Chargement

Qui sommes nous ? Les Trophées Logement & Territoires

L'objectif

des Trophées Logement & Territoires

Immoweek fait renaître les « Trophées du Logement », remis entre 2004 et 2008 par la rédaction de « Profession Logement » devenue « Immoweek Logement ». En y ajoutant deux nouvelles et fortes composantes : les Territoires et le Développement Durable. Un moment de réflexion, de partage, sur l’ensemble des initiatives en matière de logement pour tous les acteurs, publics et privés et les élus qui agissent.

les Trophées Logement & Territoires Comment ça marche

Car ce secteur est déterminant pour tous les Français : tous les sondages montrent que cette question est première (exemple sondage Weka/Opinion Way ­septembre 2013 : 73 % des personnes interrogées souhaitent des engagements solides et non ambigus de la part de leurs élus locaux dans les logements)
et que Territoires, comme Professionnels, méritent de voir mis en valeur leurs meilleures initiatives.

Fédérer les acteurs publics et privés du Logement (promoteurs, investisseurs, gestionnaires, aménageurs…) avec les élus et responsables des Territoires (communes, communautés d’agglomération, départements, régions…) afin de mettre en valeur les projets, les initiatives solidaires, les lieux où le logement se développe et innove.

7 Trophées seront remis

  • ­Programme Durable de l’Année
  • ­Programme Solidaire de l’Année
  • ­Jeune Talent
  • ­Territoire de l’Année
  • ­Conseil de l’Année
  • ­Promoteur de l’Année
  • ­Professionnel de l’Année

 

Quelle sélection ? Quelle procédure ?

Le Jury est composé de la rédaction d’Immoweek, des représentants des partenaires, ainsi que des personnalités qualifiées éminentes représentant le secteur. Les 4 nommés par catégorie sont proposés à l’élection des intervenants du secteur via le site immoweek.fr, les autres publications (le « 13 heures de l’immobilier », « Immoweek Logement ») et les medias partenaires. L’élu de chaque catégorie est celui ayant obtenu le plus grand nombre de voix.

L’événement, organisé par Immoweek, rassemble près de 500 personnes. Deux tables ­rondes précéderont la remise des Trophées puis un déjeuner réunira les partenaires, élus, responsables et professionnels. La ministre du Logement et de l’Egalité des Territoires sera sollicitée pour présider à la remise des Trophées.
L’organisateur : Immoweek édite le site de référence du secteur immoweek.fr mais aussi un service permanent « Immomail », deux lettres papier hebdomadaires de 12 pages, le magazine papier « Immoweek », un web quotidien (« le 13 heures de l’immobilier »), une webtélé (Immotélé) et organise depuis 17 ans les « Pierres d’Or Immoweek », qui s’est imposé comme l’événement numéro un de l’immobilier d’entreprise en France, au début de chaque année.

Le jury

des Trophées Logement & Territoires

  • Catherine Bocquet

    Immoweek

  • Pascal Bonnefille

    Immoweek

  • Anne-Lise Deloron-Rocard

    Plan Bâtiment Durable

  • Valérie Garnier

    Immoweek

  • Emmanuel Launiau

    Ogic

  • Hervé Legros

    Alila

Découvrir toute la liste
  • Catherine Bocquet

    Immoweek

  • Pascal Bonnefille

    Immoweek

  • Anne-Lise Deloron-Rocard

    Plan Bâtiment Durable

  • Valérie Garnier

    Immoweek

  • Emmanuel Launiau

    Ogic

  • Hervé Legros

    Alila

  • Christophe Tanay

    Unis

  • Jacques Wolfrom

    Groupe Arcade

Édito
par Thierry Mouthiez

le 06/07/2020

Bureaux : la qualité, d’abord !

« En règle générale, le « flight to quality », souvent évoqué, sera déterminant » affirme Denis François dans un récent « point de vue » publié dans nos colonnes et dans lequel cet expert renommé, aujourd’hui senior advisor chez Swiss Life AM, analyse l’évolution des différentes classes d’actifs post Covid. Il précise : « quel que soit l’actif, l’occupation (qualité et solidité du locataire, nature et durée du bail, loyer égal ou proche du loyer de marché) constituera l’élément majeur de toute valorisation ou décision d’investissement ».

Ce qui, effectivement, se vérifie dès maintenant sur le marché des bureaux, qui semble plutôt actif. Ainsi, Stephan von Barczy souligne, dans une récente interview, le dynamisme des marchés : « du 1er janvier à fin mai 2020, les volumes investis en immobilier d’entreprise en France ont atteint 11,7 milliards d’euros, soit une hausse de 30 % sur un an, légèrement en deçà de la hausse annuelle de 35 % enregistrée pour les volumes du second semestre 2019. Au regard du contexte actuel, ce résultat reste très satisfaisant ». Surtout, le directeur du département investissement de JLL, affirme, à propos du créneau des bureaux : « bien que l’investissement ait ralenti, les actifs « core » ont été particulièrement ciblés par les investisseurs dans une logique de « flight to quality » ».
Une stratégie plus aisément applicable dans un marché solide, au sein duquel, « à l’échelle de l’Ile-de-France, plus de la moitié (53 %) des mouvements d’entreprises proviennent de secteurs d’activités plutôt résilients » estime Cushman & Wakefield. Dans une récente « analyse croisée des dynamiques du marché des bureaux, selon les secteur d’activité des entreprises et les micro-marchés franciliens », le conseil ajoute que « l’impact du ralentissement économique serait modéré pour un quart des entreprises franciliennes et, au contraire, plus sévère pour 21 % d’entre elles »…
Et, bien entendu, dans le cadre d’une telle stratégie globale, la Capitale devrait pouvoir conserver son rang de première cible auprès des investisseurs. La conclusion de l’étude de Cushman & Wakefield lui est ainsi favorable : « de manière général, on remarque que les marchés les plus spécialisés, en raison du déséquilibre créé par la typologie d’activités des entreprises principalement situées sur une partie des première et deuxième couronnes, sont davantage exposés lors des crises économiques. La diversification des activités sur un marché immobilier contribue donc à sa résilience : Paris en est un parfait exemple »…

Portrait

Chargement