accélérer la rénovation énergétique des immeubles. C’est notre « + de la semaine ».

A l’heure où les bâtiments représentent, à eux seuls, 25 % des émissions de gaz à effet de serre, les copropriétés que compte le territoire hexagonal se retrouvent en première ligne et ne connaissent souvent pas les dispositifs disponibles. Ainsi, affirment les acteurs des Copros Vertes, « plus de 9 copropriétaires sur 10 pensent que la réalisation de travaux de rénovation énergétique coûte cher et 87 % jugent également le risque d’arnaque important ».
Afin d’informer les copropriétaires et syndics, les Copros Vertes se donnent pour mission de leur rappeler « les bénéfices immédiatement perceptibles pour eux tels que la diminution de leurs charges de copropriété, l’amélioration de leur confort et, plus globalement, la valorisation de leur bien immobilier. » L’initiative comprendra également une formation en ligne gratuite pour le grand public et des sessions de formation pour les syndics, organisées avec l’Ecole Supérieure de l’Immobilier.
Mais le point d’orgue sera un « Tour des Régions » de mars à juillet 2020, dans onze villes de France où, à chaque étape, syndics et copropriétés seront invités pendant deux jours pour échanger, s’informer et se former sur l’éco-rénovation.
Les Copros Vertes sont déjà à retrouver sur internet et on ne peut que leur souhaiter bon vent…

Pour atteindre nos objectifs, les syndics constituent un relai indispensable, car ce sont les interlocuteurs quotidiens des copropriétaires. Leur proposer ces modules de formation permet, bien entendu, de valoriser leur expertise, mais aussi de renforcer leur capacité à rassurer les copropriétaires face à ces enjeux perçus, à tort, comme complexes et parfois coûteux. C’est le rôle du syndic de conseiller et d’accompagner les travaux décidés par leurs clients. Grâce à leurs fortes compétences en matière d’éco-rénovation, les copropriétés pourront s’engager massivement, et efficacement, dans des travaux de rénovation énergétique performants et maîtrisés.

Jean-Marc Torrollion, président de la Fnaim

Ces formations permettront à chacun de combattre les idées reçues sur la rénovation énergétique. Et notamment d’insister sur les bénéfices que ces travaux apportent. En matière environnementale, bien sûr, mais aussi, plus individuellement, en termes de bien-être et d’économies. La formation et la pédagogie nous semblent essentielles pour enclencher le mouvement au sein des copropriétés, aujourd’hui trop peu investies dans cette dynamique.

Bertrand Delcambre, président du Groupe Qualitel

Arthur de Boutiny

Journaliste Rédacteur

Édito
par Thierry Mouthiez

le 21/02/2020

Prudence toujours de mise…

On le sait depuis 2008, l’interdépendance des économies au niveau international requiert, désormais, d’observer avec attention les évolutions des autres pays.

De ce point de vue, un article récent de Boursorama ne peut qu’inciter à la prudence. En effet, cet article du portail d’information soulignait, récemment, que « l’endettement des ménages aux Etats-Unis a atteint un nouveau record l’an passé sous le poids des prêts immobiliers, selon les données de la Fed de New York ». Et de mettre en avant que « la dette des ménages américains a augmenté de 193 milliards de dollars au quatrième trimestre (+1,4 %), comparé au trimestre précédent, pour s’élever à un total de 14 150 milliards de dollars ». Soit le « 22ème trimestre de hausse d’affilée » soulignait Boursorama, qui précisait qu’au quatrième trimestre, « l’encours des crédits immobiliers représente de loin la majeure partie des emprunts des Américains » ou encore, toujours citant la Fed de New York, que « le fardeau de la dette pèse sur les ménages, de plus en plus d’emprunteurs, en particulier les jeunes, accusant un retard dans leurs remboursements »… Ce qui ne peut manquer de rappeler quelques mauvais souvenirs…

Heureusement, l’économie américaine se porte plutôt bien.

Et, chez nous, les autorités bancaires font pression sur les établissements pour qu’ils resserrent leurs conditions d’octroi de crédits immobiliers aux particuliers. Côté immobilier d’entreprise, l’évolution des marchés hexagonaux est au beau fixe. Mais ils ne sont jamais à l’abri d’un facteur exogène qui viendrait les remettre en cause. Une situation qui nécessite, donc, de conserver un œil attentif sur l’évolution de cet endettement. Quant à l’attitude de prudence à adopter, elle passe, notamment, par l’investissement dans des marchés qui ont démontré leur solidité tels, par exemple, que les marchés… immobiliers.

Portrait

Chargement