Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Logement > Actualités > Le choix Immoweek : qui veut être voisin de...

Le choix Immoweek : qui veut être voisin de Donald Trump ?

ActualitésLogement

le 27 Août 2018

Un duplex de 570 m2, en plein Manhattan, aux 64ème et 65ème étages d’un immeuble de renommée mondiale, pour un prix modique de 24,5 millions de dollars (21,4 millions d’euros). Sur le papier, rien à dire. Le « bémol » est qu’il se situe dans la Trump Tower et vous amènerait à être voisin du Président des Etats-Unis. Immoweek vous propose une visite dans le cadre du « deal » de la semaine.

Situé juste en-dessous du triplex du président, le duplex 64/65B propose une très grande pièce à vivre, 5 chambres et autant de salles de bain. Au sein de la tour, l’accès à une conciergerie de luxe, une salle de sport, un valet, une femme de chambre et à une vue panoramique sur New York sont garanties à l’acquéreur. Son ancien propriétaire est le milliardaire Jeff Reccords, propriétaire de la MidFirst Bank et de l’équipe de basket-ball Oklahoma City Thunder.

Bémol : pour des raisons de sécurité très poussées, sans oublier le contexte actuel des enquêtes sur la présidence, le futur propriétaire devra, sans doute, affronter une enquête draconienne de la part du FBI. Pour éviter tout problème politique, les hypothèses d’un achat par le gouvernement fédéral (au nom de la protection nationale) ou par le conseil d’administration de la Trump Tower sont évoquées. A bon entendeur…

Arthur de Boutiny

Journaliste Rédacteur

Édito
par Arthur de Boutiny

le 16/07/2019

ImmoStat : et à présent, Marseille

Signe des temps qui changent, non content de suivre déjà l’immobilier de bureaux, trimestre par trimestre, en Ile-de-France, ImmoStat a décidé de suivre le marché au sein de la métropole Aix-Marseille-Provence, grâce au soutien de la FNAIM locale. Plus qu’une nouvelle corde à un arc, cette nouveauté est un signe que la vision de l’immobilier et du territoire évolue.

Dans la métropole Aix-Marseille-Provence, donc, la demande placée au premier semestre 2019 s’élève à 163 441 m2, avec 78 535 m2 placés au deuxième trimestre pour 123 transactions. Parmi les chiffres de ce trimestre, 38 572 m2 sont des bureaux, 39 963 m2 de l’activité et de la logistique. A Marseille même, la demande placée représente 29 727 m2 pour 61 transactions, dont 23 932 m2 de bureaux et 5 795 m2 d’immobilier logistique.

Si le GIE indiquait effectivement la demande placée en entrepôts en régions depuis 2011, l’appliquer sur un territoire plus restreint et trimestre par trimestre (même si la démarche d’ImmoStat est moins poussée qu’en Ile-de-France, où le distinguo est fait entre Paris intra-muros, première couronne et deuxième couronne, entre autres) est un nouvel acte de décès de la vieille conception de Paris et du désert français. L’ère de la métropolisation est bien avancée en France, la vision parisiano-centrée semble devenue trop restreinte et le fait qu’un incontournable de la statistique comme ImmoStat entérine cet état de fait est parlant.
Marseille était un bon candidat pour cette nouvelle inclusion, à l’instar de Lyon, Lille ou Nantes ; d’ailleurs, les conseils immobiliers français faisaient déjà leur propre bilan trimestriel de ces métropoles, une à une. Mais c’est ici le symbole qui compte, et les statistiques officielles de la cité phocéenne laissent présager d’autres inclusions… La métropolisation est bien dans les têtes !

Portrait

Chargement