Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Territoires > Actualités > Le choix Immoweek : 2 500 enfants découvrent le...

Le choix Immoweek : 2 500 enfants découvrent le Château de Versailles grâce à Emerige

ActualitésTerritoires

le 23 Juil 2019

« Vous êtes attendus pour une visite privée du château de Versailles ». Sous l’Ancien Régime, nombreux auraient été ceux qui étaient prêts à vendre père et mère pour une telle invitation. De nos jours… également, étant donné l’affluence parfois monstrueuse que suscite le joyau du règne de Louis XIV. C’est pourtant de ce privilège qu’ont pu jouir 2 500 enfants de la région parisienne, invités par Emerige, présidé par Laurent Dumas, qui, dans le cadre de son opération « Une journée de vacances à Versailles », a carrément réservé le château à raison de deux lundis par été, pour offrir une journée de jeux aux enfants privés de vacances… Immoweek était présent lors de cette journée, c’est notre « + » et notre « pro » de la semaine.

Arrivés par bus spécialement affrétés, se dirigeant en groupes de quinze jusqu’à deux tentes dressées sur la Place d’Armes, ils seront, cet été, au total 5 000 enfants de 6 à 15 ans venus de plus de 40 villes du Grand Paris. En voyant les petits écoliers, chargés de leurs sacs à dos pleins de victuailles, de bouteilles d’eau, la tête couverte et un gilet fluorescent permettant de les voir de loin, avancer sur la place pratiquement déserte, la vision est presque surréaliste pour un monument tel que Versailles et, nonobstant les voitures, on retrouve ce que devait être le château quand il était un saint des saints… Pour l’heure, les enfants, assez excités, se font contenir par les animateurs qui reçoivent le programme : soit le château le matin, puis les jardins l’après-midi ; ou l’inverse, à chaque fois entrecoupé par le pique-nique dans les jardins de Versailles.

C’est la première option que prennent une quinzaine d’élèves de l’école élémentaire Simon Bolivar, dans le 19ème arrondissement de Paris, encadrés par quatre animateurs : après une photo de groupe dans la Cour royale, les enfants sont bien plus excités par la perspective de passer devant la caméra de TF1, qui les suit également, que de visiter la demeure du Roi-Soleil. Mais cela change très vite : ce parcours d’une heure est rythmé, dans chaque salle, par l’intervention de comédiens, de conteurs professionnels et d’autres bénévoles qui narrent avec force gestes, prenant des éléments du décor somptueux pour appuyer leur narration et aidés par l’écho des salons vides, l’histoire d’un prince capricieux et belliqueux qui n’est pas sans rappeler Louis XIV… Les enfants se voient confier des accessoires et apprendre la révérence, avec pour but de finir par calmer le prince tempétueux… Bientôt, malgré la chaleur, la fatigue et l’attente, les enfants sont si captivés qu’ils sont nombreux à oublier leur chapeau ou leur bouteille d’eau une fois l’épisode terminé… Et même les adultes le sont : « c’est mieux que Netflix leur truc ! » lâche un animateur.

Enfants comme comédiens bravent la chaleur de ce début de canicule, y compris quelques comédiens en costume d’époque et qui confessent que le plus difficile à porter, ce sont les perruques… Parmi les comédiens chargés de faire vivre cette journée, certains travaillent pour la première fois dans le cadre de ce partenariat avec Emerige, d’autres depuis trois ans, période où fut initiée « Une journée de vacances à Versailles » qui a, depuis, accueilli 20 000 enfants dans l’enceinte de la demeure du Roi-Soleil. Ce partenariat a été renouvelé par Emerige sur trois ans, de 2020 à 2022, avec l’Etablissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles. Dans les jardins, cependant ouverts aux visiteurs lambda, les enfants sont aussi conviés à un jeu de piste avec les différentes statues qui parsèment le chef-d’oeuvre de Le Nôtre.

La magnificence de la Galerie des Glaces vide ne laisse pas les enfants de marbre et, dans la torpeur de l’été, ils auront de beaux souvenirs d’un Versailles désert et ce, grâce à Emerige, qui a reçu en 2018 le prix « Un projet, un mécène » de la part du ministère de la Culture pour cette belle initiative…

Arthur de Boutiny

Journaliste Rédacteur

Édito
par Thierry Mouthiez

le 15/11/2019

Incontournables commerces…

A l’heure où le Mapic (Marché International de l’Implantation Commerciale et de la Distribution) bat son plein à Cannes (il fermera ses portes ce soir…), Knight Frank souligne qu’ »à contre-courant de la tendance au « retail basing », les prévisions de volumes investis sur l’ensemble de 2019 viennent confirmer que les commerces restent incontournables ».

Ainsi, dans un bilan 2019 sur les investissements dans les commerces, le conseil relève que « certes, le poids des commerces n’a cessé de décliner depuis le milieu des années 2010, passant de 32 % des volumes investis en France lors du pic de 2014 à 16 % en 2018 et entre 15 et 20 % attendus en 2019 ». Et d’expliquer : « en cause, la forte progression des bureaux et l’engouement pour certains actifs de diversification comme la logistique ou le résidentiel géré, alors que les montants engagés sur le marché des commerces ont été limités par la prudence des investisseurs ». Néanmoins, « l’année 2019 n’en constituera pas moins une bonne année pour l’investissement en commerces » affirme Knight Frank. « Après 4,7 milliards d’euros en 2018, près de 5 milliards devraient être investis sur le marché français des commerces en 2019, soit une hausse de 11 % par rapport à la moyenne des dix dernières années. Les volumes pourraient même dépasser les cinq milliards d’euros car quelques grandes opérations sont en cours de finalisation » précise Antoine Grignon, directeur du département commerces, sachant que, selon la société de conseil, « les grandes opérations ont largement soutenu l’activité en 2019 ».

Ainsi, « le rebond des volumes investis est essentiellement lié à l’achat par AXA de 50 % et 75 % des parts du Passage du Havre et d’Italie 2. Cette double opération est importante pour son prix (un peu moins de 700 millions d’euros), mais aussi parce qu’elle acte le retour des grands institutionnels sur le segment des centres commerciaux ». Antoine Grignon estime, d’ailleurs, que l’année prochaine, « l’appétit des institutionnels pour les actifs « core », l’abondance des liquidités à investir et les opportunités liées aux cessions de certaines foncières devraient animer le marché en dehors de la Capitale. A l’instar des acquisitions réalisées par AXA, de grandes opérations sont notamment attendues sous forme de prises de participations, permettant aux acquéreurs de s’appuyer sur le travail et l’expertise de co-investisseurs pour gérer et revaloriser les actifs ». Le commerce requérant un savoir-faire particulier, il faut effectivement voir là une stratégie permettant aux investisseurs non spécialistes de contourner ce possible écueil…

Portrait

Chargement