Chargement

fredday : bool(true)
retour Accueil > Territoires > Actualités > Le choix Immoweek : le street art s’affiche...

Le choix Immoweek : le street art s’affiche sur le futur siège de BNP Paribas Real Estate

ActualitésTerritoires

le 12 Juil 2019

Pendant les travaux, l’exposition continue ! Alors que BNP Paribas Real Estate lance la rénovation de « Métal 57 », son futur siège à Boulogne-Billancourt (92), ex-site des usines Renault dans le quartier du Trapèze, le chantier se couvre également de palissades sur la rue du Vieux Pont de Sèvres, le long du Cours de l’Ile Seguin et sur la place Georges Besse. Leur spécificité ? Elles accueillent des oeuvres de street artists ! Tel est notre « + de la semaine »…

Les artistes Sixo Santos, Bouda, Den End, Mush, Henri Lamy, Fred Calmets, TITO/MULK, Wand Studio et Esper ont travaillé sur les palissades sous la coordination de Modern Art Family. L’histoire de ce quartier de Boulogne-Billancourt est leur inspiration, de ses origines industrielles à sa transformation vers le nouvel écoquartier Ile Seguin Rives de Seine. L’artiste Den End proposera même aux riverains, petits et grands, de participer au parachèvement de l’oeuvre.

Signé Claude Vosconi et datant de 1984, l’ancien site des usines Renault se verra adjoindre un nouveau bâtiment pour créer un nouvel ensemble dessiné par Dominique Perrault. « Métal 57 » avait déjà été transformé en « Quare Com » en 2004 par les architectes Dominique Jakob et Brendan McFarlane. L’ensemble, qui doit être livré en 2022 et proposer 37 000 m2 de bureaux, doit être certifié HQE Passeport « Exceptionnel » et BREEAM niveau « Excellent ».

La preuve que l’ambition d’un grand groupe immobilier se conjugue harmonieusement avec l’art urbain et la vie locale…

Notre ambition est de reconvertir ce bâtiment chargé d’histoire, à l’architecture unique et industrielle, en un immeuble de bureaux contemporain ouvert sur la ville. Ce projet est un véritable laboratoire d’idées et d’expérimentation, au sein duquel nos équipes anticipent les parcours et les usages immobiliers de demain.

Thierry Laroue-Pont, président du directoire de BNP Paribas Real Estate

Ce projet de fresque singulier rallie autour de l’histoire industrielle du site de jeunes artistes, dans ce haut lieu de la culture où l’art s’exprime ainsi sous toutes ses formes.

Pierre-Christophe Baguet, maire de Boulogne-Billancourt et président de Grand Paris Seine Ouest

Arthur de Boutiny

Journaliste Rédacteur

Édito
par Jean-Baptiste Favier

le 19/11/2019

Groupes cotés, pour vos DPEF, l’AMF est de votre coté

A l’heure où vous êtes peut-être en passe de boucler les bilans annuels – ou vous préparez à le faire -, il est un document qui pourrait mériter toute votre attention : l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) a publié ce mois-ci son quatrième « rapport sur la responsabilité sociale, sociétale et environnementale des sociétés cotées ». Un document d’autant plus précieux qu’il est publié… tous les trois ans !

De nombreuses initiatives en faveur de la RSE ont pu être prises, tant par des sociétés cotées (via des chartes et des engagements signés) que par des organismes étatiques et pan-européens – l’AMF mettant en avant le Plan d’action de la Commission européenne pour la finance durable. Ainsi, un « contexte particulièrement riche », une « tendance de fond d’une meilleure prise en compte des enjeux environnementaux et sociaux [qui] se confirme », d’autant que « le contexte normatif a significativement évolué ». L’organisme souligne ainsi l’introduction de la Déclaration de Performance Extra-Financière (DPEF), obligatoire « pour les sociétés dépassant une certaine taille ». Cette déclaration est marquée comme « une étape structurante » par l’AMF dans le sens où « elle est fondée sur les notions de « matérialité » et de « pertinence des informations » pour les parties prenantes et les sociétés elles-mêmes, là où les anciennes dispositions réglementaires (dites « Grenelle II ») mettaient l’accent sur l’exhaustivité de l’information ». Un nouveau cap est ainsi franchi : moins de blabla, plus de concret. Cette obligation, issue d’une ordonnance publiée en juillet 2017, ne s’est bien sûr pas faite sans difficultés, l’AMF relevant que ce changement total d’appréhension de la RSE « implique de dépasser la seule logique de conformité réglementaire pour y associer une démarche plus stratégique ».

C’est tout un pan de ce dernier rapport, qui souhaite ainsi « accompagner les émetteurs français dans cette transition d’un cadre réglementaire à l’autre » ; « limiter la production de nouvelle doctrine et valoriser celle qui est déjà existante en matière de reporting extra-financier » et ainsi « répondre aux interrogations de la place sur l’articulation des textes applicables au niveau français ». Se voulant un « état des lieux de la réglementation et des pratiques actuelles » élaboré à partir d’un échantillon des sociétés françaises, je ne peux que chaudement vous recommander sa lecture. Et pour vous éviter de parcourir des pages et des pages internet, le voici en téléchargement complet !

Portrait

Chargement