Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Logistique > Actualités > Le choix Immoweek : François Le Levier (CBRE)...

Le choix Immoweek : François Le Levier (CBRE) – « Leader ! »

ActualitésLogistique

le 14 Fév 2019

Les « Pierres d’Or » 2019 sont à présent achevées ! Pour prolonger un peu le souvenir de cet évènement, vous pourrez retrouver, jour après jour, dans le « choix Immoweek », les portraits des lauréats et des nommés, tels qu’ils ont été réalisés pour les « Pierres d’Or ». Aujourd’hui, nous vous présentons François Le Levier, directeur investissement industriel et logistique de CBRE, nommé dans la catégorie « Conseils ».

En 2017, les six professionnels de l’équipe investissement industriel et logistique de CBRE ont pu faire valoir une part de marché de… 47 %. En 2018, cette même équipe a bouclé pas moins de 35 transactions ; des portefeuilles, bien sûr, puisque dans un segment de marché revenu sur le devant de la scène et particulièrement contraint à l’offre, les investisseurs les recherchent, mais aussi des actifs unitaires à l’exemple du plus gros bâtiment logistique en Europe, la plate-forme de 180 000 m2 louée par Conforama à Tournan-en-Brie (77). Il est vrai que cette équipe est emmenée par un conseil qui connaît ce créneau sur le bout des doigts. Est-ce le fait d’avoir sillonné la France avec son oncle transporteur lorsqu’il était adolescent qui a donné à ce Breton sa passion pour cette classe d’actifs ? Lui y voit un « premier signe du destin ». Toujours est-il qu’après des études de Droit, il préfère une carrière commerciale qu’il démarre chez Fortis. Puis il « croise » la route de Jean-Claude Bourdais et devient « broker » en activités Ile-de-France sud. Fin 2004, lorsque Bourdais passe sous pavillon CBRE, il crée un nouveau service de conseil en investissement en bâtiments logistiques et industriels. « Le moment du cycle est bon, l’enseigne puissante », le succès au rendez-vous, jusqu’à devenir leader du marché. Après la crise de 2008, il se « concentre sur le conseil et la stratégie de (ses) clients ». Et reprend le leadership. Résultat : « en 15 ans, nous avons participé à plus de 200 transactions représentant plus de 8 milliards d’euros pour 16 millions de mètres carrés  » ! Pourquoi la logistique ? « C’est un segment riche d’enseignements, permettant de couvrir tout le cycle de réalisation, de l’urbanisme à la vente à investisseur. Mais aussi pour la diversité des utilisateurs qui, au travers de leurs métiers, mettent plus en relation avec l’économie réelle ». Longtemps parent pauvre de l’immobilier, la logistique a, aujourd’hui, le vent en poupe, conséquence notamment du e-commerce. Dans ce cadre, ce marathonien (3 à son actif) et cavalier émérite, devenu un conseil recherché, regarde déjà plus loin et réfléchit à « la transformation de la ville et à l’avenir des friches industrielles, ainsi qu’à la place de la logistique urbaine ». Une première nomination qui s’imposait…

Thierry Mouthiez

La rédaction d'immoweek

Édito
par Pascal Bonnefille

le 16/03/2022

La « divine surprise » Olivier Klein

Tout le secteur de l’immobilier, et singulièrement du logement, avait (très !) mal vécu l’absence de portefeuille ministériel à lui dédié. Amélie de Montchalin avait eu beau affirmer, pour rattraper le coup, qu’elle était « bien sûr » ministre du Logement, personne n’avait été dupe ou rassuré par cette absence.

Même si quelques voix, ici même, dont celles de Philippe Pelletier, ont douté de l’intérêt profond de l’existence d’un ministre « spécialisé », la nomination d’Olivier Klein a fait l’effet d’une « divine surprise » pour des professionnels souvent inquiets, à juste titre d’ailleurs.
D’abord car c’est un élu qui connaît sur le bout des doigts les questions du secteur : président de l’Anru depuis 2017 et maire de Clichy-sous-Bois, les sujets « logement » ne lui sont pas étrangers. Ensuite, autre bon signe, car l’intitulé du ministère comprend également la Ville, comme un écho au portefeuille de Jean-Louis Borloo, toujours ô combien regretté par le secteur (son Trophée du Jury aux « Trophées Logements et Territoires », 2021, l’a bien rappelé).
Reste à scruter maintenant les relations que le nouveau ministre délégué entretiendra avec Christophe Bechu qui, un mois après son entrée au Gouvernement, est promu en devenant ministre de plein exercice chargé de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires.
Mais il faudra aussi s’intéresser aux rapports du ministre délégué avec l’Elysée, Matignon et Bercy, les trois pôles du pouvoir, sans le soutien desquels un ministre, aussi compétent soit il, est bien démuni…

Portrait

Chargement

Page 0 /

Vis à vis

Zoom 1

Vous devez être connecté pour télécharger le magazine