Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Logement > Actualités > Le choix Immoweek : voici les « Programmes...

Le choix Immoweek : voici les « Programmes solidaires » des « TLT 2020 »

ActualitésLogement

le 19 Oct 2020

Nous sommes dans la dernière ligne droite pour pouvoir voter aux « Trophées Logement & Territoires » de 2020, qui se tiendront le 12 novembre prochain. Nous vous avons déjà présentés les nommés de cinq catégories au cours de ces derniers jours. Maintenant, place aux quatre aspirants dans la catégorie « Programmes solidaires ».

Aux Sablons, près de Bordeaux (33), Ossabois, en partenariat avec Careit Promotion, réalise, pour Action Enfance, à la demande du conseil départemental de Gironde, l’EcoVillage Enfants de Sablons. Cet ensemble comptera neuf maisons dessinées par TLR Architecture, d’environ 200 m² chacune, qui accueilleront 54 enfants au parcours de vie accidenté et les 44 accompagnants (éducateurs familiaux, techniciens, secrétaires…) qui vont les encadrer. Parmi les challenges à relever, Careit et Ossabois soulignent la contrainte « de créer à la fois des maisons fonctionnelles de 200 m² pour un éducateur en charge de 6 enfants, mais aussi d’accoler deux maisons (400 m² sous un même toit) afin que, si un éducateur s’absente, l’éducateur de la maison voisine puisse assurer la surveillance des 12 enfants répartis dans les deux maisons ».

A Buc (78), « La maison des Sages » se présente comme « une approche innovante du « vivre ensemble » et de la solidarité » : une colocation en habitat partagé pour huit malades atteints d’Alzeimer (ou d’une affection apparentée) dont le principe repose sur « un juste équilibre entre vie en communauté et respect des rythmes, de l’individualité et de l’intimité de chacun ». Parmi les avantages d’un tel dispositif, la mutualisation des charges de la vie courante entre tous les colocataires, qui « permet de rester dans un « chez soi », et de bénéficier le plus longtemps possible d’une vie sociale et familiale, avec l’implication d’aidants bienveillants : familles, auxiliaires de vie, bénévoles ».

A Stains (93), Bouygues Bâtiment Ile-de-France Habitat Social et Linkcity IDF se sont associés avec Action Tank Entreprise et Pauvreté et Seine-Saint-Denis habitat pour créer « Le Logement Solidaire », une opération de deux bâtiments totalisant 59 logements locatifs sociaux allant du studio au cinq pièces, avec trois places de stationnement PMR en extérieur, ainsi qu’un local vélo. La démarche repose sur plusieurs innovations, dont notamment celle d' »adapter la programmation aux besoins en logement du territoire et aux publics les plus en difficultés d’accès au logement », d’utiliser « une méthodologie de conception collaborative s’appuyant sur l’analyse de variantes en coût global », un processus de décision collaborative « reposant sur un décloisonnement des acteurs de la construction » et une participation des usagers dans la conception du projet.

Enfin, à Lille (59), Projectim, avec Loger Habitat et Oria se lancent dans la réhabilitation de l’ancien collège Jean Macé, inscrit à l’inventaire du patrimoine urbain et paysager de la ville de Lille. « Synesens » concentre de multiples usages et destinations dans un seul et même ensemble immobilier : des logements en accession libre, des logements locatifs sociaux comprenant un béguinage, des logements en démembrement à la propriété dont l’usufruit temporaire est confié à un bailleur social – au total, 179 logements -, trois plateaux de bureaux et une crèche, des espaces de commerces qui accueilleront principalement une halle gourmande et 10 suites destinées à de la location meublée touristique haut de gamme.

Jean-Baptiste Favier

Chef des informations

Édito
par Thierry Mouthiez

le 30/11/2020

Investissement : Paris numéro 1 pour le bureau !

« Paris toujours en (très) bonne place » : tel était le titre de notre édito de la semaine dernière, faisant référence aux cibles des investisseurs internationaux, en général et à une étude de M&G Real Estate, en particulier. Encore mieux au niveau des résultats puisque « trois villes font la course en tête du palmarès européen de l’investissement de bureaux » relève Primonial REIM dans une étude (« Convictions Immobilières ») datée de novembre à propos du marché de l’immobilier tertiaire.

Surtout, l’institutionnel précise que « Paris confirme son rôle de valeur refuge auprès des investisseurs, Londres toujours sanctionnée et Berlin ferme le classement ».

Dans un marché européen de l’investissement en bureaux où le volume placé sur les neuf premiers mois de l’année s’élève à 65 milliards d’euros, en retrait de 25 %, « Paris arrive en tête du classement avec plus de 12 milliards d’euros, suivi par Londres, qui a perdu sa place de numéro un, avec 9 milliards d’euros et Berlin ferme le classement avec 7,8 milliards d’engagements ». Sachant que « les autres capitales européennes ne dépassent pas les 5 milliards d’euros »…

En prenant quelques précautions, Primonial REIM dessine des « perspectives immobilières 2021-2025 ». Dans ce cadre, à propos des bureaux, le gestionnaire d’actifs souligne que « la maîtrise des livraisons dans les cinq prochaines années de l’offre à venir restera stratégique pour ne pas créer de déséquilibre (suroffre). Les actifs/marchés « core » avec des locataires solides et des baux longs devraient connaître les perspectives les mieux orientées sur la valorisation et la croissance future des loyers, alors que les actifs les moins sécurisés pourraient connaître des corrections (emplacements secondaires, vacance importante), ce qui pourrait impacter la capacité de ces biens/marchés à délivrer un haut niveau de performance à moyen terme ». En concluant pour cette classe d’actifs : « à court terme, une nouvelle hiérarchie des taux semble dorénavant actée selon les fondamentaux de chaque marché en Europe »…

A noter : dans son analyse du secteur des commerces, Primonial REIM note que 23,2 milliards d’euros ont été investis en Europe au cours des neuf premiers mois de l’année, « soit une baisse limitée à -14 % sur un an » (ici, la France arrive en troisième position avec 2,7 milliards d’euros placés, derrière l’Allemagne, qui « confirme sa première place » avec 6,4 milliards d’euros et le Royaume-Uni avec 3,7 milliards). Et de relever, entre autres, que « concernant les centres commerciaux, la tendance à la décompression (des taux de rendement, ndlr) s’est poursuivie, mais l’ampleur perd en intensité et de plus en plus de marchés semblent avoir fini leur repositionnement »…

Portrait

Chargement

Page 0 /

Vis à vis

Zoom 1

Vous devez être connecté pour télécharger le magazine