Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Logement > Actualités > Le choix Immoweek : « TLT 2019 », un...

Le choix Immoweek : « TLT 2019 », un avant-goût des débats

ActualitésLogement

le 25 Oct 2019

Vous l’avez, bien sûr, tous déjà noté dans vos agendas : l’édition 2019 des « Trophées Logement & Territoires », la dixième à ce jour, aura lieu le 27 novembre, à partir de 8h30, dans les Salons Hoche au 9, avenue Hoche, dans le 8ème arrondissement. Mais comme vous le savez, ce grand évènement fera, bien sûr, la part belle à la cérémonie de remise des Trophées, mais aussi à des débats qui promettent d’être animés. Retrouvez-les dans notre « + de la semaine ».

Animées par Catherine Bocquet, d' »Immoweek », et Eric Tréguier, de « Challenges », les deux tables rondes reprennent les problématiques actuelles du résidentiel. Elles seront ouvertes, respectivement, par Michel Mouillart, professeur d’Economie à l’université de Paris-Ouest, Frics, et Claire Julliard, sociologue spécialiste du logement et de l’immobilier.

La première, « A l’approche des municipales : les élus face au défi du logement », se frotte à un paradoxe : alors que le thème du logement a été absent du quinquennat, particulièrement lors des différents débats liés aux revendications des Gilets Jaunes, les maires sont en première ligne du problème. Comment font-ils pour l’affronter, qui plus est à la veille d’une campagne des municipales qui commence ? Sont donc conviés des maires d’Ile-de-France, mais aussi d’ailleurs : Yannick Borde, maire de Saint-Berthevin (53) ; Christian Dupuy, maire de Suresnes (92) ; Marc-Antoine Jamet, maire de Val-de-Reuil (27) ; Jean-Luc Lagleize, député de Haute-Garonne en charge d’une mission sur le foncier et le prix des logements ; Sylvine Thomassin, maire de Bondy (93).

Le second débat, « le logement social : évolution ou révolution ? », revient sur la réforme profonde que connaît le monde du logement social, ses conséquences, les nouvelles problématiques qui sont apparues, ainsi que les initiatives du privé dans le secteur. Sont donc conviés Nadia Bouyer, directrice générale de Seqens ; Serge Contat, directeur général de la RIVP ; Emmanuelle Cosse, présidente de Coallia Habitat ; Valérie Maréchal, senior fund portfolio manager de Swiss Life Reim France et André Yché, président du directoire de CDC Habitat.

Voici donc les débats que vous pourrez retrouver : n’oubliez pas que le bulletin d’inscription est, d’ores et déjà, disponible et en ligne…

Arthur de Boutiny

Journaliste Rédacteur

Édito
par Pascal Bonnefille

le 29/10/2020

URW : (aussi) une question de com

Dans le dossier URW, qui chaque jour fait l’objet de nouveaux développements, il n’est pas inutile, parallèlement aux arguments échangés, de mettre en valeur l’importance de la communication.

Traditionnellement, et bien avant d’ailleurs l’équipe actuelle, la com’ d’Unibail reposait sur un principe simple : comme nous sommes les plus forts, nul besoin de faire d’effort. C’était vrai en matière publicitaire, ou de contenus (pas ou peu de prise de parole des dirigeants) comme de rapports avec les clients et partenaires. Cette démarche « bismarckienne » est illustrée par mille témoignages : chez Unibail, on ne négociait pas (ou peu) et la réputation de la maison était de ne guère faire de cadeaux… sauf aux actionnaires qui, jusqu’à ces dernières années, n’avaient pas eu à se plaindre.
Cette com de dominant était encore en action lorsque les dirigeants présentèrent leur plan, appelé « RESET »… Sans être grand connaisseur du « globish » actuel, tout utilisateur informatique (qui ne l’est pas aujourd’hui ?) sait que le mot signifie « réinitialiser », « remettre à zéro »… ce qui, pour une foncière, peut créer de l’inquiétude. Mais le terme était cohérent avec la com « à coups de massue » pratiquée jusque-là.
Las, l’offensive menée par le duo Leon Bressler/Xavier Niel, aussitôt rejoint par le bouillant Guillaume Poitrinal (celui-là même qui avait porté Christophe Cuvillier à la présidence d’Unibail) a poussé la direction actuelle à changer radicalement de stratégie. Après un temps (de sidération ?) marqué par un communiqué laconique, « à l’ancienne », le virage à 180 degrés arriva : multiplication des interviews, communiqués quotidiens sur les soutiens apportés à « RESET », contacts de l’agence Image 7 (dirigée par Anne Méaux) avec les journalistes… Le trio Bressler/Niel/Poitrinal hérite d’un qualificatif, forcément étudié, d’ »activistes » : le vocabulaire renvoie aux extrêmes, notamment politiques, et donc, par opposition, à la légitimité des dirigeants actuels.
Pour continuer le parallèle avec la politique, les experts en com’ s’accordent en général sur le risque du changement de stratégie « en cours de route », sous la pression des événements. Ils se souviennent (mais les moins de vingt ans l’ignorent) du cas d’Edouard Balladur, candidat à la présidentielle. Ultra favori depuis des mois, Premier ministre en fonction, il eut des sondages moins favorables. On le vit alors arpenter les marchés et essayer de changer de style pour paraître « plus proche » des électeurs. En cette matière, Jacques Chirac était imbattable et c’est lui qui triompha.
Pour la foncière, on saura, lors de l’assemblée générale du 10 novembre, si le complet changement de cap de la communication de la direction d’URW a constitué une stratégie gagnante. Ou pas…

Portrait

Chargement

Page 0 /

Vis à vis

Zoom 1

Vous devez être connecté pour télécharger le magazine